Après la crise franco-américaine, Blinken le francophile reçu à Paris sans effusion

(AFP)

Le 5 octobre 2021

Même endroit, autre ambiance: reçu en ami en juin à Paris, le secrétaire d’Etat américain Antony Blinken, réputé francophile, est de retour mardi mais l’accueil se veut plus distant après la crise inédite entre la France et les Etats-Unis.

Arrivé lundi soir pour deux jours de réunions à l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), le chef de la diplomatie de la première puissance mondiale doit rencontrer en début de matinée son homologue français Jean-Yves Le Drian puis être reçu par un conseiller du président Emmanuel Macron.

Objectif: « identifier les étapes » pour « permettre un rétablissement de la confiance », explique-t-on côté français, tout en prévenant que « la sortie de crise prendra du temps et requerra des actes ».

Washington, qui a fait publiquement amende honorable après la crise des sous-marins australiens, ne dit pas autre chose.

« Il faut que nos conversations aboutissent sur des actes concrets qui montrent comment, en travaillant ensemble, nous allons rétablir la confiance », a affirmé avant le voyage la secrétaire d’Etat américaine adjointe chargée de l’Europe, Karen Donfried, sans préciser si des annonces étaient attendues à l’issue de ces entretiens parisiens.

Le coup de froid a éclaté mi-septembre, quand le président des Etats-Unis Joe Biden a annoncé une nouvelle alliance avec l’Australie et le Royaume-Uni dans la région indo-pacifique, dans le cadre de sa grande priorité internationale: contrer la Chine.

Ce partenariat stratégique, baptisé AUKUS, a suscité une rare colère de la France, car il a provoqué la rupture par l’Australie d’un mégacontrat pour acheter des sous-marins français.

– « Baisser d’un ton » –

Il aura fallu un coup de fil entre Joe Biden et Emmanuel Macron, après une semaine de vives tensions, pour amorcer un certain apaisement. Le locataire de la Maison Blanche a reconnu que les Etats-Unis auraient pu mieux communiquer avec leur allié de longue date. Et les deux chefs d’Etat ont lancé un « processus de consultations approfondies ».

La visite à Paris d’Antony Blinken, qui avait déjà rencontré Jean-Yves Le Drian le 23 septembre à New York, à l’abri des caméras, doit ainsi marquer une étape de ce processus avant un tête-à-tête Macron-Biden fin octobre en Europe.

Mais les retrouvailles s’annoncent plutôt froides.

Aucune rencontre n’était inscrite à l’agenda entre le secrétaire d’Etat et le président français. Il l’avait pourtant reçu à l’Elysée au début de l’été, et s’était même entretenu avec Mike Pompeo, le secrétaire d’Etat de Donald Trump, lors de son passage à Paris à la fin du mandat du milliardaire républicain.

Jean-Yves Le Drian ne devrait de son côté s’afficher qu’à minima avec lui, sans conférence de presse commune.

En juin, le ministre français avait pourtant chaleureusement lancé « bienvenu chez toi » à Antony Blinken, parfait francophone qui a vécu dans la capitale française toute son adolescence et considère la France comme sa « deuxième patrie ».

Mais celui qui vantait il y a encore peu en petit comité sa relation « excellente » avec son homologue américain, la plus « tonique, confiante et stimulante » de sa carrière ministérielle, a changé de ton depuis mi-septembre.

Jean-Yves Le Drian a dénoncé un « coup dans le dos », une annonce « brutale » digne de la méthode tant honnie de l’ère Trump, et une « rupture de confiance ». Les deux alliés doivent maintenant trouver des « actes concrets » pour sceller la réconciliation.

Une source européenne espérait récemment que la crise se révèle être in fine un mal pour un bien, en permettant une « clarification » entre les deux rives de l’Atlantique au sujet des ambitions d’une défense européenne complémentaire de l’Otan – un projet poussé notamment par Emmanuel Macron.

Ce dernier veut aussi que le statut de « puissance indo-pacifique » de la France soit reconnue, dans un cadre qui reste à définir.

« Il semble utile de baisser d’un ton notre rhétorique sur les agissements de nos partenaires », estiment le chercheur Bruno Tertrais et l’ex-ambassadeur Michel Duclos dans une note du cercle de réflexion Institut Montaigne.

Ils recommandent aux autorités françaises de miser désormais davantage sur l’Inde, mais aussi sur le Japon, dans leur stratégie indo-pacifique.

Le 5 octobre 2021

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.