Le pionnier indien du paiement en ligne Paytm plonge pour son premier jour en Bourse

(AFP)

Le 18 novembre 2021

Paytm, pionnier du paiement en ligne en Inde, a perdu un quart de sa valeur au premier jour de sa cotation à la Bourse de Bombay jeudi, reflétant les inquiétudes des investisseurs quant à sa capacité à devenir rentable.

Après avoir levé 2,5 milliards de dollars pour son introduction en Bourse, au prix de 2.150 roupies par action, la plateforme a ouvert en baisse de 10%, avant de plonger de plus de 25% en quelques minutes, puis de se redresser légèrement.

Paytm a battu le record historique de la plus grosse introduction en Bourse en Inde, auparavant détenu par Coal India à 2 milliards de dollars en 2010.

Parmi les grands investisseurs de la plateforme, se trouvent le fonds japonais Softbank Vision, Berkshire Hathaway de Warren Buffett, et Ant et Alibaba du magnat chinois Jack Ma.

Vijay Shekhar Sharma, directeur général de l’entreprise qu’il a fondée à l’âge de 32 ans, détient près de 14% des parts. A la tête d’une fortune de 2,4 milliards de dollars selon Forbes, il est le plus jeune milliardaire d’Inde.

Lors de la cérémonie de cotation jeudi, ce fils d’instituteur a versé quelques larmes tandis que l’hymne national résonnait.

« Il y a eu beaucoup d’euphorie dans le champ numérique et cela semble maintenant se calmer », a déclaré à l’AFP Saurabh Jain, analyste de SMC Global Securities.

« Lors des introductions en Bourse, ces entreprises sortent avec des valorisations en surchauffe et il convient à chacun de deviner les valorisations correctes », a-t-il ajouté.

Selon Saurabh Jain, « il est très difficile pour une entreprise comme Paytm de devenir rentable. Elles évoluent bien mais elles ne sont pas capables de gagner de l’argent grâce à leur modèle économique ».

Le groupe a accusé une perte nette de 17 milliards de roupies l’an dernier, pour un chiffre d’affaires de 31,86 milliards de roupies.

Et l’entreprise, dans son prospectus d’introduction sur le marché, a souligné prévoir « de continuer à subir des pertes nettes », ajoutant: « nous pourrions ne pas atteindre la rentabilité à l’avenir ».

– « Assez écoeurant » –

La capitalisation boursière de Paytm est passée de 20 milliards de dollars à un peu moins de 14 milliards de dollars quand le titre a chuté jeudi jusqu’à 1.650 roupies.

Rakesh Mehta, exportateur de riz de 49 ans basé à Calcutta, avait investi dans 12 actions pour un total de 25.800 roupies, encouragé par l’optimisme du patron de l’entreprise.

« Je me sentais exceptionnellement en veine de bénéficier d’une participation, mais voyez ce qui s’est passé. C’est assez écœurant », a confié à l’AFP le petit investisseur.

« Si le prix s’approche de mon prix d’achat, je vendrai certainement. Je ne veux pas prendre le risque de les conserver longtemps », a-t-il souligné.

Paytm, lancé en 2010, est la plus grande plateforme de paiement de l’Inde, avec des transactions déclarées d’une valeur de plus de 54 milliards de dollars en 2020-2021.

L’entreprise a bénéficié des efforts du gouvernement pour freiner les transactions en espèces — avec notamment la démonétisation de presque tous les billets de banque en 2016 — mais aussi de la pandémie de coronavirus.

Quelque 22 millions de commerçants, chauffeurs de taxi et de rickshaw et autres vendeurs indiens acceptent des paiements allant de 10 roupies (13 centimes d’euro) à plusieurs milliers de roupies via Paytm. Fin juin, l’entreprise comptait 337 millions de clients.

Les paiements numériques en Inde ont été multipliés par 16 au cours des quatre dernières années, passant de 1,6 milliard de transactions en 2017 à 26 milliards pour l’exercice 2020-2021.

Le 18 novembre 2021

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.