Sonasid : la baisse du cours en YTD n’est pas justifiée (analyste)

| Le 31/10/2022 à 15:01
BOURSE. Depuis le début de l’année, le cours du sidérurgiste lâche plus de 7%. Néanmoins, les performances financières et les perspectives du groupe sont au rendez-vous. Le détournement du marché action vers l’obligataire pèse sur le cours. Les anticipations des baisses du cours de l’acier également. Fondamentalement, Sonasid conserve de très bonnes perspectives.

Depuis le début de l’année 2022, le cours de Sonasid a perdu près de 7,5% à 570 dirhams le titre. Une baisse qui surprend lorsque l’on observe les dernières réalisations du groupe en date.

Source : medias24.com

Pour rappel, Sonasid affichait un chiffre d’affaires de 2.452 MDH, en progression de 20% au premier semestre. La rentabilité du groupe a également fortement progressé sur la période, avec une amélioration de 26% à 60 MDH par rapport au premier semestre de l’année précédente. Le groupe avait en effet bénéficié d’un bon effet prix sur la période, induit par l’augmentation des prix des matières premières et des produits finis. Les performances du groupe au premier semestre étaient même supérieures aux prévisions des analystes.

Mais depuis la mi-septembre, le cours du groupe a connu une baisse notable de 25%, passant de 764 dirhams à 570 dirhams à l’ouverture de la séance du 31 octobre. Deux principaux facteurs pourraient expliquer ce recul, selon une source de la place contactée par notre rédaction.

Un contexte marché négatif et une baisse des prix de l’acier

Dans un premier temps, cette baisse a été engendrée par le mauvais contexte marché, notamment depuis l’annonce de la hausse du taux directeur à 2% par la Banque centrale. “Ce contexte défavorable affecte l’ensemble du marché, ainsi que Sonasid. Cela entraîne un détournement des investisseurs vers le marché obligataire du fait de la hausse des taux, et naturellement, cela fait chuter certaines valeurs”, explique notre interlocuteur.

L’autre facteur mis en avant est la baisse des cours de l’acier. “Cette baisse induira un recul des prix de vente. Cela suscite la crainte des investisseurs quant à l’évolution des activités et de la rentabilité du groupe”, indique notre source. Cependant, cette hausse était attendue et prévisible.

“D’après le consensus marché international, une baisse des prix des matières est attendue. Elle est d’ailleurs déjà observable et concerne également l’acier. Peut-être que certains investisseurs ont préféré vendre leurs positions, malgré le fait que cela soit anticipé et prévisible. Excepté ce facteur et le mauvais climat de marché actuel, rien d’autre ne peut expliquer la baisse du cours d’un point de vue fondamental”, ajoute notre source.

Dans sa dernière note concernant la valeur, CFG Bank a expliqué qu’étant donné “que l’offre et les chaînes d’approvisionnement demeurent toujours perturbées, le consensus actuel est que les prix devraient continuer à légèrement baisser en 2022 et 2023 avant d’emprunter à nouveau une trajectoire haussière à partir de 2024. Cependant, les prix devraient rester supérieurs à leurs niveaux d’avant-crise”.

Le groupe dispose d’un bon potentiel fondamental et de bonnes perspectives de croissance sur le reste de l’année.

De nouveaux projets à forte valeur ajoutée et une amélioration de la compétitivité

Ces projets porteurs devraient d’ailleurs débuter cette année, durant le T4-2022, avec la réalisation et la distribution à l’export de la fibre d’acier à destination des États-Unis, à hauteur de 80% de la production. Le groupe dispose également de bons leviers de développement à l’horizon 2025, avec l’acier automobile.

Sonasid peut aussi profiter d’une forte hausse de sa compétitivité du fait du repli de celle d’autres acteurs internationaux, en raison notamment de l'augmentation considérable des frais de l’énergie en Europe.

Dans une note diffusée sur la valeur ce 31 octobre, la société de recherche BKGR note que “des opérateurs européens sont lésés par la flambée des coûts de gaz (EUR 190,6/MWh à date contre EUR 70,3 à fin 2021 pour l’indice de référence TTF) et, de facto, de l’électricité (EUR 1 100/MWh en France pour les contrats livrables en 2023 contre EUR 100 fin 2021 et une moyenne normative de EUR 50)”. À ce titre, Arcelor Mittal a annoncé la fermeture de ses deux hauts-fourneaux à Brême (Allemagne) et à Gijón (Espagne).

BKGR souligne que “ce contexte devrait permettre de limiter largement les importations d’acier au Maroc et, ainsi, d’améliorer le positionnement de Sonasid à l’échelle nationale (à noter que le prix moyen des importations d’acier à fin juillet 2022 a progressé de +41% comparativement à la même période en 2021)”.

Il convient de rappeler que le sidérurgiste est en cours de certification par les instances européennes de son “acier vert”. Cela lui permettra de mieux desservir le marché européen en ne subissant pas la taxe carbone qui entrera en vigueur en janvier 2023.

lire aussi
  • | Le 2/11/2022 à 15:37

    Ciments du Maroc continue de baisser en bourse à cause du contexte économique

    BOURSE. Impacté par la baisse générale du marché et par le contexte économique, le titre Ciments du Maroc a accentué son déclin à la bourse. BKGR et CFG Bank recommandent toutefois de le conserver dans les portefeuilles.
  • | Le 1/11/2022 à 15:56

    Label’Vie baisse en bourse, mais ses fondamentaux restent solides (analyste)

    BOURSE. Le titre Label’Vie a perdu 9% depuis début 2022. Un analyste de la place, joint par LeBoursier, explique que cette baisse n’a aucun lien avec les fondamentaux du groupe. Par ailleurs, BKGR et CFG recommandent de conserver le titre dans les portefeuilles et tablent sur une croissance de son cours.
  • | Le 26/10/2022 à 16:53

    Bourse : Maroc Telecom poursuit sa baisse après la publication des résultats du T3 2022

    Face aux résultats trimestriels publiés par Maroc Telecom, CFG Bank recommande aux investisseurs d’acheter le titre. Un analyste de la place, joint par LeBoursier, considère que les investisseurs ont tendance à réagir davantage aux annonces négatives, d’où la poursuite de la dépréciation du titre Maroc Telecom. Analyse.
  • | Le 19/10/2022 à 15:00

    Marsa Maroc préserve un potentiel de croissance en bourse

    Impacté par la baisse générale du marché, le titre Marsa Maroc a perdu 22% depuis début 2022. Les fondamentaux du groupe restent toutefois solides, d’après un analyste de la place. BKGR et CFG tablent sur une hausse du cours. Analyse.
  • | Le 18/10/2022 à 17:38

    Voici les recommandations de CFG concernant les trois banques de son Stock Guide

    CFG Bank recommande aux investisseurs d’acheter le titre CIH Bank et de conserver Attijariwafa bank et BCP. Voici Les arguments de CFG, ainsi que les cours objectifs fixés pour ces trois banques.
  • | Le 17/10/2022 à 15:35

    Immobilier coté : “L’amélioration des résultats n’a pas été suffisante pour faire réagir les investisseurs” (Analyste)

    Le secteur immobilier continue d'afficher un manque de dynamisme en bourse, malgré l’amélioration des résultats semestriels des promoteurs. Un analyste joint par LeBoursier retrace l’évolution des immobilières cotées.