Qui est ShareID, la nouvelle startup financée par 212Founders ?

| Le 15/2/2023 à 16:19
Cette startup entend notamment développer un pôle Intelligence artificielle au Maroc et renforcer sa position aux Etats-Unis. Rencontre avec sa cofondatrice, Sara Sebti.

Le 2 février, CDG Invest annonçait sa prise de participation au sein du capital de ShareID, une startup tech de son programme 212Founders. La jeune entreprise figurait dans la première cohorte de 212Founders, incubée à Station F, à Paris. 212Founders a investi 8,7 MDH sur un total de 20 MDH, que la startup a levés également auprès du fonds NewFund.

Les dirigeantes de la startup ont rencontré 212Founders lors de l’événement Vivatech à Paris, où des pitchs de projets étaient organisés.

Contactée par Médias24, Sara Sebti revient sur sa rencontre avec sa cofondatrice Sawsen Rezig, sur le business de ShareID, et nous explique les ambitions de son entreprise post-levée. "ShareID a été créée en juillet 2020 dans le cadre d’un programme d’entrepreneuriat baptisé ‘Entrepreneur First’ à la Station F. Le but était de mettre en relation de potentiels CEO avec de potentiels CTO pour créer des entreprises tech. C’est là que j’ai rencontré la cofondatrice, Sawsen Rezig", nous explique Sara Sebti.

La startup opère dans le domaine de la confiance numérique, lors des interactions nécessitant une authentification par l’identité officielle ou un partage de tout ou partie de la donnée personnelle. La solution est actuellement opérationnelle dans sept pays.

Dématérialiser le contrôle de l’identité

Concrètement, quel est le business de cette jeune startup ? Sa volonté est de faciliter les contrôles de l’identité officielle entre particuliers et professionnels via une technologie propriétaire basée sur l’intelligence artificielle.

"Aujourd’hui, ShareID permet de reproduire l’équivalent d’un contrôle d’identité fait par des autorités, en temps réel et sans aucun stockage de la donnée personnelle ou biométrique", explique Sara Sebti. D’où la notion de confiance numérique. Comment cela fonctionne-t-il ?

"Concrètement, on va capturer une vidéo de la pièce d’identité et du visage de l’utilisateur, authentifier la pièce d’identité, vérifier l’appartenance du titre au porteur et vérifier le caractère vivant de l’utilisateur. C’est-à-dire s’assurer qu’il ne s’agit pas d’un masque ou d’un deep fake. Une fois que tous les signaux sont au vert, nous allons pourvoir émettre une identité digitale réutilisable, qui nous permettra d’authentifier la personne lors des interactions suivantes via un simple sourire de la part de l’utilisateur", détaille-t-elle.

Un outil qui peut permettre à de nombreuses industries de faciliter l’accès à différents services tout en optimisant l’efficacité des contrôles et en limitant le risque de fraude. "Chez les banques par exemple, l’application est utilisée pour les opérations sensibles sur les comptes bancaires. Au lieu d’appeler votre agence ou de vous y déplacer, la banque peut vous envoyer une notification sur l’application, où il vous suffira juste de sourire face à votre ordinateur ou smartphone pour garantir votre identité et effectuer l’opération bancaire", explique la dirigeante.

Le contrôle dématérialisé de l’identité pour lutter contre la fraude peut tout aussi bien s’appliquer au secteur de la mobilité, comme Uber ou Careem pour vérifier l’identité d’un livreur effectuant une course. "C’est un milieu qui a récemment connu beaucoup de fraudes, avec des gens qui signaient des contrats et faisaient travailler d’autres personnes à leur place", note Sara Sebti.

Avec cette nouvelle levée de fonds, la société compte se développer en se rapprochant du Maroc et en accélérant son développement aux Etats-Unis.

Un pôle Intelligence artificielle sera constitué au Maroc

La levée de fonds effectuée permettra à la startup d’accélérer sa croissance en renforçant sa position, notamment sur le marché américain, où elle est déjà présente, et en développant un pôle Intelligence artificielle (IA) au Maroc.

Le Maroc représente pour la cofondatrice une localisation idéale dotée de compétences stratégiques. "Premièrement, nous souhaitons développer un pôle Intelligence artificielle au Maroc car il y a des compétences remarquables en informatique et en mathématiques à saisir pour développer cette activité. De plus, l’Afrique est un marché énorme et le Maroc est une excellente porte d’entrée. Le continent est en train de se digitaliser massivement et va plus vite et plus fort que l’Europe, car il apprend des erreurs de l’Europe. Il serait donc dommage de se priver de ce marché", défend-elle.

L’activité du pôle IA sera lancée via cette levée, mais dépendra du volume business généré par l’activité de la startup en Afrique. L’objectif premier étant de renforcer les marchés sur lesquels ShareID est déjà positionné, comme le Sénégal ou le Nigéria, où l’entreprise s’assure de son product market fit en donnant gratuitement son produit.

Le groupe compte également renforcer sa position sur le marché américain. Un marché bien plus compétitif mais qui possède aussi son lot d’opportunités, notamment en lien avec l’adoption rapide et la connaissance de la technologie. "Nous avons lancé le marché américain en janvier cette année. Notre fonds NewFund a pour habitude d’accompagner les startups françaises aux Etats-Unis. Nous souhaitons nous positionner sur ce marché, car c’est celui qui offre le plus d’opportunités. L’appétence de ce marché pour la technologie et l’état d’esprit sont plus favorables, malgré la très forte compétition", conclut-elle.

Vous avez un projet immobilier en vue ? Yakeey & Médias24 vous aident à le concrétiser!

Si vous voulez que l'information se rapproche de vous

Suivez la chaîne Médias24 sur WhatsApp
© Médias24. Toute reproduction interdite, sous quelque forme que ce soit, sauf autorisation écrite de la Société des Nouveaux Médias. Ce contenu est protégé par la loi et notamment loi 88-13 relative à la presse et l’édition ainsi que les lois 66.19 et 2-00 relatives aux droits d’auteur et droits voisins.
lire aussi
  • | Le 26/5/2024 à 8:09

    Taux. Légère hausse à fin mars, la transmission du taux directeur aux taux réels se poursuit

    Une très légère hausse du taux débiteur moyen global a été observée au T1-24 à 5,4%. Cette hausse est dans la lignée normale de la lente transmission de la hausse du taux directeur aux taux réels. D'un trimestre à l'autre, les taux des crédits à l'équipement affichent la progression la plus forte du fait de la forte demande. Une correction est observée sur les taux des crédits immobiliers et de trésorerie.
  • | Le 24/5/2024 à 10:28

    Akdital : le chiffre d’affaires progresse de 61% à fin mars

    Le groupe poursuit le chemin de la croissance et accroît son développement territorial au premier trimestre. L’endettement recule légèrement de 2% à fin mars par rapport à la fin de l’année dernière. Le groupe prévoit 12 ouvertures cette année, dont deux déjà opérationnelles à Marrakech et Khouribga. La capacité litière serait portée d’ici fin d’année à 3.700 lits contre 2.300 lits en 2023.
  • | Le 23/5/2024 à 14:57

    Bourse. En 2023, les étrangers et les MRE détiennent 168 MMDH d'encours

    En 2023, alors que le montant des investissements des étrangers en valeur a progressé de 8% par rapport à 2022, la part que les étrangers détenaient dans la cote a légèrement reculé du fait de la hausse de la capitalisation boursière globale. La grande majorité des investissements étrangers sont stratégiques. Les investissements étrangers sont représentés à quasi parts égales par le Moyen-Orient et l'Europe.
  • | Le 23/5/2024 à 9:16

    Managem : baisse de 13% du chiffre d’affaires à fin mars

    La baisse des revenus provient notamment de la suspension temporaire des opérations polymétalliques sur le site de Guemassa et de la baisse de la production de cobalt en provenance de la mine de Bou-Azzer dans le but de préserver les ressources. Cela a été partiellement compensé par la hausse des cours du cuivre et des métaux précieux.
  • | Le 22/5/2024 à 18:03

    Tiers de confiance. L'AMDIE va s'appuyer sur les experts-comptables pour débourser les primes à l'investissement

    Lors des 8e Assises de l'Ordre des experts-comptables tenues ce 22 mai, l'AMDIE a signé une convention avec l'OEC pour les désigner comme tiers de confiance dans les process de déboursement des primes à l'investissement. Explications de Ali Seddiki, directeur général de l'AMDIE.
  • | Le 22/5/2024 à 13:31

    Virement instantané : un volume de 15,2 MMDH d'opérations traitées à fin avril

    L'adoption du virement instantané s'accélère en 2024, près d'un an après son lancement le 1er juin 2023. Depuis sa mise en service jusqu'à fin avril 2024, plus de 10 millions d'opérations ont été effectuées pour un volume global de plus de 36 MMDH. Le nombre d'opérations traitées par jour en moyenne a progressé de 45% en 2024, à 45.000 par rapport à la moyenne en 2023.