A fin septembre, OCP réalise un chiffre d’affaires historique de près de 89,5 MMDH

| Le 29/11/2022 à 8:43
Malgré une baisse des volumes exportés, le groupe a pu capitaliser sur une forte hausse des prix de vente pour améliorer ses revenus et son chiffre d’affaires, qui atteignent des records historiques.

Le groupe a vu son chiffre d’affaires global fortement progresser à fin septembre à près de 89,5 MMDH, en progression de 55% par rapport à la même période en 2021.

"Les résultats d’OCP ont pleinement profité de la hausse généralisée des prix, avec des performances opérationnelles et financières records", indique le groupe.

Cette hausse généralisée des prix de ventes a largement compensé la baisse des volumes exportés par rapport à la même période l’an dernier.

Dans le détail, le chiffre d’affaires de la roche a augmenté de 74% par rapport à la même période de l’année dernière. Le chiffre d’affaires de l’acide phosphorique a affiché une légère baisse de 6% d’une année sur l’autre. Cette baisse s’explique par le retrait des volumes exportés, principalement vers l’Europe et l’Inde, ayant largement compensé l’augmentation des prix de l’acide phosphorique.

De son côté, le chiffre d’affaires des engrais a augmenté de 68%, poussé par un effet prix favorable, compensant le retrait des volumes exportés.

Le groupe a également amélioré la part des engrais dans ses ventes globales et indique qu’ils comptent pour 65% du chiffre d’affaires contre 60% à la même période en 2021.

"Les marchés à forte demande comme l’Amérique du Sud, l’Asie et l’Afrique ont représenté 87% de nos exportations en volume sur la période", indique l’OCP.

La marge brute s’améliore de 48,5% et atteint 56,2 MMDH, poussée par la forte amélioration des prix de vente qui ont compensé la hausse des coûts des intrants que sont le souffre et l’ammoniac.

L’EBITDA affiche une forte hausse de 76% à près de 43 MMDH. Grâce à la hausse des prix de ventes et à l’amélioration de l’efficacité opérationnelle, la marge d’EBITDA atteint 48% contre 42% l’année précédente.

Les dépenses d’investissement se sont élevées à 15,2 MMDH, contre 7,1 MMDH réalisés un an plus tôt.

In fine, le résultat d’exploitation de l’Office à fin septembre double et se fixe à 36,3 MMDH.

lire aussi
  • | Le 7/2/2023 à 16:02

    Taux directeur : la transmission de la hausse au marché se fera plus rapidement qu’à l’accoutumée

    La clé du succès de cette politique est une transmission rapide de la hausse aux taux débiteurs. Etant donné l’ampleur de la hausse du taux directeur, cette transmission sera plus rapide qu’à l’accoutumée, assure une source bancaire. Ce que l’on sait sur l’efficacité de la hausse du taux directeur pour lutter contre l’inflation
  • | Le 6/2/2023 à 15:46

    Marché actions : les recommandations d’AGR pour des placements à moyen terme en 2023

    Dans un contexte de hausse des taux au Maroc, le marché actions est devenu moins attractif qu’auparavant. Les niveaux de valorisation historiques sont en baisse en raison de la hausse des exigences de rentabilité des investisseurs. AGR nous livre ses conseils sur la manière d’aborder le marché cette année pour des placements à moyen terme.
  • | Le 2/2/2023 à 17:07

    IPO : de hauts cadres relatent leur expérience face aux défis de la communication

    Dans le cadre d’une conférence sur la réputation financière, organisée par l’agence Bonzaï, plusieurs cadres de sociétés cotées ont fait part des challenges qu’ils ont dû relever dans leur communication. Le PDG de Cosmos Electro, Fahd Bennani, revient notamment sur l'IPO avortée de l'entreprise, à la suite d'un litige juridique concernant l'un de ses points de vente.
  • | Le 1/2/2023 à 14:01

    Pourquoi les crédits de trésorerie ont-ils connu une forte hausse en 2022 ?

    En 2022, l’encours des comptes débiteurs et crédits de trésorerie a augmenté de 16% à 262 MMDH. Une hausse notable et multifactorielle, selon une source du secteur bancaire.
  • | Le 31/1/2023 à 17:15

    Les raisons de la hausse du cash en circulation en 2022

    L'année dernière, le cash en circulation a atteint 355 MMDH. La monnaie fiduciaire représente désormais près de quatre fois la taille du déficit de liquidité bancaire, estimé à 89,1 MMDH fin 2022. Selon Bank Al-Maghrib, différents facteurs comme l'inflation ou encore la forte hausse des transferts des MRE sont en cause.
  • | Le 31/1/2023 à 9:38

    Le crédit bancaire progresse de 75 MMDH en 2022, les créances en souffrance augmentent

    En 2022, l’encours des crédits bancaires a progressé de 7,6% par rapport à l’année précédente.