Marsa Maroc préserve un potentiel de croissance en bourse

| Le 19/10/2022 à 15:00
Impacté par la baisse générale du marché, le titre Marsa Maroc a perdu 22% depuis début 2022. Les fondamentaux du groupe restent toutefois solides, d’après un analyste de la place. BKGR et CFG tablent sur une hausse du cours. Analyse.

Marsa Maroc a cédé 22,8% depuis début 2022 jusqu’à la séance de ce mercredi 19 octobre, pour descendre à un cours de 216 dirhams. Cette baisse dépasse légèrement celle affichée par le MASI au cours de la la même période (-15,3%)

Évolution du cours de Marsa Maroc

Source : medias24.com

Qu’est-ce qui explique la baisse de Marsa Maroc en bourse ?

« A l’instar des grosses capitalisations, le titre Marsa Maroc est impacté par la baisse générale du marché boursier, causée par le manque de visibilité qui plane sur le marché en raison de la crise économique », indique un analyste de la place joint par LeBoursier.

« Fondamentalement, Marsa Maroc reste solide. Ses résultats semestriels ont marqué une forte hausse au premier semestre. L’activité commerciale a bien évolué. Et les bénéfices ont grimpé de près de 50% », commente notre interlocuteur.

A rappeler que le chiffre d’affaires du groupe a marqué une hausse de 14% à fin juin à 1,9 MMDH, suite à la hausse de 9% du trafic global, traité à 25 millions de tonnes. De son côté, le RNPG a atteint 384 MDH, en hausse de 49% par rapport à juin 2021.

« La tendance haussière sera au rendez-vous pour ce titre, quand le marché commencera à retrouver des couleurs », anticipe-t-il.

BKGR recommande d’accumuler le titre dans les portefeuilles

BMCE Capital Global Research (BKGR) évalue Marsa Maroc à 307 dirhams. Le titre a un potentiel de croissance de 42%.

Ainsi, la société de recherche recommande aux investisseurs d’accumuler le titre dans les portefeuilles.

Pour l’année 2022, BKGR table sur des réalisations commerciales bien orientées pour le groupe Marsa Maroc, avec un chiffre d’affaires en appréciation de 5% à 3,77 MMDH. Ces réalisations devraient être soutenues par les éléments suivants :

> La progression escomptée du segment Vrac solide, tirée par la hausse anticipée du trafic céréalier, notamment au S2, au vu de la faible production céréalière qui devrait régresser de -65% comparativement à l’année écoulée, pour atteindre seulement 32 millions de quintaux pour cette campagne agricole ;

> Le segment Vrac liquide qui devrait s’orienter à la hausse, essentiellement sous l’effet d’une amélioration du trafic des hydrocarbures dans un contexte d’allègement des restrictions de déplacement, conjuguée à une hausse du trafic du fuel consécutivement à l’arrêt d’approvisionnement en GNL ;

> La poursuite des bonnes performances de Tanger Alliances, particulièrement l’activité transbordement.

Néanmoins, la progression de l’activité commerciale du groupe en 2022 devrait être limitée par un repli anticipé du trafic domestique des conteneurs au port de Casablanca.

En termes de capacité bénéficiaire, la société de recherche escompte une amélioration du RNPG de 15,2% à 768 MDH, compte tenu de la bonne orientation de l’activité commerciale globale et d'une bonne capacité d’amélioration des charges opérationnelles.

CFG recommande d’acheter Marsa Maroc

Les analystes de CFG considèrent que le titre Marsa Maroc est sous-évalué par le marché, et recommandent donc aux investisseurs de l’acheter avec un prix cible de 324 dirhams, soit un potentiel de hausse de 50% en comparaison avec le cours observé à la clôture de la séance de ce mercredi (216 dirhams).

La recommandation de CFG porte sur les éléments suivants :

> Une source de revenus diversifiée qui permet au groupe de faire preuve de résilience en période de difficultés économiques ;

> Une forte génération de cash-flow, qui devrait permettre à Marsa Maroc d'offrir un rendement du dividende, surperforme la moyenne du marché domestique avec un DY de 4,2% en 2022E et un DY de 4,7% en 2023E ;

> Par ailleurs, les analystes ont exclu un éventuel transfert des concessions existantes, notamment ceux de Safi et Nador dans de nouvelles infrastructures (Safi Grand Vrac et Nador West Med), et de nouvelles concessions potentielles au Maroc ou à l'étranger, notamment en Afrique.

lire aussi
  • | Le 2/11/2022 à 15:37

    Ciments du Maroc continue de baisser en bourse à cause du contexte économique

    BOURSE. Impacté par la baisse générale du marché et par le contexte économique, le titre Ciments du Maroc a accentué son déclin à la bourse. BKGR et CFG Bank recommandent toutefois de le conserver dans les portefeuilles.
  • | Le 1/11/2022 à 15:56

    Label’Vie baisse en bourse, mais ses fondamentaux restent solides (analyste)

    BOURSE. Le titre Label’Vie a perdu 9% depuis début 2022. Un analyste de la place, joint par LeBoursier, explique que cette baisse n’a aucun lien avec les fondamentaux du groupe. Par ailleurs, BKGR et CFG recommandent de conserver le titre dans les portefeuilles et tablent sur une croissance de son cours.
  • | Le 31/10/2022 à 15:01

    Sonasid : la baisse du cours en YTD n’est pas justifiée (analyste)

    BOURSE. Depuis le début de l’année, le cours du sidérurgiste lâche plus de 7%. Néanmoins, les performances financières et les perspectives du groupe sont au rendez-vous. Le détournement du marché action vers l’obligataire pèse sur le cours. Les anticipations des baisses du cours de l’acier également. Fondamentalement, Sonasid conserve de très bonnes perspectives.
  • | Le 26/10/2022 à 16:53

    Bourse : Maroc Telecom poursuit sa baisse après la publication des résultats du T3 2022

    Face aux résultats trimestriels publiés par Maroc Telecom, CFG Bank recommande aux investisseurs d’acheter le titre. Un analyste de la place, joint par LeBoursier, considère que les investisseurs ont tendance à réagir davantage aux annonces négatives, d’où la poursuite de la dépréciation du titre Maroc Telecom. Analyse.
  • | Le 18/10/2022 à 17:38

    Voici les recommandations de CFG concernant les trois banques de son Stock Guide

    CFG Bank recommande aux investisseurs d’acheter le titre CIH Bank et de conserver Attijariwafa bank et BCP. Voici Les arguments de CFG, ainsi que les cours objectifs fixés pour ces trois banques.
  • | Le 17/10/2022 à 15:35

    Immobilier coté : “L’amélioration des résultats n’a pas été suffisante pour faire réagir les investisseurs” (Analyste)

    Le secteur immobilier continue d'afficher un manque de dynamisme en bourse, malgré l’amélioration des résultats semestriels des promoteurs. Un analyste joint par LeBoursier retrace l’évolution des immobilières cotées.