Auto Hall recule en bourse à cause des incertitudes qui cernent le marché automobile

M.Ett | Le 10/5/2022 à 16:52
Le titre Auto Hall a cédé plus de 20% depuis le début de cette année. Contacté par LeBoursier, un analyste trouve que le titre est impacté par la baisse continue des ventes automobiles au Maroc, à cause des incertitudes qui planent sur le marché. Analyse.

Le titre Auto Hall se dégrade en bourse. A la clôture de la séance de ce mardi 10 mai, le titre a lâché presque 6% pour descendre à 81,8 dirhams, après l’échange d’un volume de 52.666 actions, totalisant un montant de 4,45 millions de DH.

Il a perdu plus de 20% depuis le début de cette année. Sa baisse est ainsi plus importante que celle du MASI qui a cédé 5,18% pendant la même période.

Evolution du cours du titre Auto Hall

Source : medias24.com

La performance du titre est impactée par l’évolution du marché automobile marocain. Ce dernier est marqué par une baisse importante des ventes.

Joint par LeBoursier, un analyste confirme ce constat : « Le titre est un petit peu pénalisé par les perspectives d’évolution du marché automobile marocain qui ne sont pas très prometteuses. Cette tendance a été causée, entre autres, par les conséquences du déclenchement de la guerre en Ukraine ».

Et d’ajouter : « Le marché reste sur une voie de baisse depuis quelques mois. Les derniers chiffres du secteur confirment cette tendance. Dans ce contexte, on table sur une faible évolution du secteur cette année ».

Les perspectives de reprise pour les opérateurs du marché automobile marocain sont toujours incertaines. C’est ce qui ressort des derniers chiffres diffusés par l’Association des Importateurs de Véhicules au Maroc (AIVAM) qui dégagent une chute de 15,4% des ventes de véhicules neufs, en comparaison avec la même période en 2021, pour descendre à 12.513 unités. Le secteur est impacté par la crise des semi-conducteurs et par la guerre en Ukraine qui impacte l’activité des sous-traitants et créée des perturbations d’approvisionnement.

Quelles perspectives d’évolution pour Auto Hall ?

Ainsi, les perspectives d’évolution d’Auto Hall restent difficiles à prévoir. « Avec les complications actuelles qui touchent au marché, s’ajoute l’incertitude générale qui plane sur le marché ;  il est difficile de prévoir son évolution future. Il est du coup un petit peu prématuré de parler de ses perspectives d’évolution », pense notre interlocuteur.

Toutefois, il estime que « le groupe est solide » et qu’il a déjà « fait preuve de résilience pendant la crise du Covid-19 en 2020 ».

Rappelons que la part de marché globale du groupe est passée de 14,1% en décembre 2019 à 17,5% en décembre 2020. Et la baisse de ses bénéfices s’est limitée à 9%. Malgré cette baisse, le dividende de l’exercice 2020 est resté stable par rapport à 2019.

A rappeler aussi que les réalisations annuelles du groupe ont fortement bondi en 2021. Le chiffre d’affaires consolidé s’est situé à 5,08 MMDH contre 3,9 MMDH en 2020, soit une progression de 21%. Le résultat net consolidé s’établit à 264 MDH contre 144 MDH, progressant ainsi de 83%. Hors cession d’un bien immobilier, le résultat net ressort à 181 MDH.

Cette performance a été enregistrée grâce notamment à la bonne évolution du secteur automobile en 2021 ; année pendant laquelle le marché a affiché une croissance de 31,5% de ses ventes par rapport à 2020 et même 5,7% par rapport à une année normative comme 2019.

A rappeler que CFG Bank recommande, dans son document annuel « Perspectives Macro et Marché 2022 » aux investisseurs d’acheter le titre Auto Hall avec un cours objectif de 117 dirhams. Le titre garde ainsi un potentiel de hausse de 43% contre un cours de 81,8 dirhams (observé à la clôture de la séance de ce mardi).

lire aussi
  • | Le 2/8/2022 à 14:04

    Attijariwafa Bank : MSIN recommande de conserver le titre et anticipe +7% en bourse

    L'année 2022 est empreinte d'incertitude, mais le groupe devrait afficher une amélioration de ses marges et de sa profitabilité cette année. Durant la période 2022-2027, le PNB devrait croitre à un rythme annuel moyen de 3,9%. Le dividende est attendu stable cette année à 15 dirhams par action.
  • | Le 29/7/2022 à 17:38

    TotalEnergies. Le titre baisse en bourse, mais il garde un potentiel de hausse de 25%

    TotalEnergies Marketing Maroc baisse en bourse, malgré le fait que son activité profite de la flambée des cours du pétrole à l’échelle internationale. Le titre devrait atteindre un cours de 2.001 dirhams d’après BKGR, qui recommande aux investisseurs de l’accumuler dans les portefeuilles.
  • | Le 27/7/2022 à 16:13

    Maroc Telecom baisse légèrement en bourse après l’annonce de la nouvelle sanction

    Le titre Maroc Telecom recule légèrement en bourse à la suite de l’annonce de la nouvelle sanction infligée par l’ANRT. Malgré cette annonce, CFG Bank recommande aux investisseurs de conserver le titre dans les portefeuilles avec un cours objectif de 129 dirhams.
  • | Le 26/7/2022 à 15:43

    Pénalisée par un contexte global défavorable, Disty baisse en bourse

    Malgré les recommandations positives des sociétés de bourse et un potentiel de croissance considérable, Disty Technologies baisse en bourse. Contacté par LeBoursier, un analyste de la place estime que cette baisse est infondée. Analyse.
  • | Le 21/7/2022 à 15:11

    Bourse. Disty Technologies clôture son premier jour de cotation en baisse

    La très bonne allocation des investisseurs a limité l'appétit le premier jour de cotation sur le marché secondaire. Le contexte global assez morose et l'absence de nombreux opérateurs durant cette période estivale ont également influé sur la baisse de près de 10% du cours du nouvel arrivant, durant son premier jour de cotation.
  • | Le 19/7/2022 à 15:57

    Bourse : rentabilité, volumes de ventes, les incertitudes font reculer l’agroalimentaire

    L’inflation fait bénéficier les industriels de l’agroalimentaire d’un bon effet prix. Néanmoins, elle grève le portefeuille des ménages et impactera les volumes de ventes cette année. La rentabilité sera également mise sous pression du fait de la hausse des intrants. Les résultats semestriels permettront de déterminer si les acteurs du secteur ont mieux résisté que prévu.