«Assemblées annuelles FMI et Banque Mondiale» Voir la rubrique

AA 2023 AA2023. L’essentiel de la 5e journée des Assemblées annuelles

Le 14 octobre 2023 à 5h22

Modifié 14 octobre 2023 à 10h17

Fouzi Lekjaa, Habiba Laklalech, Mbarka Bouaida ou encore Karim El Aynaoui… Voici l’essentiel des entretiens accordés à Médias24 lors de cette 5e journée des AA2023, en marge des réunions tenues ce jeudi 12 octobre, dont la séance plénière des Assemblées annuelles.

La 5e journée sur le site de Bab Ighli a démarré par la plénière des Assemblées annuelles du FMI et de la Banque mondiale, à laquelle ont bien évidemment pris part, respectivement, la directrice générale du FMI et le président de la Banque mondiale.

Dans le cadre de sa couverture en continu des assemblées annuelles, Médias24 s’est entretenu avec de hauts responsables marocains. Il s’agit de Mbarka Bouaida, présidente de la région Guelmim-Oued Noun (à partir de 1:36:00) ; Habiba Laklalech, directrice générale de l’Office national des aéroports (à partir de 2:09:44) ; Fouzi Lekjaa, ministre délégué chargé du Budget et président de la Fédération royale marocaine de football (à partir de 2:42:42.) ; et Karim El Aynaoui, président exécutif du Policy Center for the New South (à partir de 6:36:15).

Des mesures à prendre “sans regret”

Lors de la séance plénière des AA2023, Kristalina Georgieva a annoncé les mesures "à prendre sans regret" face à la situation mondiale actuelle, soulignant qu’il est essentiel de réduire l’écart de revenu entre l'Afrique et les pays les plus avancés et de générer une croissance créatrice d’emplois.

Ajay Banga, président de la Banque mondiale, a quant à lui évoqué les quatre domaines de focus choisis par son institution pour faire face à l’urgence climatique, dévoilant son ambition de lever 4 milliards de dollars pour le Crisis Response Window Plus.

“Les investissements post-séisme n’auront aucun impact sur le PLF 2024”

Fouzi Lekjaa, ministre délégué chargé du Budget et président de la FRMF, a accordé une interview exclusive à Médias24, dans laquelle il évoque la position privilégiée du Maroc à l'international à la suite des AA2023, et le financement du plan d'investissement de 120 MMDH sur cinq ans après le séisme d'Al Haouz.

Le ministre est revenu sur le positionnement renforcé du Maroc à l'international, et sur la forte visibilité dont bénéficie le pays après les récentes annonces d'organisation de la CAN, de la Coupe du Monde ainsi que des Assemblées annuelles du FMI et de la Banque mondiale.
Il a également rappelé les trois sources de financement qui permettront de déployer les 120 MMDH sur cinq ans, annoncés dans le cadre du programme royal.

Trafic aérien : un record historique attendu d’ici fin 2023

Médias24 a aussi reçu sur son plateau, à Bab Ighli, Habiba Laklalech, directrice générale de l’ONDA.

Lors de notre entretien, Habiba Laklalech a abordé la vision stratégique de l’ONDA, le modèle de gestion des aéroports, les projets d’extension et de construction de nouvelles infrastructures aéroportuaires.

“L’ONDA se porte très bien maintenant avec la reprise du trafic, après les deux années de Covid (…). À fin septembre, le niveau de trafic aérien a dépassé celui d’avant-Covid et on s’attend à ce que, d’ici la fin de l’année, on enregistre un véritable record historique.”

Région Guelmim-Oued Noun : un accord de financement dans le pipe avec la BERD (130 MDH)

Médias24 s'est également entretenu avec la présidente de l’Association des régions du Maroc et du conseil régional de Guelmim Oued-Noun. Mbarka Bouaida a apporté un éclairage sur plusieurs aspects en lien avec la région qu'elle préside, notamment les projets susceptibles d'être financés grâce au partenariats public-privé (PPP) et le développement du secteur des énergies renouvelables.

“Il est utile de préciser que la région Guelmim-Oued Noun s’est ouverte aux institutions financières internationales afin de financer des projets, mais aussi pour bénéficier de l’assistance technique de celles-ci, ainsi que du partage de savoir-faire avec d’autres régions du monde.”

Mbarka Bouaida précise que “la région a signé avec la SFI un accord de financement de 40 millions de dollars pour la réalisation de projets de mise à niveau urbaine et portuaire. Nous avons également dans le pipe la signature d’un accord de financement de 130 MDH avec la BERD, pour la réalisation de projets d’assainissement et d’approvisionnement en eau potable.” 

Médias24 s’est entretenu avec Karim El Aynaoui, président exécutif du PCNS. À la question de savoir comment les hauts organismes financiers globaux gèrent le fait d’être “bousculés” par ce “nouveau Sud”, Karim El Aynaoui a expliqué que, si cela “se ressent” davantage aujourd’hui, il s’agit “des caisses de résonance des rapports et des tensions géopolitiques globales qui existent depuis les années 1990 (…) Ces conséquences ont mis trente ans à vraiment se faire sentir dans l’ordre international, avec la montée en puissance de la Chine”.

Débat sur l’économie mondiale

En deuxième partie de journée, un débat sur l’économie mondiale s'est tenu avec la participation de Gita Gopitah, première directrice générale adjointe du FMI, Christine Lagarde, présidente de la Banque centrale européenne (BCE) et Ngozi Okonjo-Iweala, directrice générale de l’Organisation mondiale du commerce (OMC).

“Aujourd’hui, nous assistons à une croissance mondiale faible du fait de l’inflation. Cette croissance à moyen terme risque également d’être faible, autour de 3%”, a indiqué Gita Gopitah, qui n’a pas manqué de rappeler le niveau record des dettes de plusieurs pays et le fardeau des services de la dette pour les finances publiques de ceux-ci.

Christine Lagarde, qui a rappelé l’objectif et le mandat de la BCE consistant à ramener le taux d’inflation à 2%, a souligné la nécessité d’investir dans l’économie numérique et l’économie verte, afin d’insuffler un nouveau souffle à la croissance mondiale, pénalisée également par les fragmentations géo-économiques et les velléités protectionnistes.

“Nous avons recensé près de 3.000 mesures de restriction au commerce en 2022”, a révélé Gita Gopitah. Toujours sur le registre des obstacles à l’essor du commerce international, Ngozi Okonjo-Iweala a déclaré en substance : “Pour certains, nous assistons à la vulnérabilité des chaînes d’approvisionnement, mais les problèmes découlent aussi de la sur-concentration des chaînes d’approvisionnement dans certaines zones géographiques. D’où la nécessité de remédier à cela.”

Par ailleurs, il convient de mentionner que le continent africain s’est invité dans les discussions du panel consacré à l’économie mondiale. “L’Afrique ne représente que 3% du commerce mondial. Sachant que ce chiffre a baissé durant le Covid-19”, a indiqué la patronne de l’OMC. Elle reste tout de même optimiste pour le continent qui, selon elle, doit tirer profit de sa jeunesse, augmenter la valeur ajoutée des produits échangés et lever les barrières au commerce.

Vous avez un projet immobilier en vue ? Yakeey & Médias24 vous aident à le concrétiser!

Si vous voulez que l'information se rapproche de vous

Suivez la chaîne Médias24 sur WhatsApp
© Médias24. Toute reproduction interdite, sous quelque forme que ce soit, sauf autorisation écrite de la Société des Nouveaux Médias. Ce contenu est protégé par la loi et notamment loi 88-13 relative à la presse et l’édition ainsi que les lois 66.19 et 2-00 relatives aux droits d’auteur et droits voisins.
SOMMAIRE DE LA RUBRIQUE

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.

L'UM6P accueille la 1re Conférence internationale sur l'économie des soins et la protection sociale

 

12e édition InwiDays : Sport-tech, le futur du football