Cosumar : des relais de croissance limités en 2024

| Le 7/2/2024 à 15:35
Cosumar a cédé l'an dernier ses parts dans la raffinerie de Durrah, l'un de ses relais de croissance à moyen terme. Désormais, sa croissance viendrait d’une hausse de la capacité de raffinage, et donc de l’export ou de la possibilité de dupliquer son modèle économique ailleurs. Les faibles niveaux des précipitations locales pourraient peser sur les marges.

Cosumar a connu une année 2023 mouvementée. Le groupe a notamment acté un changement important d’actionnariat avec la sortie de Wilmar qui détenait 30% des parts de Cosumar. L’industriel français Sucden, ainsi que des institutionnels marocains, ont repris cette part du capital.

Le groupe a également cédé sa raffinerie saoudienne de Durrah à Wilmar.

Parallèlement, d’un point de vue opérationnel, il a connu une saison agricole compliquée, avec des précipitations nettement insuffisantes. À fin septembre, le groupe affichait des revenus en baisse de 3,1% à 7,6 MMDH, à cause notamment du retrait des volumes de ventes disponibles à l’export. Mais avec des niveaux de précipitations toujours inquiétants et "la perte" du relais de croissance à moyen terme que représentait la raffinerie de Durrah, comment se profile l’année 2024 ?

Peu de facteurs pourraient changer la donne en 2024

De plus en plus, le groupe est assujetti à des évolutions climatiques défavorables. Comme nous le rappelle, une source du marché, "2023 n’était pas une bonne année en termes de précipitations, car nous étions sur un taux d’autosuffisance de l’ordre de 18%. À ce niveau, les marges dégagées sur les activités au Maroc sont plus faibles, car le raffinage de sucre brut génère moins de marge que le raffinage et la production de sucre effectués à partir des plantes locales sucrières".

Dans les faits, toute baisse de l’amont agricole au Maroc va impacter les marges et le résultat du groupe. À l’export, dans les chiffres à fin juin, il y a eu une baisse des volumes, mais une amélioration des marges de raffinage qui a partiellement compensé ce retrait.

Le groupe devra, cette année, faire sans la contribution de l’usine saoudienne de Durrah. Cependant, d’un point de vue de profitabilité, cela n’impactera pas le groupe. D’après notre source, "Durrah ne va factuellement pas changer la vie de Cosumar sur le court terme. Il s’agissait d’une intégration par mise en équivalence, ce qui implique que l’impact était simplement ressenti au niveau des résultats et non au niveau des autres agrégats. Il s’agit qui plus est de raffinage qui ne renferme pas un niveau de rentabilité aussi important. La société était déficitaire et tirait le résultat du groupe vers le bas, donc à court terme, cela est plutôt positif. Mais à moyen terme, elle aurait contribué à améliorer les résultats qui auraient été d’environ 100 MDH".

Concernant les marges, s’il est encore difficile de se positionner sur le comportement à venir en 2024, notre interlocuteur fait remarquer que "l’amont à l’international est globalement bon. La croissance internationale devrait être meilleure que l’an dernier. Mais il n’y a pas d’événements qui viendraient changer la donne cette année".

La demande sera donc probablement plus soutenue à l’export, et les marges pourraient être légèrement affectées du fait d’un meilleur amont international face à une production locale affectée par les niveaux de précipitations inférieurs à la normale.

Des leviers de croissance limités

Le comportement des marges étant difficile à prévoir pour cette année, il faut surveiller trois indicateurs clés pour évaluer la tendance dans la profitabilité de Cosumar.

Premièrement, la prime de blanc, puis l’amont agricole, et enfin le prix de la tonne de charbon sur le marché international, intrant utilisé par le groupe dans son procédé industriel. "En réalité, ce qui importe, c’est la prime de blanc, qui est la différence entre le prix du brut et le prix du raffiné. Actuellement, il est difficile de se prononcer sur ce facteur-là. C’est d’ailleurs sur ce facteur que repose la rentabilité de l’activité export", explique notre source.

Sur son marché local, l’activité de Cosumar est globalement sécurisée, mais la croissance est limitée par une certaine capacité de production et par une demande qui évolue légèrement à la baisse. "La consommation de sucre au Maroc est élevée par rapport à la moyenne mondiale, mais elle est en légère baisse, notamment pour des raisons sanitaires", explique notre source.

De fait, le groupe devra investir pour générer de la croissance à terme. Avec la cession de ses parts dans Durrah, il a différentes options.

Consulter ici : toute la communication financière de Cosumar

Vous avez un projet immobilier en vue ? Yakeey & Médias24 vous aident à le concrétiser!
© Médias24. Toute reproduction interdite, sous quelque forme que ce soit, sauf autorisation écrite de la Société des Nouveaux Médias. Ce contenu est protégé par la loi et notamment loi 88-13 relative à la presse et l’édition ainsi que les lois 66.19 et 2-00 relatives aux droits d’auteur et droits voisins.
lire aussi
  • | Le 24/2/2024 à 12:53

    CIH Bank : PNB, coût du risque, perspectives 2024, le PDG revient sur les réalisations du groupe

    Dans une conférence de presse tenue le 23 février à Casablanca, CIH Bank a présenté ses performances 2023. Le PDG du groupe est également revenu sur les raisons de la forte progression du coût du risque en 2023 et les opportunités qui se dessinent cette année, dans la perspective de la CAN et de la Coupe du Monde.
  • | Le 23/2/2024 à 9:36

    CIH Bank : RNPG consolidé en hausse de 6% en 2023, dividende stable

    Le groupe affiche un PNB en progression de 27% du fait de l’accroissement de la marge nette d’intérêt de 8,6% et de la bonne performance des activités de marché. Le coût du risque a plus que doublé par rapport à 2022 pour atteindre près de 1,3 MMDH. Le RNPG affiche cependant une progression de 6,2% à 710 MDH.
  • | Le 22/2/2024 à 15:17

    Stagnation des créations d'entreprises en 2023 (OMPIC)

    Les SARLAU, qui deviennent de plus en plus populaires, représentent 64% des entreprises créées. La région Casablanca-Settat regroupe près de 29% des entreprises créées. Les défaillances d'entreprises, parallèlement, progressent de 15% par rapport à 2022, avec 14.245 défaillances d'après les derniers chiffres d'Inforisk D&B. Les défaillances des PME avec un chiffre d'affaires de plus de 10 MDH ont progressé de 150%.
  • | Le 22/2/2024 à 10:48

    Delta Holding : hausse de 12% du chiffre d’affaires consolidé en 2023

    L’endettement net consolidé baisse de 73% en 2023 à 103 MDH. Les investissements progressent nettement, passant de 58 MDH en 2022 à 90 MDH en 2023.
  • | Le 22/2/2024 à 8:04

    CMT : revirement, les opérations classées ont été déclassées par le parquet à la demande des Douanes

    Le groupe minier annonce un nouveau revirement dans son contentieux avec l’Office des changes. Après avoir ordonné de déclasser certaines opérations réduisant le montant litigieux, le parquet a transmis le dossier en l’état au tribunal afin de le voir statuer sur l’ensemble des opérations considérées comme irrégulières par l’Office des changes.
  • | Le 21/2/2024 à 16:56

    Voici les principales conclusions du chef de la mission du FMI au Maroc après les récentes consultations (vidéo)

    Après deux semaines de consultations dans le Royaume, le chef de mission du FMI au Maroc, Roberto Cardarelli, livre sa lecture des perspectives macroéconomiques. Il annonce que le versement de la première tranche de la facilité pour la résilience et la durabilité (FSR) sera discuté le mois prochain. Une accélération des réformes structurelles est nécessaire pour doper la croissance.