χ

En 2021, le marché automobile marocain a progressé de 5,7% par rapport à 2019

En 2021, le marché automobile marocain a enregistré une progression de 31,5% par rapport à l'année précédente et de 5,7% par rapport à 2019. L'Association des importateurs de véhicules au Maroc prévoit une croissance de 5% à 15% du marché cette année.

En 2021, le marché automobile marocain a progressé de 5,7% par rapport à 2019

Le 8 janvier 2022 à 19h07

Modifié 9 janvier 2022 à 20h36

En 2021, le marché automobile marocain a enregistré une progression de 31,5% par rapport à l'année précédente et de 5,7% par rapport à 2019. L'Association des importateurs de véhicules au Maroc prévoit une croissance de 5% à 15% du marché cette année.

L’Association des importateurs de véhicules au Maroc (AIVAM) a organisé, ce jeudi 6 janvier, une conférence pour présenter les principaux indicateurs d’activité du marché automobile en 2021 et dresser ses prévisions pour 2022.

Le marché automobile neuf marocain a enregistré en 2021 une progression de 31,5% par rapport à l’année précédente et de 5,7% par rapport à 2019. Cette importante évolution par rapport à 2020 s’explique par un effet de rattrapage face à la période de confinement (T2-2020), où les particuliers ont pu épargner. Ces derniers ont eu envie de se faire plaisir en 2021 à travers l’achat d’un nouveau véhicule.

Toutefois, l’association explique que le marché aurait pu mieux faire s’il n’avait pas connu un manque de disponibilité des semi-conducteurs.

 

Le marché des véhicules particuliers (VP) a enregistré une croissance de 4% par rapport à 2019. Les marques Renault et Dacia se sont maintenues en tête du classement, suivies par Peugeot. Les marques Kia et Opel ont, quant à elles, enregistré de meilleures performances en 2021, par rapport à 2019.

Il est important de noter que le classement des marques est impacté par la disponibilité des stocks. En effet, le marché des VP a enregistré au cours du premier semestre 2021 une hausse de 15% par rapport à la même période en 2019, et une baisse de 6% durant le deuxième semestre 2021. Cette baisse est principalement liée à la crise des semi-conducteurs. L’association estime que le marché des VP a perdu 10 points de croissance en raison de l’indisponibilité de 7.000 unités de semi-conducteurs en 2021.

 

De leur côté, les véhicules utilitaires légers (VUL) ont enregistré une progression de 20% par rapport à 2019. DFSK reste en tête du podium avec 19,2% de part de marché, suivi par Renault et Ford. Peugeot et Hyundai ont enregistré de bonnes performances, tandis que les marques en lien avec le secteur touristique sont les plus impactées négativement.

Forte progression des ventes de véhicules à motorisation alternative en 2021

En 2021, les ventes de véhicules à motorisation essence ont progressé pour représenter 10,8% des ventes (contre 7,8% en 2019 et près de 7% en 2020). Cette évolution est poussée par l’hybride et le mini-pick up. Les motorisations au diesel continuent de représenter l’essentiel des ventes.

D’autre part, la dynamique des ventes de véhicules à motorisation alternative (hybride, hybride rechargeable et électrique) a enregistré une forte progression par rapport à 2019 (+145%). Selon l’association, cette hausse exponentielle s’explique par une expansion de l’offre de véhicules à motorisation alternative au Maroc : 1 marque jusqu’en 2017, 7 à partir de 2018 et 11 marques en 2021. 

Ventes des VP : Agadir dépasse Marrakech

Casablanca reste le pôle principal des ventes des VP en 2021 (40% du marché), mais son poids baisse de 6,8% par rapport à 2019. Cette baisse s’explique, d’une part, par le marché des loueurs qui suit la tendance du secteur touristique, et qui a enregistré 10.000 véhicules de moins par rapport à 2019 ; et, d’autre part, par la baisse de la capacité d’investissement des chauffeurs de taxis, réduite par les restrictions liées au Covid.

 

D’autre part, le poids de la ville d’Agadir croît de 14% par rapport à 2019, et dépasse Marrakech qui est fortement impactée par le secteur touristique, en retrait de 9,3% durant la même période. De leur côté, Tanger et Kénitra sont en forte progression sous l’impulsion des pôles industriels.

Une croissance de 5% à 15% en 2022

Selon les prévisions de l’association, 2022 restera marquée par la pénurie des semi-conducteurs. La même source prévoit une croissance du marché automobile de 5% à 15%, en fonction de la disponibilité des stocks et de l’évolution de la pandémie du Covid qui impacte fortement les capacités de production automobile.

L’association ne prévoit pas d’investissements pour les transports touristiques ou loueurs avant 2023, toujours affectés par la crise en 2022.

Enfin, concernant les véhicules à motorisation alternative, la même source remarque qu’il y a une acceptation grandissante de la part des consommateurs, « mais la croissance au Maroc ne pourra se faire qu’avec la volonté des gouvernements », précise-t-on. Il faudra donc davantage de dispositifs financiers et techniques (bornes électriques) pour inciter le citoyen à investir dans ce type de véhicules.

A lire aussi


Les dernières annonces judiciaires
Les dernières annonces légales

Communication financière

Banque populaire : Extrait de la notice d’information relative au programme de rachat d’actions BCP en vue de valoriser la liquidité et de les céder aux dirigeants Proposé à l’Assemblée Générale Ordinaire prévue le 24 juin 2021

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.

Khalid Zazou à la Fondation Universitaire Links. ‘ La réforme fiscale , bilan et perspectives ‘