χ

Textile : la mesure de sauvegarde sur les importations turques prorogée à fin 2022

Le Maroc a décidé de prolonger d'une année supplémentaire la protection de son marché intérieur de la concurrence des produits de textile turcs. Les industriels marocains qui commencent à regagner le marché local, en y développant leurs propres marques, se félicitent de cette décision.

Textile : la mesure de sauvegarde sur les importations turques prorogée à fin 2022

Le 4 janvier 2022 à 17h25

Modifié 4 janvier 2022 à 17h48

Le Maroc a décidé de prolonger d'une année supplémentaire la protection de son marché intérieur de la concurrence des produits de textile turcs. Les industriels marocains qui commencent à regagner le marché local, en y développant leurs propres marques, se félicitent de cette décision.

La mesure de sauvegarde préférentielle sur les importations turques de certains produits du textile et de l’habillement, sous forme d’un droit additionnel ad valorem équivalant à 90% du droit d’importation qui leur est applicable dans le cadre du régime de droit commun, a été prorogée jusqu’à fin 2022.

Cette mesure initiée en 2018, et qui arrivait à terme en fin 2021, avait pour objectif de protéger l’industrie marocaine du textile et de l’habillement, dans son marché domestique, de la concurrence féroce des importations turques. Ces dernières profitaient jusque-là de l’accord de libre-échange en vigueur entre le Maroc et la Turquie depuis 2006.

Le retour des industriels marocains sur le marché local est amorcé

La profession a accueilli cette nouvelle avec grande joie, selon Mohamed Boubouh. Le président de l’Association marocaine de l’industrie du textile et de l’habillement (AMITH) a confié à Médias24 que cette mesure avait contribué au fait que le marché local regagne l’intérêt des industriels nationaux.

“Ce ne peut être que bénéfique pour l’industrie textile marocaine.” Il estime qu’il s’agit d’une action légitime et courageuse, qui doit se poursuivre pour permettre aux différentes initiatives lancées par l’écosystème marocain de réussir.

En effet, s »agissant du Plan d’accélération industriel pour l’écosystème textile ou de la vision de l’AMITH à l’horizon 2035, tous les deux font de la création de marques marocaines pour le marché domestique une priorité.

“Plusieurs acteurs marocains font le premier pas pour la création de marques. Pour eux, le marché local est redevenu intéressant, ils sont donc en train d’y investir”, affirme le président de l’AMITH.

Des industriels marocains qui travaillaient auparavant sur le marché local, et qui s’en étaient retirés après avoir perdu espoir, sont maintenant en train de revenir en renfort”, explique-t-il. Il cite notamment l’exemple des groupes Filali, ITEX et Vita Couture.

“Il y a d’autres marques qui se créent pour les grandes surfaces, notamment avec Marjane. Label’Vie a également conclu un partenariat similaire avec le ministère pour développer son sourcing local. Grâce à ces accords, les grandes surfaces vendent désormais des produits de meilleure qualité et à un meilleur prix”, estime-t-il.

Le rôle de la douane dans cet effort est crucial et Mohamed Boubouh tient à le rappeler. “Nous remercions l’Administration des douanes, parce qu’elle a parfaitement joué le jeu. Elle est en train de faire des efforts monumentaux, notamment contre la contrebande”, déclare-t-il.

Après la parenthèse de 2020, le secteur a repris sa lancée en 2021

En 2021, nous avons pu récupérer le niveau auquel nous étions en 2019, alors que 2020 a été une année de crise avec la pandémie et le confinement”, souligne le président de l’AMITH. 

En effet, selon les chiffres de l’Office des changes à fin novembre 2021, les exportations marocaines de textile et cuir ont augmenté de 20% par rapport à 2020, pour s’établir à 33 milliards de dirhams, soit un peu moins qu’à la même période en 2019 où elles atteignaient 34 milliards.

“Nos perspectives pour 2022, c’est que la situation peut être encore meilleure. Nous sommes en train de constater que la cartographie du sourcing pour les grandes marques a vraiment changé au profit d’un sourcing de proximité, et que le Maroc redevient une figure de référence, vu sa position géographique dans le bassin méditerranéen”, estime notre interlocuteur. 

Pour rappel, l’industrie textile aujourd’hui au Maroc, c’est 1.628 entreprises, 189.000 emplois directs, un chiffre d’affaires de 50 milliards de dirhams, dont 36 milliards à l’export (2019). Il s’agit du quatrième secteur exportateur au Maroc après l’automobile, les phosphates, l’agriculture et l’agroalimentaire.

A lire aussi


Les dernières annonces judiciaires
Les dernières annonces légales

Communication financière

AFRIC INDUSTRIES : Résultats Semestriels 2021 

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.