χ

Mohamed Mehdi Bensaïd : les détails de la future cité du gaming de Rabat

Huit mois après avoir annoncé son intention de créer un écosystème de jeux électroniques au Maroc, le ministre de la Communication revient pour Médias24 sur les avancées de son projet qui repose sur une cité du gaming de cinq hectares dans la capitale.

Mohamed Mehdi Bensaïd : les détails de la future cité du gaming de Rabat

Le 1 décembre 2022 à 19h57

Modifié 1 décembre 2022 à 19h57

Huit mois après avoir annoncé son intention de créer un écosystème de jeux électroniques au Maroc, le ministre de la Communication revient pour Médias24 sur les avancées de son projet qui repose sur une cité du gaming de cinq hectares dans la capitale.

"Depuis la tenue en octobre du premier Morocco E-Sport Summit, qui a connu la participation de champions mondiaux comme Ubisoft, à qui nous avons présenté notre projet de cité du gaming, celle-ci est en train de se mettre en place avec des investisseurs qui sont très intéressés", nous confie Mehdi Bensaïd. Son département va bientôt passer à la deuxième étape du projet, ajoute-t-il.

Cinq hectares pour faire éclore une industrie locale du gaming

En attendant de statuer sur le modèle économique de la cité qui abritera tout un écosystème, avec les plus grands constructeurs français et coréens de jeux vidéo qui vont s’y installer et organiser des compétitions, le ministre révèle qu’un terrain de cinq hectares a d’ores et déjà été attribué au projet.

Trois immeubles y seront construits à terme, dans le quartier Yacoub El Mansour à Rabat.

Sur la vocation de cette zone, qu’il compare volontiers à celle du constructeur Renault à Tanger, Mohamed Mehdi Bensaïd indique que les futurs bâtiments répondront à tous les besoins des industriels du gaming pour concevoir de nouveaux jeux. Ils comprendront des studios de tournage et des ateliers de coding, entre autres.

260 millions de dirhams d’investissement pris en charge par l’État

"A l’image des formations qui avaient été initiées par l’Etat avant la construction de la méga-usine de Renault à Tanger, nous allons d’abord préparer le terrain en proposant aux jeunes intéressés par ce projet des sessions de coding pour que le processus soit prêt le jour de l’inauguration", explique le ministre. L’Etat va financer la totalité des travaux de construction de la future cité.

C'est le ministère de la Communication qui va prendre en charge l’édification de cette zone industrielle, avec une enveloppe de 260 MDH. Un budget qui lui permettra d’être opérationnelle le plus rapidement possible.

La cité permettra de recruter de 3.000 à 4.000 personnes

Les études préalables à la construction de cette cité devraient démarrer en janvier 2023, et la durée prévue des travaux avoisine les 18 mois, soit jusqu’en 2024. Le ministre souhaite toutefois démarrer son exploitation dès que le premier des trois bâtiments sera achevé.

"A terme, les principaux concepteurs comme Sony ou Ubisoft vont apporter leur savoir-faire et créer une industrie du gaming, en embauchant 3.000 à 4.000 employés, dont une centaine d’ingénieurs qualifiés pour inventer de nouveaux jeux vidéo qui seront exportés dans le monde entier", avance Mohamed Mehdi Bensaïd.

Un écosystème marocain qui portera ses premiers fruits en 2027

A la question de savoir quand cette cité pourra être qualifiée d’"écosystème marocain du gaming" à même de produire des jeux exportables, le ministre prévoit un minimum de trois ans de fonctionnalité soit, en comptant la durée des travaux de construction, à l’horizon 2027.

Refusant de se prononcer sur le chiffre d’affaires susceptible d'être généré par cette industrie au Maroc, le ministre rappelle néanmoins que le gaming est devenu le secteur culturel le plus lucratif au monde, loin devant l’industrie du cinéma et de la musique.

"A l’instar de ce que nous avons accompli dans la construction d’automobiles en quelques années, nous avons la ferme intention de faire du Maroc un champion de la production et de l’exportation du gaming, et non plus un simple consommateur de jeux vidéo", conclut Mohamed Mehdi Bensaïd. Il s'attend à l’arrivée non seulement de grands constructeurs étrangers, mais aussi de start-up marocaines qui contribueront à un taux d’intégration qui n’aura plus rien à envier à celui de l’automobile.

A lire aussi


Les dernières annonces judiciaires
Les dernières annonces légales

Communication financière

SOTHEMA : Convocation à l’AGE du 11 octobre 2022

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.