χ

Casablanca : le PSU dénonce les nouveaux plans d'aménagement de certains arrondissements

Dans les nouveaux plans d'aménagement des arrondissements de Sidi Othmane, Ben M’sik, Sebata et Mouly Rachid, les élus du Parti social unifié (PSU) déplorent le manque d'espaces verts et d'espaces publics. Explications.

Casablanca : le PSU dénonce les nouveaux plans d'aménagement de certains arrondissements

Le 22 août 2022 à 18h45

Modifié 22 août 2022 à 18h46

Dans les nouveaux plans d'aménagement des arrondissements de Sidi Othmane, Ben M’sik, Sebata et Mouly Rachid, les élus du Parti social unifié (PSU) déplorent le manque d'espaces verts et d'espaces publics. Explications.

Dans un communiqué publié ce 22 aout, le PSU rejette les plan d’aménagement de quatre arrondissements, à savoir Sidi Othmane, Ben M’sik, Sebata et Mouly Rachid, présentés dans le cadre de la Commission urbaine du conseil de la ville de Casa.

Ce lundi s’est tenue une session extraordinaire pour discuter les plans de Sidi Otmane et Ben M’sik, quand ceux Sebata et Mouly Rachid ont été examiné lors d’une réunion tenue le 15 août dernier.

Le PSU soulève plusieurs problématiques de fonds et de forme. Le principal étant « un problème structurel dans la méthodologie de préparation des plans », comme le mentionne le communiqué.

Contacté par Médias24, Abdullah Abaakil, membre du Conseil de la ville de la métropole pour le PSU, détaille la position de son parti.

« Le Conseil de la ville n’a qu’un avis consultatif dans la conception de ces plans d’aménagement. C’est l’Agence urbaine de Casablanca qui décide. Ce n’est pas logique. C’est une aversion des responsabilités », avance-t-il.

Le second point relevé par notre interlocuteur est relatif au plan d’aménagement de la ville. « La méthodologie d’élaboration de ces plans n’est pas efficace », explique-t-il.

« Il y a un défaut structurel. Normalement, on devrait discuter le plan d’aménagement de la ville dans son ensemble, et préparer un plan unifié de Casablanca, qui tient en compte de la mobilité de la population, avant de passer aux arrondissements« . Or,  le plan de chaque arrondissement est examiné à part.

De plus, « il n’y a pas de frontières entre les arrondissements. Si un hôpital est installé sur une avenue qui sépare deux arrondissements, on ne pourra pas dire que l’un d’eux ne dispose pas d’hôpital », poursuit l’élu.

Manque d’espaces verts et d’équipement publics

Par ailleurs,  Abdullah Abaakil déplore « qu’encore une fois, énormément de terrains soient réservés à la construction, alors que les équipements publics et les espaces verts ne suivent pas ». 

Notre interlocuteur constate « la concentration de la population dans certaines zones », contre une concentration des services et des équipements dans d’autres zones de la métropole.

A. Abaakil considère ainsi que ces plans « ne répondent pas aux besoins des habitants de la ville, mais favorisent plutôt les intérêts des promoteurs« .

La proportion de zones résidentielles à haute densité passera ainsi à 78% à Sebata, 82% à Sidi Othman, et à 81% à Moulay Rachid, précise le communiqué du PSU (fac-similé ci-dessous).

L’augmentation de la proportion et de la densité de la population (notamment à Sebata et Moulay Rachid) sans l’accompagner de mesures d’élévation de la qualité des services publics, exercera une pression supplémentaire sur ces services (éducation, santé, et transport), ce qui contribuera à la détérioration de la qualité de la vie, alerte le PSU.

En ce qui concerne les espaces verts, Abaakil dénonce l’absence quasi totale de toute méthodologie environnementale dans ces plans. Le parti déplore aussi l’absence quasi totale de projets de reboisement ou d’implantation de nouveaux espaces verts.

« Le rythme de construction de logements est largement supérieur à celui de l’aménagement des espaces verts et des espaces publics », estime Abdullah Abaakil, notant que « le pourcentage des espaces verts oscille entre 4 m2/personne à Moulay Rachid et 1,5 m2/personne à Sebata et Ibn M’sik, contre une norme mondiale de 10 m2/personne requise dans les aménagements des grandes villes », sachant que les pourcentages calculés dans ces plans incluent les côtés de l’autoroute.

 

A lire aussi


Les dernières annonces judiciaires
Les dernières annonces légales

Communication financière

SALAFIN : Situation au 31 Décembre 2020

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.