Crédits immobiliers : les taux se sont fixés à 4,1% en mai

| Le 6/6/2022 à 16:07
Les taux fixes hors taxe des crédits immobiliers s’établissaient en moyenne et toutes durées confondues à 4,10% au mois de mai, stable par rapport au mois dernier. Une source du secteur nous confirme que ces taux sont sur une tendance stable depuis le début de l’année, notamment du fait de l’effet de concurrence qui poussent les acteurs à vouloir maintenir les meilleures offres du marché. Certaines catégories d’emprunts ont néanmoins connu une hausse.

Les taux immobiliers, dont la baisse est constatée depuis quelques mois, ont atteint un taux fixe HT de 3,9%. En moyenne, toutes durées confondues, le taux immobilier fixe ressort à 4,10% HT au mois de mai, affirme Afdal, simulateur et comparateur de crédits immobilier au Maroc dans son dernier baromètre mensuel des taux fixes de crédits immobilier pour particuliers.

Ces données sont le résultat d’une étude menée sur la base de 419 préaccords de crédit distribuée par Afdal.ma au cours du mois de mai 2022.

L’étude en question démontre que les emprunts d’un montant allant de 800.000 DH à 1,5 MDH ont vu leur taux fixe HT baisser de 10 pdb à 3,9% par rapport au mois précédent. Quant aux prêts contractés à moins de 800.000 DH, les taux ont finalement diminué de 3 pdb en fixe HT, note Afdal.

En revanche, les tranches de prêts immobiliers allant de 1,5 MDH à 3 MDH ont vu leur taux fixe hors taxe progresser de 10 pbs par rapport au mois précédent. Les taux de l’assurance décès invalidité stagnent à une moyenne de 0,40%, faisant ressortir le taux annuel effectif global à une moyenne de 4,91% fixe, poursuit la même source.

Il est à signaler que par rapport au mois dernier, les taux fixes appliqués aux montants empruntés inférieurs ou égaux à 250.000 DH et allant jusqu’à 800.000 n’ont connu aucune variation. De même pour les taux fixes hors taxe concernant des montants supérieurs à 3 MDH.

Dans cette étude, l’opérateur note que : « les taux bas ont permis à de nombreux acheteurs d’accéder au marché immobilier. Les banques ont donc tout fait pour maintenir les taux à ce niveau, ce qui peut être expliqué par plusieurs facteurs : la volonté de la banque centrale de ne pas étouffer la croissance, le besoin de compenser la hausse des prix immobiliers, la concurrence plus forte entre les banques ».

La baisse des taux s’est stabilisée ce début de l’année

Cette tendance baissière annoncée par l’étude Afdal sur la base de ses propres données, a également été confirmée par la dernière enquête de Bank Al Maghrib concernant les taux débiteurs à fin mars 2022.

Le taux débiteur global s’est établi en moyenne à 4,28% en repli de 16 pbs par rapport au T4-2021 où il s’affichait à 4,44%. De son côté, le taux des crédits immobiliers sur la période a reculé de 14 pbs, se situant à 4,6% contre 4,74% à fin mars 2021.

Contacté sur le sujet des taux des crédits immobiliers aux acquéreurs, un banquier de la place nous explique qu’une certaine stabilité est constatée depuis le début de l’année, faisant suite à une tendance baissière observée depuis 2019.

«Depuis le début de l’année la tendance est plutôt stable. Nous avons connu une période à partir de 2019-2020 où ils ont connu une baisse, mais aujourd’hui, nous avons atteint une zone de stabilité et ce sur tous les montants. Généralement ce sont sur les gros montants et les durées qui ne sont pas très longues que les taux sont les plus agressifs » explique-t-il. Il poursuit, « je pense qu’aujourd’hui, dans le secteur, la concurrence a fait son effet et que nous sommes désormais dans une stabilité ».

De son côté, Afdal note dans son étude qu’en effet, la concurrence, particulièrement à l’aube de la période estivale, a participé à cette baisse des taux. « Une baisse souvent accompagnée par des offres promotionnelles pour encourager les primo-accédants, notamment, d’acquérir un bien même avec un apport personnel limité, alors qu’ils n’auraient pu se le permettre quelques années auparavant » note l’entreprise.

lire aussi
  • | Le 3/8/2022 à 10:11

    Managem : le chiffre d’affaires en forte hausse de 81% à fin juin 2022

    Le groupe a bien profité de la contribution aurifère dans le chiffre d'affaires. Durant le second trimestre, l'Or de la mine de Tri-K comptait pour le tiers des revenus du groupe. La consolidation e la production et l'appréciation de la parité USD/MAD ont également poussé le chiffre d'affaires à la hausse.
  • | Le 1/8/2022 à 9:38

    Mutandis : chiffre d’affaires en hausse de 48% à fin juin 2022

    La hausse des prix de vente suite à l'augmentation des prix des intrants a été généralement bien acceptée. Les volumes de ventes progressent et le chiffre d'affaires dépasse le milliard de dirhams. Season a généré 235 MDH de revenus à fin juin. La dette bancaire recule de 18% par rapport à fin décembre 2021.
  • | Le 1/8/2022 à 9:05

    CDM : hausse de 17% du RNPG à fin juin 2022

    Le groupe a connu une bonne dynamique concernant les crédits à fin juin, en hausse de 4,7% par rapport au S1-2021. Le coût du risque a fortement baissé de 84% par rapport à la même période en 2021. Le RNPG ressort à 325 MDH, tiré par l'amélioration des marges et la baisse du coût du risque.
  • | Le 31/7/2022 à 19:10

    ODM lève 80 MDH sur le marché obligataire, une première dans le secteur de la santé au Maroc

    Le Groupe Oncologie et Diagnostic du Maroc (ODM) clôture avec succès une émission obligataire de 80 millions de dirhams auprès d'investisseurs privés, apprend Médias24.
  • | Le 31/7/2022 à 9:59

    L’encours des crédits bancaires dépasse les 1.000 MMDH à fin juin, les impayés reculent (BAM)

    D’un mois sur l’autre, l’encours du crédit bancaire progressé de 43 MMDH. Les créances en souffrance affichent un léger retrait de 688 MDH d’un mois sur l’autre à 86,7 MMDH. Elles augmentent cependant concernant les ménages. Sur 12 mois glissants, elles progressent de 4,8%.
  • | Le 29/7/2022 à 17:18

    En juin, le cash en circulation repart à la hausse et progresse de 8% sur une année glissante

    Le cash en circulation reprend une tendance haussière en juin 2022. Il progresse de 4,5 MMDH d’un mois sur l’autre. Parallèlement, les dépôts bancaires progressent de 2,2% par rapport au mois précédent, soit 23 MMDH en valeur.