Risma : toujours de belles perspectives attendues en 2024

| Le 16/1/2024 à 15:04
Le groupe opère dans une conjoncture qui s'annonce favorable, avec 15 millions de touristes attendus en 2024, après une année 2023 déjà record. Avec la vente de ses parts dans Accor Gestion Maroc, Risma dispose également de cash pour poursuivre son développement. Elle pourra même le faire en dehors du giron d'Accor.

L’année 2023 a été une année record pour le tourisme national. D’après les derniers chiffres disponibles auprès de l’Office des changes, le nombre d’arrivées au Maroc à fin novembre atteignait 13,3 millions.

D’après la ministre du Tourisme, Fatim-Zahra Ammor, les chiffres dépasseront probablement les 14 millions de touristes au titre de 2023 avec des recettes supérieures à 100 MMDH. À noter qu’entre 2019 et 2022, le pays est passé de la 34e à la 22e place dans le classement mondial des destinations touristiques.

Cette année, un nouveau record est espéré, avec un objectif de 15 millions de touristes selon la ministre. Une bonne nouvelle pour le secteur et ses acteurs qui entament un nouveau cycle touristique, après la phase de reprise post-Covid. Côté bourse, Risma devrait voir ses indicateurs évoluer positivement cette année.

Une croissance attendue dans cette phase bénéfique pour le secteur touristique

Pour le groupe coté, la situation du tourisme national est bénéfique et devrait poursuivre son amélioration continue, avec un objectif de 17,5 millions d’arrivées à l’horizon 2026.

"Les recettes touristiques devraient dépasser les 100 MMDH cette année et l’an prochain, donc il y a désormais un nouveau cycle touristique, et non plus une période de reprise. Risma devrait afficher de la croissance cette année en termes de chiffre d’affaires et de marge, du fait de cette conjoncture positive", explique une source du marché.

Le groupe dispose d’une marge de progression également du fait que ses indicateurs historiques de 2019, concernant le taux d’occupation notamment, ne sont pas revenus à leurs niveaux normatifs. D’après les derniers chiffres disponibles à fin septembre, le groupe affichait un taux d’occupation en progression de 8 points à 56%, contre une moyenne "comprise entre 65% et 68% en 2019", souligne notre source.

Le groupe peut également compter sur sa stratégie opérationnelle menée sur la période 2017-2020, qui devrait porter ses fruits. "Cette stratégie aurait dû payer en 2020, malheureusement le Covid est passé par là. Il s’agissait de faire sortir des hôtels performant en deçà des standards désirés du portefeuille, et de procéder en quelque sorte à un assainissement. Il y a également eu une baisse des frais de gestion, qui avait été négociée avec la société de gestion, et cela implique une amélioration des marges", explique notre source.

Une nouvelle capacité financière pour dynamiser sa croissance

En juin dernier, le groupe Accor a annoncé céder sa participation dans Risma dans l’objectif de suivre sa stratégie mondiale de recentrage sur la gestion et non la détention d’hôtels. Début août, le groupe Accor a acheté 33% des parts détenues par Risma dans sa filiale de gestion hôtelière Accor Gestion Maroc (AGM).

"En somme, l’objectif d’Accor est de devenir gestionnaire et non propriétaire d’hôtels. L’un des avantages pour Risma est que le groupe n’est plus lié à 100% à Accor dans les marques d’hôtels qu’elle peut opérer. Si Risma veut opérer une marque d’hôtel hors du scope actuel, elle peut le faire. Cependant, rien n’est annoncé pour le moment", indique notre source.

D’ailleurs, lors de l’annonce en juin dernier, le groupe Risma promettait "de participer au développement touristique national en construisant ou en acquérant de nouveaux hôtels, avec l’objectif de demeurer l’un des tout premiers groupes hôteliers marocains".

Le groupe dispose désormais de cash, après la cession des 33% qu’il détenait dans AGM. De fait, il dispose de ressources pour accomplir ses ambitions. Cependant, le groupe n’a rien annoncé à ce jour. "Désormais Risma peut élargir ses horizons avec la sortie d’Accor. Son portefeuille ne bouge pas pour l'instant. Même si Risma ne détient plus de part dans AGM, ce dernier reste toujours gestionnaire des hôtels de Risma pour le moment", conclut notre source.

Vous avez un projet immobilier en vue ? Yakeey & Médias24 vous aident à le concrétiser!
© Médias24. Toute reproduction interdite, sous quelque forme que ce soit, sauf autorisation écrite de la Société des Nouveaux Médias. Ce contenu est protégé par la loi et notamment loi 88-13 relative à la presse et l’édition ainsi que les lois 66.19 et 2-00 relatives aux droits d’auteur et droits voisins.
lire aussi
  • | Le 4/3/2024 à 16:23

    Bitcoin : +49% en YTD, les explications d'un trend haussier fulgurant

    Le cours de la première des cryptomonnaies est conduit à la hausse par deux principaux facteurs : la traction des fonds ETF spot autorisés à la mi-janvier par le régulateur américain (SEC), et le 'halving' qui interviendra dans quelques mois. Il s'agit d'un procédé qui divisera par deux la production journalière de bitcoins. De fait, la rareté tire le prix à la hausse.
  • | Le 1/3/2024 à 16:53

    Fort ralentissement du crédit bancaire en janvier et hausse des impayés

    Les crédits bancaires marquent un fort ralentissement en janvier. L’encours global des crédits recule de plus de 24 milliards de dirhams d’un mois sur l’autre. L’encours des comptes débiteurs et crédits de trésorerie chute particulièrement de 12 MMDH en janvier par rapport à décembre. Les impayés, eux, progressent en janvier de près d’un milliard de dirhams d’un mois sur l’autre.
  • | Le 1/3/2024 à 16:37

    Label'Vie : baisse de 31% du résultat net en 2023, hausse de 12% du dividende

    Le groupe est parvenu à maintenir une bonne croissance de son chiffre d'affaires et de ses ventes sur l'année 2023. Alors que 24 magasins ont été inaugurés, la profitabilité a diminué, notamment du fait d'un effet de base défavorable et de la non-récurrence des plus-values exceptionnelles réalisées en 2022.
  • | Le 1/3/2024 à 16:30

    Le FM6I et le GBPM vont lancer le nouveau produit de dette subordonnée

    Le Fonds Mohammed VI pour l’Investissement a annoncé la création, en partenariat avec le GPBM, de CapAccess, le nouveau produit de dette subordonnée. Le produit aura pour but l’injection de quasi-fonds propres dans les entreprises sous forme de dette subordonnée pour remédier à la problématique de sous-capitalisation, engendrant des difficultés d’accès au financement.
  • | Le 1/3/2024 à 13:05

    OCP : hausse des investissements en 2023 à 26 MMDH

    Le groupe affiche une baisse de son chiffre d’affaires en 2023, notamment du fait d’un effet de base négatif après une année 2022 exceptionnelle. L’OCP a maintenu une forte dynamique d’investissement en hausse de 34% par rapport à 2022 avec 26,8 MMDH.
  • | Le 1/3/2024 à 11:37

    Le cash en circulation stable en janvier 2024, baisse des dépôts bancaires

    Le cash en circulation stagne en janvier à 393,1 MMDH. Sur une année glissante, il progresse de 10,2%, soit 36,3 MMDH en valeur. Les dépôts bancaires, eux, chutent de 11,5 MMDH d’un mois sur l’autre.