LafargeHolcim Maroc : CFG recommande de conserver le titre dans les portefeuilles

| Le 13/9/2021 à 19:48
Le groupe a mieux performé qu’anticipé durant le premier semestre, selon les estimations de CFG Bank. La croissance des revenus sur l'année entière est attendue à +12%. Les marges ont légèrement baissé mais ont globalement bien résisté. Néanmoins elles continueront d’être affecté au second semestre par la hausse des cours du petcoke et l’ouverture de l’usine d’Agadir.

Dans une note diffusée le 13 septembre, la société de recherche CFG Bank a publié une note en réaction aux résultats du groupe LafargeHolcim Maroc au premier semestre. Elle recommande de conserver le titre dans les portefeuilles et anticipe une légère baisse de 2,1% du titre à 1 958 dirhams contre 2 000 dirhams à la clôture de la séance du 13 septembre.

Source : medias24.com

La société de recherche rappelle les bonnes performances du groupe au premier semestre 2021 dans un marché en plein rebond. En effet, à fin juin, la consommation nationale de ciment augmentait de 24,4 % en glissement annuel et 1,1 % par rapport à juin 2019. « De même, l’activité ciment de LafargeHolcim Maroc a également repris dans environnement sanitaire et économique bien meilleur que par rapport au S1-2020. Ainsi, le groupe a enregistré une croissance de 25,6% en glissement annuel de son chiffre d’affaires consolidé, qui s’établit à 4 milliards de dirhams contre 3,18 au S1 2020 » explique CFG Bank.

L’industrie et la consommation de ciments ont évolué plus rapidement que prévu et ont poussé la société de recherche à revoir à la hausse ses prévisions de croissance concernant l’industrie et le groupe. « En effet, nous anticipons désormais une croissance de 11,6% en glissement annuel de la consommation de ciment (vs 8,9% précédemment) » explique CFG Bank.

Une prévision de croissance revue à la hausse

La hausse de la consommation de ciments et les performances affichées par le groupe au premier semestre ont entrainé un changement de prévisions.

« Sur l’ensemble de l’année, nous nous attendons à ce que l’entreprise présente une croissance de 12% du chiffre d’affaires consolidé à 7 816 millions de dirhams (contre 6 980 millions de dirhams sur l’exercice 2020 et 7 855 millions de dirhams sur l’exercice 2019) » précise CFG Bank tout en signalant que le groupe pourrait même dépasser son chiffre d’affaires de 2019 si la consommation de ciments poursuit cette tendance haussière sur le reste de l’année.

Les marges ont mieux résisté que prévu

Comme prévu, la très légère dégradation des marges d’EBIT de l’opérateur s’explique par la remontée des cours du petcoke, utilisé comme combustible dans l’industrie cimentière.

La marge EBIT consolidée s’établit à 44% contre 44,3% au premier semestre 2020. D’ici la fin de l’année 2021, CFG anticipe que cette baisse de marge se poursuivra jusqu’à atteindre 41,8%. La société de recherche explique d’ailleurs avoir anticipé une plus forte diminution de la marge d’EBIT au premier semestre prenant en compte la forte hausse des cours du petcoke. « Par conséquent, L’EBIT bondit de 24,6% à 1 758 millions de dirhams  (vs. 1 411 MDH au premier semestre 2020 et 3 266 MDH attendus en fin d’année 2021), soit un taux de réalisation de 53,8% par rapport à nos prévisions annuelles » explique CFG Bank.

Les marges sont encore attendues à la baisse avec, premièrement la poursuite de la hausse des cours du petcoke au second semestre, et deuxièmement, la prise en compte de l’ouverture de l’usine d’Agadir. Cette ouverture devrait notamment rogné sur les marges du groupe étant donné la baisse des économies d’échelles avant la montée en puissance progressive des volumes de vente.

Considérant ces différents points, la société de recherche estime que le cours est correctement valorisé aujourd’hui. « Notre valorisation de LafargeHolcim Maroc induit un potentiel de baisse de 2,1% et des multiples EV/EBITDA 2021E et 2022E de 12,7x et 12,4x respectivement » conclut la note.

Cette année et en 2022 le dividend yield est anticipé à 3,3% contre 2,5% en 2020.

 

>>> Lire aussi: LafargeHolcim Maroc : Un effet de rattrapage attendu cette année et en 2022

 

 

 

lire aussi
  • | Le 3/10/2022 à 15:44

    Les bénéfices semestriels des banques cotées dépassent le niveau d’avant-crise

    Les bénéfices enregistrés par les banques cotées à la Bourse de Casablanca, au titre du premier semestre 2022, ont dépassé pour la première fois ceux enregistrés au premier semestre 2019. Un directeur au sein d'une société de recherche de la place souligne la résilience des banques face à la crise, et liste les facteurs qui y ont contribué.
  • | Le 2/10/2022 à 11:42

    Banques cotées : amélioration du coût du risque et progression des bénéfices au S1-2022

    Légère évolution de l’activité commerciale, amélioration du coût du risque, hausse de 10% du résultat net part du groupe... Voici comment ont évolué les principaux indicateurs des banques cotées à la bourse de Casablanca.
  • | Le 1/10/2022 à 13:55

    Le cash en circulation demeure stable à fin août 2022

    Le cash en circulation demeure stable d’un mois à l’autre mais affiche une hausse de 22,6 milliards de dirhams par rapport à août 2021. Les dépôts bancaires progressent légèrement par rapport à juillet 2022. Sur une année glissante, ils augmentent de 52 MMDH.
  • | Le 30/9/2022 à 16:10

    Alliances : le RNPG progresse de 77% à fin juin

    Le groupe a pu améliorer son résultat grâce à la bonne maîtrise de ses charges et à la hausse des marges opérationnelles. Le carnet de commandes s'élève à 3,1 MMDH.
  • | Le 30/9/2022 à 8:58

    Ciments du Maroc : baisse de 18% du résultat net

    Le chiffre d’affaires a été maintenu par rapport à la même période en 2021 grâce à la bonne tenue des ventes de clincker à l’export et des matériaux de construction. La hausse des coûts de production, notamment de petcoke, a rogné sur les marges et le résultat net.
  • | Le 29/9/2022 à 18:14

    TGCC en accord avec son business plan, évoque sa lutte contre l’inflation des intrants

    Lors de sa conférence de presse, le management du groupe a exposé les bons résultats du premier semestre et a décrit les moyens mis en œuvre pour lutter contre la hausse du prix des intrants. TGCC n’a pas caché ses ambitions continentales, indiquant que des projets d’envergure seraient annoncés d’ici la fin de l’année. Son chiffre d’affaires dans cette zone devrait tripler d’ici deux ans.