TotalEnergies Maroc : une bonne dynamique opérationnelle mais une timidité en bourse

| Le 9/6/2022 à 17:40
La hausse des cours du pétrole entraînera par effet prix, une hausse des revenus de TotalEnergies Marketing Maroc cette année. Les volumes de vente devraient également progresser. L’impact sur la profitabilité est incertain en raison de la non-répercussion de la totalité de la hausse du cours du pétrole sur les prix de vente. Pour les analystes, la marge devrait se resserrer cette année. En bourse, la croissance du titre est molle à +2,3% en YTD.

TotalEnergies Marketing Maroc a affiché une bonne progression de son chiffre d’affaires au premier trimestre 2022 de 68% à 4,4 MMDH. Le groupe a également bénéficié d’une amélioration de ses volumes de ventes en hausse de 7% à 455 KT à fin mars.

La conjoncture semble bonne pour TotalEnergies, qui bénéficie d’un redressement de différents facteurs contribuant à ces bonnes performances.

Une hausse des revenus mécanique attendue cette année

Le groupe a tiré et continuera de tirer profit de la forte hausse des cours du pétrole, amorcée depuis le début de l’année.

En effet, à ce jour, le cours du baril de Brent a pris 58% depuis le début de l’année à 123 dollars. Dans son dernier Stock Guide publié le 1er juin, la société de recherche BKGR note que cette hausse devrait induire un effet prix favorable. Les prix des carburants ont d’ailleurs connu une hausse remarquable depuis le début de l’année et pourraient en connaître une nouvelle courant de ce mois à 17 dirhams le litre d’essence. Cela devrait donc améliorer les revenus du groupe sur la période. La société de recherche table sur une hausse de 18% des revenus de TotalEnergies Marketing Maroc cette année à 15,2 MMDH.

Le groupe devrait également observer une amélioration des volumes de ventes. Au T1-2022, ces derniers se sont bonifiés de 7% à 455 KT. BKGR note également en ce sens, « le rebond de l’activité aérienne impactant positivement le chiffre d’affaires du groupe ». Le groupe devrait également tabler sur son rythme soutenu d’ouverture de nouvelles stations-service. La société de recherche précise en ce sens « un large réseau de couverture avec un programme d’ouverture de stations ambitieux (+22 stations en moyenne annuellement) ».

Mais des interrogations demeurent quant à l’impact sur la profitabilité du groupe. Différents analystes de la place nous expliquent que « la hausse des cours du pétrole fait naturellement grimper le prix à la pompe et donc améliore le chiffre d’affaires du groupe. Historiquement, quand les cours du pétrole augmentent, les marges des pétroliers baissent car ils ne sont pas capables d’impacter toute la hausse sur le prix de vente ».

Un phénomène qui pourrait en partie expliquer l’évolution globalement molle du titre en bourse.

Une progression en YTD de 2% seulement

En effet, malgré ces bonnes performances opérationnelles, le cours en bourse n’affiche qu’une progression de 2,3% en YTD à 1 760 dirhams à l’ouverture de la séance du 9 juin.

« Certes les revenus vont croître, mais avec un recul potentiel des marges, l’année en termes de résultat ne sera pas exceptionnelle pour le groupe, ce qui peut expliquer l’atonie observée sur le titre » explique l’un des analystes contactés. Ce manque de visibilité sur les bénéfices est l’un des facteurs qui pourrait expliquer l’atonie du cours e bourse.

Un autre analyste contacté explique que la valeur avait également affiché une bonne croissance en bourse de +43% en 2021. « Il faut également préciser que le rallye observé l’année dernière a été important et que l’évolution du cours en bourse observé à ce moment a anticipé un retour de ces drivers de croissance comme l’amélioration de la demande et l’effet prix » explique-t-il.

L’autre raison provient du fait que la valeur ait été éclipsée par d’autres valeurs qui ont également profité de la hausse des matières premières cette année et rassure plus sur le long terme, comme Managem par exemple. « C’est une valeur qui a connu une forte hausse avec des annonces fortes sur le chiffre d’affaires du premier trimestre et des projets au long cours comme le partenariat avec Renault ou Glencore. Il y a cet aspect long terme qui rassure les investisseurs et créé un engouement sur le marché » explique notre source.

lire aussi
  • | Le 29/6/2022 à 17:03

    IPO : ce qu’il faut savoir sur Disty Technologies, nouvel arrivant en Bourse

    Le prix de l’action a été fixé à 284 dirhams et la première cotation s’effectuera le 20 juillet. La société est une PME et sera la première à intégrer le marché alternatif. En 2021, elle affichait un chiffre d’affaires de 456 MDH. Son IPO lui permettra d’étoffer son portefeuille produit, de recruter et d'envisager une croissance externe. Un premier dividende sera versé au mois de septembre suite à l’opération. La valorisation a induit un rendement de 5,3% sur les deux prochaines années.
  • | Le 29/6/2022 à 15:46

    Assurance Takaful : l’activité a démarré, son développement sera progressif

    L’Autorité de contrôle des assurances et de la prévoyance sociale a fait le point sur le démarrage de l’assurance Takaful et sur le potentiel du marché, lors d’une master class organisée ce mercredi 29 juin.
  • | Le 28/6/2022 à 16:32

    Finance participative : Al Maghribia Takaful dévoile ses produits et ses ambitions

    La filiale participative de La Marocaine Vie démarre son activité au Maroc. Elle a décliné ses produits et exprimé ses ambitions lors d’une conférence de presse ce mardi 28 juin. Détails.
  • | Le 28/6/2022 à 10:07

    Disty Technologies : l’AMMC vise le prospectus d’introduction en bourse de la société

    Cette société de distribution et vente de produits et solutions informatiques souhaite s’introduire en bourse. L’AMMC vise le prospectus relatif à l’IPO et dévoile les conditions de l’opération.
  • | Le 27/6/2022 à 16:28

    BCP : les Marocains du monde devraient booster les crédits immobiliers cette année

    Le groupe table sur un retour exceptionnel des Marocains du Monde après deux ans d’absence, et note d'ores et déjà une amélioration des transferts d’épargne en vue d’investissements. Une amélioration des crédits immobiliers est attendue d’ici la fin de la saison. Ces transferts et acquisitions se font néanmoins dans un cadre réglementaire qui devient de plus en plus tendu, avec l’Europe notamment.
  • | Le 26/6/2022 à 7:53

    LafargeHolcim Maroc : une nouvelle usine moderne, dans un contexte compliqué

    La nouvelle usine Agadir-Souss est fortement équipée en technologie. Elle permettra une amélioration des contrôles et des coûts de production à terme. Le taux d’activité sur la partie clinker est de 60% et l’exportation a déjà commencé. Mais le contexte global est assez morose.