Les créations d’entreprises en baisse de 16% au premier trimestre 2022

| Le 10/5/2022 à 16:51
Le nombre d’entreprises créées à fin mars 2022 s’élève à 24.660, en recul de 16,3% par rapport à la même période l’an dernier. Par rapport au premier trimestre 2020, les créations progressent de 3%. Casablanca rassemble près de 30% des entreprises créées au T1-2022. Les parts des entreprises créées dans le BTP et les services progressent par rapport à la même période en 2021. Celle dans le Commerce diminue. La part des structure à actionnaire unique augmente à 62,6%.

Selon les derniers chiffres disponibles auprès de l’Office marocain de la propriété industrielle et commerciale (OMPIC), la création d’entreprises a poursuivi sa baisse à fin mars 2022 par rapport à la même période en 2021. Au premier trimestre 2022, 24.660 entreprises ont été créées, soit une baisse de 16,3% par rapport au premier trimestre 2021. Le recul suit la même tendance baissière qu’en février 2022 où il était de 16%.

Par rapport au premier trimestre 2020, le nombre de créations a progressé de 3%. A rappeler que cette année-là avait été frappée par le confinement total à partir du 20 mars. Comparées à une année normative comme 2019, les créations d’entreprises au T1-2022 ont baissé de 14,2%.

Durant le mois de mars 2022 seulement, une baisse de 17,3% des créations d’entreprises a été observée avec 9.266 entreprises créées contre 11.204 entreprises en mars 2021. Par nature d’entreprises, au premier trimestre, 17.444 entreprises personnes morales et 7.216 entreprises personnes physiques ont été créées. Par rapport à la même période en 2021, le nombre d’entreprises personnes morales a baissé de 14,2% et celui des entreprises personnes physiques accuse un recul de 21%.

Au cours de ce premier trimestre, les formes juridiques des entreprises créées étaient des Sociétés à responsabilité limitée à actionnaire unique (SARLAU) à hauteur de 62,6% et des SARL à hauteur de 37,2%. A la même période l’an dernier, les SARLAU comptaient pour 59,9% des entreprises créées et les SARL pour 39,6%.

Casablanca rassemble 29% des entreprises créées devant Tanger et Rabat

La région de la capitale économique a dénombré 7.163 créations d’entreprises au premier trimestre 2022. Cela correspond à 29% du total des créations dans le pays. Néanmoins, ce chiffre demeure en baisse de 14,7% par rapport au premier trimestre 2021.

Fin mars 2022, la région de Tanger-Tétouan-Al Hoceïma rassemblait un total de 3.388 créations d’entreprises, soit 13,7% du total. Ce nombre est en recul de 7,5% par rapport à la même période en 2021, mais la région est passée de la troisième à la seconde place.

S’ensuit la région de Rabat-Saké-Kénitra qui occupe la troisième position dans les créations d’entreprises avec 3.330 structures créées (13,5% du total, nldr) à fin mars. Par rapport au premier trimestre 2021, la baisse du nombre de créations d’entreprises dans la région s’élève à 29,9%.

La part des créations dans le secteur du Commerce diminue constamment contrairement aux services et BTP

Les secteurs de créations d’entreprises à fin mars 2022 demeurent globalement traditionnels avec les trois mêmes piliers que sont le Commerce, le BTP et activités immobilières et les Services divers.

Néanmoins, on remarque que sur les 3 dernières années, la part des entreprises créées dans le secteur du Commerce diminuent progressivement. En 2019, de janvier à mars, 44,5% des entreprises créées opéraient dans ce secteur. Durant le premier trimestre 2020, 2021 et 2022, la part a progressivement baissé, passant à 40,4%, 37,7% et 35,5%.

A l’inverse, la part des sociétés créées dans le BTP et activités immobilières affiche une hausse constante sur la même période. Au T1-2019, 16,02% des entreprises créées œuvraient dans ce secteur. Durant les mêmes périodes en 2020, 2021 et 2022, la part a augmenté, passant à 16,27%, 17,17% et 19,13%.

Par rapport à l’année dernière, la part des entreprises créées dans le secteur des Services divers a progressé, passant de 15,37% au T1-2021 à 16,80% cette année. La part dépasse des créations dans ce secteur dépasse également celle observée durant le premier trimestre 2020 qui était de 16,61% et de 2019 où elle s’établissait à 16,33%.

lire aussi
  • | Le 23/1/2023 à 13:46

    En 2022, les dépenses de compensation ont atteint 42 MMDH

    Le Trésor a connu l’an dernier une amélioration de ses recettes, alors que les dépenses de compensation ont presque doublé par rapport à 2021. Le déficit budgétaire global demeure assez stable à 69,5 MMDH.
  • | Le 23/1/2023 à 10:10

    Disway Tunisie : le fonds Amethis est sorti avec succès du capital

    Le fonds d’investissement Amethis a effectué avec succès sa sortie du capital de Disway Tunisie en faveur de l’actionnaire majoritaire, Disway SA.
  • | Le 22/1/2023 à 10:13

    Sonasid : Alpha Mena change sa recommandation sur le titre d’“alléger” à “acheter”

    Pour la société de recherche, le groupe recèle un très bon potentiel en bourse, notamment du fait de la baisse notable accusée en 2022 à partir du troisième trimestre. Le groupe dispose également d’un modèle résilient et d’une situation financière confortable. Un rendement supérieur à 6% est attendu en 2023.
  • | Le 19/1/2023 à 9:46

    Ce que l’on sait des effets de l'imminente suspension de l’intermédiation bancaire par l’UE

    Dans le sillage du Brexit, l’Union européenne prévoit d’interdire aux banques étrangères non établies sur son territoire de proposer des services bancaires du pays d’origine à leurs clients résidant dans un pays de l’Union. Comment cette décision impactera-t-elle les filiales des banques marocaines dans l’UE ? Quelles conséquences pour les Marocains du monde ? Eléments de réponse.
  • | Le 17/1/2023 à 19:56

    Feu vert au projet d’OPA de Holmarcom sur les actions CDM

    L’Autorité marocaine du marché des capitaux a visé le projet d’OPA visant les actions de Crédit du Maroc par Holmarcom Finance Company et AtlantaSanad, au prix de 502 dirhams par action.
  • | Le 16/1/2023 à 15:38

    Immobilier : les perspectives 2023 demeurent très incertaines

    La relance du secteur reste tributaire de plusieurs questions comme les aides au logement qui se font attendre, ou l’indécision des ménages qui repoussent leur décision d’achat. La demande, déjà exsangue, souffrira davantage du fait de la hausse des taux immobiliers, et les grandes immobilières cotées pourraient connaître un léger effet négatif sur leurs dettes à taux révisables cette année.