Barid Cash : un dynamisme basé sur l’expansion réseau et le développement des services

| Le 17/7/2022 à 6:59
En moins de dix ans, la société spécialisée dans les transferts et les paiements est passée à un réseau de 1.100 agences au Maroc. Le groupe compte tripler le nombre de ses agences d’ici trois ans.

Créée en 2014, Barid Cash est une filiale détenue à 100% par Al Barid Bank. A travers les années, elle a connu un fort dynamisme qui l’a poussée à se transformer dans ses activités. Opérant quasi exclusivement sur les transferts d’argent et les paiements de factures à ses débuts effectifs en 2016, afin de répondre à la concurrence des activités de transferts d’argent, le groupe a trouvé des leviers de développement pour diversifier ses services et renforcer son réseau.

Medias24 s’est entretenu avec Abdelhak Benanane, directeur général de Barid Cash, afin de comprendre comment le groupe a développé ses activités, comment il a fait face à la crise du Covid-19 et quelles sont ses ambitions.

Abdelhak Benanane, directeur général de Barid Cash.

La crise sanitaire a démocratisé les transferts formels

Début 2020, l’apparition de la pandémie de Covid-19 entraîne dans son sillage un chamboulement organisationnel au sein des entreprises. Le groupe n’y échappe pas. Il doit cependant continuer à assumer son rôle dans la distribution des aides aux citoyens par le biais de ses 1.100 points de vente répartis dans le pays.

« Nous recevions énormément de bénéficiaires qui venaient récupérer leurs aides. Nous devions donc garantir la continuité de l’activité ainsi que la sécurité sanitaire de nos agents et clients. Dans certaines régions, nous avons dû étendre nos horaires pour répondre aux besoins. En somme, il nous a fallu nous adapter », explique Abdelhak Benanane.

Sur le front de l’activité, la pandémie a joué en faveur des activités de transferts. « En raison des déplacements alors impossibles et de la nécessité de subvenir aux besoins familiaux, cette pandémie a poussé les clients à recourir aux circuits d’envois d’argent formels. Ils se sont mis à les trouver pratiques, rapides et avantageux », explique Abdelhak Benanane.

Une dynamique qui s’est poursuivie en 2021, dans le sillage de la démocratisation et de l’engouement observés en 2020. L’activité des transferts a d’ailleurs progressé de 30% par an sur les trois dernières années.

Le groupe a également fait évoluer la nature de son business afin de développer ses activités et d’offrir des services plus diversifiés. Un virage opéré en 2018, lorsque Barid Cash est devenu un établissement de paiement.

L’obtention de l’agrément d’établissement de paiement et le développement des services

Cet agrément, décroché la même année, a permis au groupe d’intégrer une nouvelle dimension. « Cette activité de paiement nous permet de nous positionner en tant qu’acteur dans l’écosystème de la stratégie nationale d’inclusion financière », souligne le directeur général.

Cela a changé la nature du business de Barid Cash à plusieurs égards, notamment grâce au développement et à la transformation impulsée dans la démarche client. « Ça a permis de faire évoluer notre parcours client, dans le sens où l’on est passés d’une activité d’urgence, où nous avions affaire à des usagers, à une activité basée sur la notion de client », poursuit Abdelhak Benanane.

Désormais, un compte de paiement peut être ouvert chez Barid Cash avec des services qui y sont associés. Concernant ces comptes, une hausse de 50% est enregistrée chaque année en termes d’ouvertures et d’activité des comptes. Outre le recrutement de clients particuliers pour l’ouverture de compte et la souscription aux services, le groupe a fortement développé le recrutement de commerçants. « Nous avons recruté un certain nombre de commerçants. Nous tablons sur le développement de l’écosystème, qui se fait de manière assez agressive actuellement », explique notre interlocuteur.

Depuis, la société joue le rôle d’intermédiaire de contact et de paiement pour différentes instances, en particulier l’Agence nationale de sécurité routière (NARSA),Barid Cash gère le renouvellement des cartes grises et des permis de conduire. Aujourd’hui, un citoyen qui cherche à renouveler son permis peut se rendre dans une agence Barid Cash. La demande est saisie, les documents sont scannés et soumis à la NARSA. La réponse parvient entre 2 et 4 semaines.

« Alors que la NARSA mettait à disposition des citoyens 76 points de contacts, elle en offre désormais 700. Cela a permis de réduire les délais de traitement des opérations de renouvellement. Nous avons effectué cela progressivement, en commençant par le permis de conduire, et nous l’avons ensuite étendu à la carte grise », nous explique Abdelhak Benanane.

Ce positionnement fait d’ailleurs partie des piliers de développement du groupe pour catalyser ses activités ; le fait de se positionner comme intermédiaire dans la prise en charge des dossiers et des paiements pour différentes instances.

Augmenter la taille réseau et renchérir l’offre produit dans les années à venir

Le groupe disposera de deux leviers principaux dans les années à venir. Premièrement, celui qui joue un rôle clé dans la nature de l’industrie dans laquelle œuvre Barid Cash, c’est bien la taille du réseau et le maillage territorial.

« L’un des leviers de croissance de Barid Cash, c’est le développement réseau. Nous souhaitons aller vers un niveau d’agence beaucoup plus important. Un citoyen qui se présente dans l’une de nos agences doit pouvoir en trouver une autre dans les environs. La proximité est le point déterminant de notre réussite », confie le directeur général.

Il est également question de poursuivre le développement de services offerts aux utilisateurs et de renforcer la position de la société en tant qu’intermédiaire dans la prise en charge des dossiers et des paiements.

« A côté de cela, c’est la richesse de l’offre produit qui importe. Un citoyen qui vient chez Barid Cash peut effectuer son opération de transfert, ouvrir son compte, payer ses factures, récupérer sa carte monétique et même déposer son dossier de maladie. En somme, autant d’opérations qui font que nous sommes en mesure de satisfaire un ensemble de besoins des clients », explique Abdelhak Benanane.

Barid Cash a d’ailleurs développé cela avec la CNSS, où elle joue plusieurs rôles, notamment celui d’enrôlement des indépendants qui cherchent à être affiliés. « Notre réseau sert de point de contact pour l’immatriculation à la CNSS ainsi que le dépôt de dossier AMO. Nous avons dernièrement participé à l’opération « Contrôle de vie » de la CNSS », précise notre interlocuteur. Cette opération permet aux citoyens d’éviter de devoir fournir un certificat de vie, et de ne récupérer que leurs mandats faisant foi.

Les ambitions du groupe sont grandes sur ce sujet, car la CNSS dispose d’un projet ambitieux pour faire adhérer les indépendants. Le recours à des agences de proximité comme Barid Cash permettra de mieux assurer cette intégration. Cette fonction d’intermédiaire pourrait se poursuivre chez le groupe auprès de différentes administrations, comme des ministères ou des particuliers ayant besoin d’un réseau de distribution.

L’entreprise a d’ailleurs commencé, cette année, à servir dans ses agences le produit de messagerie Amana. « En 2022, nous avons accéléré la commercialisation, dans nos agences, des produits de messagerie pour le compte de notre groupe, en particulier la prestation Amana. Ainsi, les citoyens peuvent effectuer des dépôts et des retraits de colis à partir de nos agences avec le même niveau de qualité de service Amana. C’est un atout important, notamment avec l’essor du e-commerce, où nous servons de point de paiement et de messagerie. Il s’agit de l’un des plus importants axes de développement de notre activité », conclut le dirigeant.

lire aussi
  • | Le 3/8/2022 à 10:11

    Managem : le chiffre d’affaires en forte hausse de 81% à fin juin 2022

    Le groupe a bien profité de la contribution aurifère dans le chiffre d'affaires. Durant le second trimestre, l'Or de la mine de Tri-K comptait pour le tiers des revenus du groupe. La consolidation e la production et l'appréciation de la parité USD/MAD ont également poussé le chiffre d'affaires à la hausse.
  • | Le 1/8/2022 à 9:38

    Mutandis : chiffre d’affaires en hausse de 48% à fin juin 2022

    La hausse des prix de vente suite à l'augmentation des prix des intrants a été généralement bien acceptée. Les volumes de ventes progressent et le chiffre d'affaires dépasse le milliard de dirhams. Season a généré 235 MDH de revenus à fin juin. La dette bancaire recule de 18% par rapport à fin décembre 2021.
  • | Le 1/8/2022 à 9:05

    CDM : hausse de 17% du RNPG à fin juin 2022

    Le groupe a connu une bonne dynamique concernant les crédits à fin juin, en hausse de 4,7% par rapport au S1-2021. Le coût du risque a fortement baissé de 84% par rapport à la même période en 2021. Le RNPG ressort à 325 MDH, tiré par l'amélioration des marges et la baisse du coût du risque.
  • | Le 31/7/2022 à 19:10

    ODM lève 80 MDH sur le marché obligataire, une première dans le secteur de la santé au Maroc

    Le Groupe Oncologie et Diagnostic du Maroc (ODM) clôture avec succès une émission obligataire de 80 millions de dirhams auprès d'investisseurs privés, apprend Médias24.
  • | Le 31/7/2022 à 9:59

    L’encours des crédits bancaires dépasse les 1.000 MMDH à fin juin, les impayés reculent (BAM)

    D’un mois sur l’autre, l’encours du crédit bancaire progressé de 43 MMDH. Les créances en souffrance affichent un léger retrait de 688 MDH d’un mois sur l’autre à 86,7 MMDH. Elles augmentent cependant concernant les ménages. Sur 12 mois glissants, elles progressent de 4,8%.
  • | Le 29/7/2022 à 17:18

    En juin, le cash en circulation repart à la hausse et progresse de 8% sur une année glissante

    Le cash en circulation reprend une tendance haussière en juin 2022. Il progresse de 4,5 MMDH d’un mois sur l’autre. Parallèlement, les dépôts bancaires progressent de 2,2% par rapport au mois précédent, soit 23 MMDH en valeur.