11-Septembre: One WTC, gratte-ciel symbole de la résilience new-yorkaise

(AFP)

Le 9 septembre 2021

C’est le gratte-ciel qui a remplacé, dans le ciel new-yorkais, les tours jumelles parties en fumée. Inauguré en 2014, le One World Trade Center, à 541 mètres, le plus haut bâtiment des Etats-Unis, est vite devenu une tour emblématique de la capitale économique américaine, symbole de résilience après l’horreur des attentats du 11 septembre 2001.

Dès les origines, la tour, surnommée Freedom Tower, se devait de témoigner de la résilience new-yorkaise, tournée vers l’avenir malgré le désastre, évoque Kenneth Lewis, un des architectes du projet réalisé par le cabinet SOM, bâtisseur de gratte-ciel dans le monde entier.

Aussi tragiques que furent les images des tours en flammes, personne ne remit en question l’idée d’ériger un autre gratte-ciel à leur place.

Pour les architectes, c’était l’occasion de concrétiser des concepts auxquels ils songeaient depuis des années: « C’était le début du millénaire, il fallait incarner une nouvelle génération de bâtiments, en termes de sécurité comme d’impact sur l’environnement », estime Ken Lewis.

– « Blinder le coeur » –

Les images de gens sautant dans le vide pour échapper au brasier sont parmi les plus cauchemardesques du 11-Septembre: après les attentats, de nouvelles idées furent lancées pour évacuer les gens autrement que par les escaliers, comme une espèce de toboggan géant ou encore un câble auquel on s’accrocherait avant de sauter dans le vide, raconte-t-il.

Une parachutiste fit une démonstration de cette dernière solution. Ken Lewis en sourit encore: « ça faisait vraiment peur, c’était inimaginable que quelqu’un un peu en surpoids, ou un peu timoré, saute par la fenêtre ».

Au final, la seule solution était de « blinder le coeur du bâtiment, avec un béton renforcé, suffisamment large pour que les gens puissent sortir de là ».

Une série d’adaptations des normes de sécurité furent étrennées au « One WTC », avant de devenir standard: de l’élargissement des cages d’escaliers pour permettre une évacuation rapide de cette tour de 104 étages, à l’installation d’une signalisation lumineuse au sol comme dans les avions, en passant par le déploiement de caméras et outils de communication résistants au feu à chaque étage, permettant aux sauveteurs de suivre la situation à tout moment. Avec pour objectif d' »évacuer tout le bâtiment en une heure maximum ».

Les pompiers furent invités aux réunions de travail. « Ils avaient connu un tel traumatisme, ils devaient faire partie de la solution », estime l’architecte.

Ce sont notamment eux qui ont demandé un système capable de pallier une défaillance des générateurs de secours, comme le 11 septembre 2001. Afin de maintenir l’électricité assez longtemps pour évacuer le batiment ».

L’incendie n’était pas la seule inquiétude: il y eut, à l’automne 2001, plusieurs lettres anonymes mêlées d’anthrax envoyées à certains médias, et cinq décès liés à ce poison mortel.

« On a commencé à penser au système de filtrage et à la qualité de l’air, pas seulement en cas d’incendie mais aussi de telles attaques. Il fallait identifier toutes les menaces avec lesquelles un bâtiment doit travailler » sans transformer la tour « en une forteresse où plus personne ne voudrait venir travailler ».

– « Bien-être » –

Près de 20 ans plus tard, la pandémie est passée par là. Télétravail oblige, One WTC et la plupart des prestigieuses tours de Manhattan sont restées vides des mois durant.

« On pensait que les gens reviendraient au bureau beaucoup plus vite », reconnait Ken Lewis. « Tout de suite, on a regardé la filtration de l’air, comment il circule (…) la plupart des bâtiments récents ont des filtres très efficaces, à particules, qui opèrent aussi sur les virus ».

Mais si les tours de bureaux n’ont pas encore retrouvé leur taux d’occupation pré-pandémie, la prééminence des gratte-ciel dans le ciel new-yorkais ne semble pas remise en cause.

Une tour de quelque 600 appartements est en construction à Brooklyn, appelée à devenir d’ici 2022 le premier « super gratte-ciel » hors de Manhattan. Et une vingtaine d’autres tours sont en gestation à travers New York.

A la priorité environnementale, déjà très présente, s’est ajoutée celle du bien-être, assure Ken Lewis.

« Nous sommes en 2021, on parle de santé et de bien-être, de créer des espaces extérieurs où les gens puissent travailler, de terrasses comme lieux de travail, de réunion… Nous sommes vraiment à un tournant ».

En attendant, le One WTC s’est fait une place parmi les images icôniques de New York. Alors que le Memorial symbolise « le vide » créé par les attentats, selon Lewis, la tour « représente le positif », « un lieu d’innovation et de réflexion, porteur de concepts modernes de sécurité. »

Le 9 septembre 2021

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.