CapAccess : l'offre en cours de déploiement progressif par les banques

| Le 28/3/2024 à 16:04
L'écosystème bancaire déploie actuellement la solution de financement à destination des PME et entreprises de taille intermédiaire. Étant donné la technicité de l'offre, le processus requiert la formation des équipes bancaires en interne, ainsi qu'une pédagogie et un accompagnement fort des clients.

Au début du mois de mars, le produit de financement CapAccess était lancé. Son objectif ? Créer un continuum d’investissement pour l’entreprise et renforcer, avec de la dette subordonnée, les capitaux propres des PME désireuses d'investir.

Qu’en est-il de son accueil par le marché ? Contactées par Médias24, des sources de la place nous expliquent qu’il est encore trop tôt pour le dire. Actuellement, l’offre est en cours de déploiement dans les banques. Plus d'informations à ce sujet seront disponibles en avril.

D’après une source bancaire de la place, "l’offre est là. En revanche, il faut rencontrer les clients, leur expliquer le fonctionnement… Ce n’est pas une offre que l’on peut promouvoir à la va-vite, elle a tout de même une dimension technique, donc c’est un travail au corps à corps. Il faut également assurer la formation des collaborateurs en interne sur le sujet. Cela est en cours de déploiement. En ce qui concerne la réalité du terrain et la confrontation de ce produit à la demande du marché, nous pourrons les estimer d’ici septembre 2024".

Un produit intéressant pour les entreprises

Lancé par le Fonds Mohammed VI pour l’investissement (FM6I), en coordination avec les banques et Tamwilcom, le produit a pour but de pallier la sous-capitalisation des PME marocaines.

Une autre source bancaire nous rappelle l’intérêt d’un produit comme celui-ci pour booster l’investissement. "Le FM6I a mis dans une première tranche, 15 milliards de DH, donc il s’agit de montants très importants qui sont alloués à l'investissement. La réalité économique et financière des entreprises marocaines fait qu'elles ont quelques entraves liées à leur sous-capitalisation. Cette sous-capitalisation, dans une orthodoxie financière, peut créer éventuellement des entraves à l'accès au financement. Donc c'est là que la solution CapAccess vient remédier à cette problématique. On parle ici de caractère non dilutif, c'est-à-dire des sociétés qui veulent investir des montants importants, mais qui ne veulent pas ouvrir leur capital", explique-t-il.

Les sociétés doivent cependant respecter certains critères pour pouvoir bénéficier du produit de dette subordonnée. À partir de là, les montants des financements pour les ambitions d’investissement de l’entreprise sont discutés avec la banque. Cette dernière ne dispose pas de limites d’investissement par projet.

"À ma connaissance, il n'y a aucun plafond sur l'investissement. En revanche, il y a un plafond au niveau du Fonds Mohammed VI, qui se limite à 30 millions de DH. Donc, pour les 30 millions du FM6I, les banques sont obligées de financer, a minima, le double, c'est-à-dire 60 millions de DH. Mais la viabilité du projet, sa rentabilité et toutes les caractéristiques du crédit ne limitent aucunement son investissement. Le seul plafond que nous avons ici, c'est le plafond du FM6I", souligne notre source.

Désormais, le travail des banques s'orientera fortement vers la promotion et l’accompagnement des clients potentiels.

Un travail intensif de recrutement des clients

L’offre, lancée au début du mois de mars, invite désormais les banques à déployer la solution auprès de leurs clients potentiels et à les accompagner dans la compréhension du produit et son utilité.

"Nous suivons des solutions de financement d'investissement portées par les entreprises de droit marocain. Le FM6I structure ce nouveau dispositif. Pour ce qui est de la banque, son rôle est celui de la promotion de ce nouvel outil auprès des entreprises marocaines. Donc nous sommes sur le front office. Et nous gérons la relation client avec les entreprises marocaines. Notre rôle est aussi d'assurer le succès du financement via ce mécanisme, c'est-à-dire inciter à l'investissement", nous explique l’une de nos sources bancaires.

En somme, la banque est l’interface entre le client et Tamwilcom. "Nous servons d'interface pour tout ce qui est échanges de données, d'informations, de dossiers, de crédits avec Tamwilcom, qui lui, joue un rôle de back office. Nous sommes le front et nous faisons l’interface avec Tamwilcom qui est gérant de ce fonds qui traite toutes les prises de décision et d’information au nom du FM6I".

S’adressant à des PME d’au moins trois ans d’existence et avec des revenus compris entre 10 et 500 MDH, l’accompagnement est en effet une donnée importante, notamment pour les plus petites structures. "Nous parlons ici d'entreprises avec un chiffre d'affaires de 10 à 500 MDH. Une entreprise avec des revenus de 10 MDH n’est pas forcément structurée avec un département financier, des trésoriers, des montages de dossiers, des business plans et autres", conclut notre interlocuteur.

Vous avez un projet immobilier en vue ? Yakeey & Médias24 vous aident à le concrétiser!

Si vous voulez que l'information se rapproche de vous

Suivez la chaîne Médias24 sur WhatsApp
© Médias24. Toute reproduction interdite, sous quelque forme que ce soit, sauf autorisation écrite de la Société des Nouveaux Médias. Ce contenu est protégé par la loi et notamment loi 88-13 relative à la presse et l’édition ainsi que les lois 66.19 et 2-00 relatives aux droits d’auteur et droits voisins.
lire aussi
  • | Le 13/4/2024 à 13:29

    Addoha et Alliances ont atteint des volumes d'échange records à la cote le 9 avril

    Les volumes d'échange sur les deux valeurs immobilières ont dépassé les 210 MDH lors de la séance du 9 avril. Un record. Ces chiffres s'expliquent par un effet de concentration du fait de plusieurs jours fériés dans la semaine. De plus en plus d'investisseurs OPCVM et de gros investisseurs personnes physiques se positionnent sur le secteur immobilier, dont le poids dans l'indice avoisine les 4%.
  • | Le 9/4/2024 à 16:49

    Ce que l'on sait sur les ambitions de Stena Line, repreneur des parts d'Attica dans AML

    Le groupe Attica, qui détient 49% du capital d'Africa Morocco Link, s'est accordé avec le suédois Stena Line pour racheter ses parts. L'opération permettra à l'opérateur scandinave de se diversifier et de pérenniser ses opérations en mettant un pied en Méditerranée. Contactée, Stena Line nous explique les motivations de cette acquisition.
  • | Le 9/4/2024 à 13:13

    Les banques sont les principales contributrices à la hausse des bénéfices de la cote en 2023 (AGR)

    Sans la contribution des banques, la masse bénéficiaire de la cote en 2023 demeurerait stable. Pour la troisième année, celles-ci sont les principales contributrices à la croissance des bénéfices du marché action. Les dividendes progressent de 18,5% à 18,8 MMDH. Le payout est de 64%.
  • | Le 8/4/2024 à 18:17

    Stena Line va reprendre les 49% d'AML détenus par le grec Attica

    Le groupe Attica, coté à la bourse d'Athènes, a publié un communiqué en fin de matinée, annonçant un compromis de vente de sa participation dans Africa Morocco Link (AML), la compagnie maritime créée par Bank of Africa. Ainsi, la totalité d'AML va changer de main.
  • | Le 8/4/2024 à 15:36

    Ce que l’on sait des finances d’Africa Morocco Links, bientôt contrôlée par la CTM

    On sait peut de choses sur Africa Morocco Links, la compagnie de ferries, dont 51% du capital est en passe d'être cédé par Bank of Africa à CTM, société cotée. Les derniers états de synthèse disponibles sur des plateformes publiques remontent à 2018. Médias24 a pu reconstituer une partie des chiffres.
  • | Le 7/4/2024 à 10:25

    Roundup. La CTM met un pied dans le transport maritime

    Le groupe CTM a annoncé une prise de participation de 51% du capital d'Africa Morocco Link détenu par Bank of Africa. Une opération qui acte la stratégie de diversification des opérations de la société de transport. Cette annonce intervient quelques jours après un avis de réunion pour l'autorisation d'un emprunt obligataire de 300 MDH.