χ

Mohamed Mahboub : « Le secteur du BTP est en souffrance et l’activité est au ralenti »

Mohamed Mahboub a été élu, fin juin, président de la Fédération nationale du bâtiment et des travaux publics, remplaçant ainsi le président sortant El Mouloudi Benhamane. Le point sur ses priorités à la tête de cette Fédération.

Mohamed Mahboub : « Le secteur du BTP est en souffrance et l’activité est au ralenti »

Le 17 juillet 2022 à 8h42

Modifié 17 juillet 2022 à 8h42

Mohamed Mahboub a été élu, fin juin, président de la Fédération nationale du bâtiment et des travaux publics, remplaçant ainsi le président sortant El Mouloudi Benhamane. Le point sur ses priorités à la tête de cette Fédération.

Mohamed Mahboub était le seul candidat à la présidence de la Fédération nationale du bâtiment et des travaux publics (FNBTP). Le nouveau président est ingénieur ESTP Paris (1974). Il avait commencé sa carrière à l’Office national de l’électricité (ONE) en tant qu’ingénieur responsable de la construction du siège de l’Office à Casablanca, ainsi que de la centrale hydro-électrique du barrage Al Massira sur Oued Oum Er-Rabii.

En 1976, il intègre SEPROB (Société d’exploitation des procédés Boussiron, ndlr), une société de construction dans le bâtiment et travaux publics jusqu’à y devenir administrateur directeur général pendant vingt ans.

Il préside actuellement Binaa Yarid, une société de construction dans le BTP. Il a également plusieurs casquettes dans le milieu associatif, notamment :

– président du Giac-BTP (Groupement interprofessionnel d’aide au conseil, ndlr) ;

– président du conseil d’administration de l’Ecole Mohammed VI des métiers du BTP à Settat ;

– président du conseil d’administration de la société anonyme de l’Institut de formation dans les métiers du BTP de Fès (IFMBTP SA);

– président de la FNBTP depuis l’assemblée générale élective du 28 juin 2022.

Médias24: Les deux dernières années ont été relativement difficiles pour de nombreux secteurs, notamment celui du BTP. A combien estimez-vous les dégâts subis en termes de chiffres d’affaires et de pertes d’emplois ?

Mohamed Mahboub: Le nombre d’emplois perdus dans le secteur du BTP a été désastreux pour le maintien de l’activité du secteur. Effectivement, suite à la crise sanitaire et ses répercussions, ainsi qu’au déclenchement de la guerre en Ukraine, plusieurs chantiers ont été désertés et plusieurs marchés ont connu des retards importants. Certains ont d’ailleurs été résiliés ou sont en cours de résiliation.

Suite à la cherté et à la rareté de la matière première qui n’a pas été soutenue par le système actuel de révision des prix, plusieurs entreprises ont mis la clé sous la porte ou sont en redressement judiciaire. Elles ont été obligées de licencier des centaines d’ouvriers et de salariés.

– Nous avons également constaté une baisse de la consommation du ciment* durant ces trois derniers mois. Comment expliquez-vous cette situation ?

– La baisse des ventes de ciment démontre que le secteur du BTP est en souffrance et que l’activité tourne au ralenti. Parmi les facteurs susceptibles d’expliquer cette baisse, le fait que la commande publique n’a pas, cette année, enregistré une véritable relance en matière d’investissements. La branche bâtiment et construction de logement a également connu une baisse significative d’activité due à la conjoncture économique actuelle.

– Vous avez récemment été nommé à la tête de la FNBTP. Quel est votre programme de travail et quelles sont vos priorités ?

– Notre plan d’action s’articule autour de plusieurs axes afin de mieux servir les entreprises du BTP adhérentes à notre Fédération. Parmi ces axes :

> la refonte des textes réglementaires régissant la commande publique (décret des marchés publics** et le CCAG-Travaux – Cahier des clauses administratives générales applicables aux marchés publics de travaux, ndlr) ;

> la réforme du système de qualification et classification des entreprises du BTP ;

> la nouvelle stratégie pour la formation professionnelle ;

> l’accompagnement de nos entreprises à l’export ;

> le renforcement des ressources financières et la stratégie de communication de la Fédération.

– Selon vous, quand est-ce que le secteur reprendra-t-il son rythme d’avant la crise du Covid ?

– Plusieurs contraintes devraient être surmontées afin de permettre une relance du secteur du BTP. Parmi celles-ci, je cite les suivantes :

> la résolution de certains problèmes majeurs auxquels la profession est confrontée ;

> la révision des prix qui ne reflètent pas la réalité de la flambée des matières premières ;

> la casse des prix pratiquée dans plusieurs marchés publics ;

> le lancement effectif du programme des projets d’infrastructure, présenté lors de la journée d’information sur les programmes prévisionnels par le ministère de l’Equipement et de l’eau en mars 2022 ;

> l’application des dispositions de la circulaire du chef du gouvernement du 18 avril 2022 ;

> la finalisation de réformes engagées dans le cadre du contrat-programme signé avec 11 ministères en septembre 2018.

*La consommation du ciment est en baisse depuis le mois d’avril 2022, selon les chiffres publiés par l’Association professionnelle des cimentiers (APC). A fin avril, la baisse est estimée à 5,1%, à 3% à fin mai et à 4,5% à fin juin.

**Un avant-projet de décret relatif aux marchés publics a été déposé en consultation publique sur le site du Secrétariat général du gouvernement (SGG) en juin. Ce dernier vient abroger celui de 2013. Son entrée en vigueur est prévue pour le 1er janvier 2023.

A lire aussi


Les dernières annonces judiciaires
Les dernières annonces légales

Communication financière

LafargeHolcim Maroc : Communication trimestrielle T4 2021

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.