Mao Jun

Chargé d’affaires a.i. de l’ambassade de Chine au Maroc et ancien directeur de service au département des Affaires d’Afrique du ministère chinois des Affaires étrangères.

Hong Kong: pour garantir le plein succès de la politique « un pays, deux systèmes »

Le 5 avril 2021 à 13h09

Modifié 10 avril 2021 à 17h03

Ce perfectionnement du système électoral de la RAS de Hong Kong permettra de mettre en place, de manière progressive et ordonnée, un système démocratique conforme à l'ordre constitutionnel hongkongais et adapté à sa situation actuelle, d’améliorer l'efficacité de la gouvernance, de préserver les intérêts fondamentaux de Hong Kong et de promouvoir son développement à long terme.

Hong Kong sous l’occupation britannique pendant plus d’un siècle n’a jamais connu de démocratie. Depuis le retour de Hong Kong à la patrie en 1997, le gouvernement central chinois a mis en application la politique d’« un pays, deux systèmes » et le principe de l' »administration de Hong Kong par les Hongkongais » avec un degré élevé d’autonomie, offrant aux habitants de Hong Kong des droits et de la liberté étendus et sans précédent.

Réforme du système électoral 

Pourtant, les émeutes en 2019 ont révélé des lacunes dans le système d’élection de la RAS de Hong Kong. Des forces sécessionnistes locales ont prôné « l’indépendance de Hong Kong » et se sont servis de leur statut de fonctionnaires ou de parlementaires pour se livrer à des actes visant à saper l’ordre législatif et judiciaire, défier la Constitution, la Loi fondamentale et la Loi de la Sécurité nationale de la RAS de Hong Kong et à nuire au climat d’affaires et à l’image internationale de Hong Kong, menaçant gravement la souveraineté, la sécurité et l’intérêt de développement de la Chine.

Ces troubles montrent que le système électoral en vigueur nécessite absolument une réforme. Que ce soit en Chine, au Maroc ou dans n’importe quel autre pays du monde, les fonctionnaires et les candidats au mandat public doivent être fidèles à leur patrie, tel est un principe fondamental de la morale politique.

Les Annexes I et II amendées de la Loi fondamentale de la RAS de Hong Kong visent justement à mettre en œuvre le principe de « l’administration de Hong Kong par les patriotes » afin de garantir l’exercice du pouvoir de Hong Kong par les patriotes.

La Chine ne cherche pas par là à créer une situation « monocolore ». Toute personne fidèle à la patrie pourra participer aux élections et être élue conformément à la loi et les critiques envers le gouvernement seront tolérées. La représentativité au Conseil législatif de Hong Kong sera élargie et les différentes voix continueront à s’y faire entendre.

L’ingérence étrangère

Depuis un certain temps, une petite poignée de personnes animées d’arrière-pensées inavouables s’empressent de se servir des troubles à Hong Kong pour inverser le vrai et le faux, lancer des propos déplacés et perfides, voire tenter de s’immiscer dans les affaires intérieures de la Chine.

Mais les pays clairvoyants savent bien de quel côté se trouve la vérité. A la 46e session du Conseil des droits de l’homme de l’ONU, plus de 70 pays, dont le Maroc, ont signé une déclaration conjointe soutenant la position chinoise concernant Hong Kong, et plus de 20 pays ont directement pris la parole pour soutenir la Chine. Ceci montre que la position chinoise sur les affaires de Hong Kong a obtenu la compréhension et un large soutien de la communauté internationale.

Hong Kong est une région administrative spéciale de la Chine et les affaires de Hong Kong relèvent purement des affaires intérieures de la Chine. Toute tentative d’ingérence dans les affaires de Hong Kong et de pression sur la Chine est vouée à l’échec.

Le gouvernement chinois est fermement déterminé à sauvegarder la souveraineté, la sécurité et les intérêts en matière de développement du pays. Il a la volonté et la confiance d’assurer la poursuite de l’application de la politique d' »un pays, deux systèmes » et du principe de l' »administration de Hong Kong par les Hongkongais » avec un degré élevé d’autonomie, ainsi que la prospérité et la stabilité de Hong Kong.

A lire aussi


Maroc : Une lente reprise prévue et un risque sur le financement des entreprises privées (FMI)

Le chef de la mission du FMI au Maroc, Roberto Cardarelli a dressé un état des lieux de l’économie marocaine et des risques liés à la crise. Pour lui, la reprise économique est bel et bien amorcée. Mais le poids du tourisme dans l’économie et son lent redémarrage seront pénalisants. L’accroissement des besoins de financement du Trésor pourrait également impacter la disponibilité des crédits au secteur privé.

Les dernières annonces judiciaires
Les dernières annonces légales

Communication financière

INVOLYS : Comptes & Résultats au 31 Décembre 2020

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.