Faible réaction sur les marchés boursier et obligataire face au maintien du taux directeur inchangé

| Le 24/6/2022 à 16:12
Les investisseurs sur les marchés des actions et des obligations ont faiblement réagi au maintien du taux directeur inchangé à 1,50%, d’après deux experts de la place qui nous livrent leurs explications. Analyse.

L’annonce de la décision de la Banque centrale par rapport à l’évolution du taux directeur n’a pas vraiment généré de réaction de la part des investisseurs sur les marchés des actions et des obligations.

Cette annonce était pourtant très attendue. Le marché boursier avait même connu une accélération de la baisse, liée aux craintes de quelques investisseurs par rapport à une éventuelle hausse du taux directeur.

Le taux directeur a finalement été maintenu inchangé au niveau de 1,50%, à l’issue du Conseil de Bank Al-Maghrib, tenu le mardi 21 juin.

Les investisseurs craignant une hausse, la stabilisation du taux aurait dû les faire réagir d’une manière positive. Mais ce n’est pas vraiment le cas.

Joints par LeBoursier, deux experts du marché nous apprennent que, pour le moment, la réaction des investisseurs demeure très faible sur les marchés analysés.

Arbitrage en faveur du marché secondaire

Un responsable au sein d’une société de recherche nous livre son analyse. « Certains investisseurs s’attendaient à une hausse du taux. Nous (société de recherche, ndlr) et nos confrères, sur la base d’éléments objectifs, avons signalé qu’en principe la Banque centrale devait maintenir le taux directeur à son niveau. Le marché boursier aurait dû un petit peu reprendre après le maintien du taux directeur inchangé. Mais les investisseurs en bourse n’ont pas vraiment réagi positivement face à cette annonce. »

La faible réaction des investisseurs s’explique par le fait qu’une hausse des taux sur le marché secondaire a été observée, indiquant qu’un arbitrage a été fait en faveur de ce marché.

« Les tensions sont très visibles sur le marché secondaire. Les investisseurs font aujourd’hui de l’arbitrage sur la partie secondaire. Si le taux directeur avait augmenté, cela aurait occasionné une forte baisse du marché actions. Mais comme le taux est resté stable, et même le discours du wali de BAM n’annonce pas une éventuelle hausse du taux dans les mois à venir, ce qui ferme un peu la porte à toute spéculation ; les investisseurs préfèrent s’orienter vers le marché secondaire », explique notre interlocuteur.

La hausse des volumes des échanges observée au cours de cette semaine est attribuée en grande partie à des opérations d’aller-retour qui animent légèrement le marché à la fin de chaque semestre, d’après notre interlocuteur. « Sinon les volumes auraient été très faibles parce qu’il n’y a pas d’éléments fondamentaux qui pourraient dynamiser le marché », souligne-t-il.

Légère animation du marché primaire

La réaction des investisseurs aurait pu être importante sur le marché obligataire dans le cas d’une hausse du taux. « La décision du maintien du taux a été largement anticipée. Du coup, ça a été globalement intégré dans la courbe », nous indique un gestionnaire de fonds de la place.

En revanche, un léger dynamisme est remarqué sur le marché primaire. « On observe une petite animation sur le marché primaire. Cela s’explique par le fait qu’il y a quelques investisseurs qui avaient peur d’une hausse du taux. Ils se sont abstenus de réaliser des soumissions au cours des dernières semaines. Quand la hausse n’a pas été effectuée, ils ont été rassurés, ce qui les a encouragés à réaliser leurs soumissions. La dernière séance d’adjudication sur ce marché a enregistré 5 milliards de DH de souscription, alors qu’habituellement elles tournent autour de 3 à 3,5 MMDH. Mais je souligne que ce dynamisme reste très léger. Il faut attendre un peu avant de confirmer cette tendance », conclut-il.

lire aussi
  • | Le 3/8/2022 à 10:11

    Managem : le chiffre d’affaires en forte hausse de 81% à fin juin 2022

    Le groupe a bien profité de la contribution aurifère dans le chiffre d'affaires. Durant le second trimestre, l'Or de la mine de Tri-K comptait pour le tiers des revenus du groupe. La consolidation e la production et l'appréciation de la parité USD/MAD ont également poussé le chiffre d'affaires à la hausse.
  • | Le 1/8/2022 à 9:38

    Mutandis : chiffre d’affaires en hausse de 48% à fin juin 2022

    La hausse des prix de vente suite à l'augmentation des prix des intrants a été généralement bien acceptée. Les volumes de ventes progressent et le chiffre d'affaires dépasse le milliard de dirhams. Season a généré 235 MDH de revenus à fin juin. La dette bancaire recule de 18% par rapport à fin décembre 2021.
  • | Le 1/8/2022 à 9:05

    CDM : hausse de 17% du RNPG à fin juin 2022

    Le groupe a connu une bonne dynamique concernant les crédits à fin juin, en hausse de 4,7% par rapport au S1-2021. Le coût du risque a fortement baissé de 84% par rapport à la même période en 2021. Le RNPG ressort à 325 MDH, tiré par l'amélioration des marges et la baisse du coût du risque.
  • | Le 31/7/2022 à 19:10

    ODM lève 80 MDH sur le marché obligataire, une première dans le secteur de la santé au Maroc

    Le Groupe Oncologie et Diagnostic du Maroc (ODM) clôture avec succès une émission obligataire de 80 millions de dirhams auprès d'investisseurs privés, apprend Médias24.
  • | Le 31/7/2022 à 9:59

    L’encours des crédits bancaires dépasse les 1.000 MMDH à fin juin, les impayés reculent (BAM)

    D’un mois sur l’autre, l’encours du crédit bancaire progressé de 43 MMDH. Les créances en souffrance affichent un léger retrait de 688 MDH d’un mois sur l’autre à 86,7 MMDH. Elles augmentent cependant concernant les ménages. Sur 12 mois glissants, elles progressent de 4,8%.
  • | Le 29/7/2022 à 17:18

    En juin, le cash en circulation repart à la hausse et progresse de 8% sur une année glissante

    Le cash en circulation reprend une tendance haussière en juin 2022. Il progresse de 4,5 MMDH d’un mois sur l’autre. Parallèlement, les dépôts bancaires progressent de 2,2% par rapport au mois précédent, soit 23 MMDH en valeur.