χ

Les prix du diesel vont baisser de 1,60 DH en ce début décembre

Se vendant aujourd’hui entre 15,67 et 15,71 dirhams le litre, le diesel devrait descendre dans les prochains jours à 14 dirhams. Cette baisse devrait se poursuivre au moins sur le court terme, selon des experts consultés par Médias24, en raison du crash que connaît le marché mondial des produits raffinés en cette fin d‘année.

Les prix du diesel vont baisser de 1,60 DH en ce début décembre

Le 1 décembre 2022 à 19h56

Modifié 1 décembre 2022 à 20h30

Se vendant aujourd’hui entre 15,67 et 15,71 dirhams le litre, le diesel devrait descendre dans les prochains jours à 14 dirhams. Cette baisse devrait se poursuivre au moins sur le court terme, selon des experts consultés par Médias24, en raison du crash que connaît le marché mondial des produits raffinés en cette fin d‘année.

Après les pluies, voici une autre bonne nouvelle qui devrait enchanter les Marocains en cette fin d’année. Après avoir grimpé à plus de 16 dirhams début novembre, les prix du gasoil vont connaître une baisse d’au moins 1,6 dirham par litre, nous apprennent des sources du secteur. Une détente qui va ramener les prix à la pompe sous la barre des 15 dirhams, avec des prix variant selon les distributeurs entre 14,07 et 14,11 dirhams le litre.

Cette baisse à la pompe concernera également l’essence, mais dans une moindre mesure. Selon un professionnel du marché, le prix du sans plomb connaîtrait un recul de 220 dirhams le m³, soit 0,22 dirhams le litre. L’essence passera ainsi à une moyenne de 14,50 dirhams, avec une différence de quelques centimes selon les distributeurs.

Un expert du marché pétrolier nous explique que cette baisse est due au crash que connaît depuis quelques jours le marché des produits raffinés. A Rotterdam, source d’approvisionnement des distributeurs marocains, le cours du platts est passé de 1.157 dollars à 1.019 dollars la tonne. Loin du pic de 1.276 dollars atteint le 7 octobre. La baisse des cours, conjuguée à un effet de changes (de 10,92 DH à 10,71 DH), a eu pour conséquence une baisse de 1.600 DH/la tonne.

Cela est la conséquence indirecte de la détente que connaît le marché pétrolier, où le baril ne cesse de baisser depuis début novembre, passant de 98 dollars à 87 dollars actuellement. Un recul de plus de 11% en un mois que les experts du marché expliquent par les incertitudes économiques et la recrudescence de l’épidémie du Covid-19 en Chine, qui augurent d’une possible baisse de l’activité, et donc de la demande.

Déstockage massif au niveau des raffineries dans le monde

Mais cela n’explique pas tout. Car le trend du baril n’impacte pas systématiquement celui des produits raffinés. Selon un expert du marché consulté par Médias24, ce crash que connaissent le diesel et l’essence au niveau mondial est dû à des facteurs liés à l’activité de raffinage dans le monde.

"Les raffineries sont en phase de déstockage en cette fin d’année. Certaines veulent démarrer l’année 2023 avec de nouveaux stocks pour éviter l’effet comptable des variations de stocks sur les résultats, quand d’autres raffineries déstockent tout simplement pour entamer les opérations habituelles de maintenance", décrypte notre expert.

Ce déstockage massif a ainsi boosté l’offre sur le marché, créant cet effet de baisse des prix qui s’apparente à un crash.

A cela s’ajoute un effet d’anticipation qui joue sur le marché. "Il y a au niveau des salles de marché des échos sur une possible entente entre la Russie et l’Ukraine, avec une accalmie dans le conflit qui peut se manifester dès les prochaines semaines. Cela pousse les marchés à la détente, surtout qu’il y a un consensus mondial sur le fait que les niveaux des prix énergétiques doivent revenir à la normale en 2023 pour favoriser la croissance."

Des éléments qui font dire à notre expert que cette tendance baissière sur les produits pétroliers va se poursuivre en 2023.

Un autre élément, monétaire cette fois-ci, explique l’impact qu’aura ce crash sur les prix à la pompe au Maroc : le cours du dollar.

Après avoir atteint un pic de 11,04 dirhams début novembre, le dollar s’est depuis déprécié par rapport à la monnaie nationale, se négociant à l’heure où ces lignes sont écrites à 10,64 dirhams. Une détente du billet vert qui allège le coût des approvisionnements des distributeurs.

A lire aussi


Les dernières annonces judiciaires
Les dernières annonces légales

Communication financière

Acquisition par la banque centrale populaire (BCP) de la participation de CIH Bank dans Maroc leasing et Maghreb titrisation

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.