χ

L’examen du barreau a-t-il fuité ? Beaucoup l'affirment, le ministère dément

Cas de fraudes et contenu de l’examen diffusés sur les réseaux sociaux... Le concours d’accès à la profession d’avocat fait l’objet d’une polémique. Le ministère de la Justice réfute les accusations de fuites. Les associations professionnelles n’ont pas encore réagi.

L’examen du barreau a-t-il fuité ? Beaucoup l'affirment, le ministère dément

Le 5 décembre 2022 à 18h13

Modifié 5 décembre 2022 à 19h36

Cas de fraudes et contenu de l’examen diffusés sur les réseaux sociaux... Le concours d’accès à la profession d’avocat fait l’objet d’une polémique. Le ministère de la Justice réfute les accusations de fuites. Les associations professionnelles n’ont pas encore réagi.

"L’examen d’aptitude à l’exercice de la profession d’avocat n’a pas fuité", assure à Médias24 une source autorisée au sein du ministère de la Justice.

Organisé ce dimanche 4 décembre, le concours d’accès à la profession d’avocat fait l’objet d’une polémique. Sur les réseaux sociaux, des images des questions de l’examen et des captures d’écran de conversations WhatsApp entre candidats circulent massivement, laissant place à des interrogations quant à l’organisation de l’examen.

Dans ces échanges, les réponses au questionnaire à choix multiples sont diffusées dans des conversations de groupes, tandis que certains avouent avoir triché durant l’épreuve, et que d’autres proposent aux candidats d’envoyer les questions pour les aider à y répondre.

Sur la toile, certains avocats s’indignent et dénoncent ces cas de fraudes, ainsi que la publication du contenu de l’examen "partagé dix minutes après le début de l’épreuve". Une partie de la profession pointe du doigt le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi, et l’accuse de mauvaise gestion du concours.

Contacté par nos soins, le ministre de la Justice n’a pas donné suite à nos sollicitations. Cela dit, une source autorisée au sein de son département affirme que le contenu dudit examen "n’a pas fuité".

Un concours rejeté d’office par la profession

Ni l’Association des barreaux du Maroc ni les bâtonniers des barreaux n’ont communiqué à ce sujet pour l’instant. Joints par Médias24, certains d’entre eux ont cependant exprimé leur rejet quant à l’organisation du concours d’accès à la profession, dès que l’annonce de sa programmation a été publiée.

En octobre dernier, l’Association des barreaux du Maroc a déclaré, via communiqué, rejeter "toutes les étapes, mesures et conditions annoncées par le ministère" dans le cadre de l’organisation du concours d’accès à la profession ; celles-ci ayant été déterminées "de manière unilatérale" par le ministère de tutelle.

Durant la même période, le bâtonnier de Casablanca avait également pointé l’absence de consultation préalable entre le ministère de la Justice et le barreau casablancais au sujet de la tenue de l’examen.

Selon lui, la scène professionnelle sera "noyée" par les nouveaux arrivants, puisque l’édition de 2019 avait vu quelque 4.575 candidats réussir le test, venant engorger une corporation totalisant déjà près de 15.000 membres à l’époque.

De plus, au moment de l’annonce de la programmation du concours, les praticiens attendaient plutôt la révision du texte encadrant la profession. Une réforme censée modifier les conditions d’accès à la profession en mettant en place, notamment, un institut de formation des avocats.

A lire aussi


Les dernières annonces judiciaires
Les dernières annonces légales

Communication financière

INVOLYS : Comptes & Résultats au 31 Décembre 2021

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.