Le marché boursier entre baisse et attentisme, le Conseil de BAM est épié

| Le 20/6/2022 à 16:30
La baisse de la Bourse de Casablanca s'est accélérée à la clôture de la séance du vendredi 17 juin, reflétant ainsi les craintes et l’attentisme des investisseurs quant à l’évolution du taux directeur, d’après les explications d’un membre du directoire d’une société de bourse de la place. Analyse.

Le marché boursier marocain poursuit sa baisse. Rien qu’à la clôture de la séance du vendredi 17 juin, le MASI a lâché 1,4% pour descendre à 12.083,57 points, portant ainsi sa baisse cumulée depuis début 2022 à 9,5%.

MSI20, l’indice regroupant les vingt valeurs les plus liquides de la place, a perdu 1,38% à 975 points. Sa baisse en YTD a dépassé les 10%. Le MASI a récupéré timidement 0,4% ce lundi, mais cette évolution s’est faite après l’échange d’un petit volume de 17,3 MDH seulement.

Le volume qui a accompagné la baisse observée vendredi s’est situé à 162 MDH, drainé majoritairement par Maroc Telecom (26,6 MDH).

A noter que la capitalisation boursière globale est passée de 690,7 MMDH au 31 décembre 2021 à 632,7 MMDH vendredi, soit 58 MMDH se sont évaporés depuis le début de cette année.

A rappeler que le marché a corrigé légèrement à la hausse il y a quelques semaines, après avoir clôturé six séances consécutives sur une appréciation. Mais comme nous l’avait confié Bachir Tazi, directeur de CFG Bank Capital Markets, « il y a des petits signaux positifs par-ci, par-là, qui peuvent alimenter ce genre de progressions positives à court terme, mais la tendance reste très incertaine sur le court et moyen terme ».

Qu’est-ce qui continue d’alimenter la baisse du marché ? Contacté par LeBoursier, un membre du directoire d’une société de bourse de la place explique : « Il y a eu quelques opérations d’aller-retour à la fin de la semaine dernière. Quelques investisseurs institutionnels ont opté pour ce genre d’opérations afin de réajuster leurs portefeuilles. Cela explique la hausse des volumes échangés. Une hausse qui vient renforcer la tendance baissière générale du marché. »

La baisse observée à la fin de la semaine dernière est liée, d’après notre interlocuteur, aux anticipations des investisseurs par rapport aux décisions qui seront prises lors du Conseil de Bank Al-Maghrib, qui se tient mardi 21 juin, notamment en ce qui concerne le taux directeur.

« Les investisseurs attendent avec impatience le Conseil de Bank Al-Maghrib. Les décisions qui devraient être dévoilées demain [mardi 21 juin] seront déterminantes pour l’évolution du marché financier. Il y a quelques investisseurs qui s’attendent à une hausse du taux directeur. Et cela a influencé négativement le marché. »

Quel serait l’impact d’une éventuelle hausse du taux directeur sur le marché ?

Une éventuelle hausse du taux directeur ne serait pas très favorable pour le marché.

« Une hausse du taux directeur traduirait un resserrement de la politique monétaire du pays. La Banque centrale réduirait un petit peu ses interventions sur le marché. Le cash disponible chez les banques et les institutionnels serait en diminution. Dans ces conditions, les investisseurs institutionnels interviendraient de moins en moins sur le marché », estime notre interlocuteur.

Et d’ajouter : « Une hausse éventuelle hausse du taux directeur impacterait bien évidement la courbe des taux. Cela va influencer les rendements des actifs obligataires. La hausse du taux impliquerait aussi automatiquement une baisse de l’investissement et de la distribution des crédits. Ce contexte impacterait la rentabilité des société cotées. »

En dehors des perturbations observées à l’échelle internationale, conjuguée à la hausse de l’inflation au Maroc comme partout ailleurs, l’évolution prochaine du taux directeur aurait un impact significatif sur le marché.

lire aussi
  • | Le 3/7/2022 à 11:08

    Bourse : voici comment a évolué le marché au 1er semestre 2022

    Le marché boursier marocain a connu deux tendances au cours du premier semestre 2022 avant de terminer sur une baisse de 10% au 30 juin. Voici les principales observations d’un membre du directoire d’une société de bourse de la place.
  • | Le 30/6/2022 à 19:16

    Bourse : les investisseurs institutionnels continuent de dominer le marché au 1er trimestre 2022

    Le rapport du « Profil des investisseurs en bourse » de l’AMMC, au titre du 1er trimestre 2022, montre que les investisseurs institutionnels continuent de dominer le marché boursier. Voici les principales tendances qui se dégagent du rapport.
  • | Le 29/6/2022 à 17:03

    IPO : ce qu’il faut savoir sur Disty Technologies, nouvel arrivant en Bourse

    Le prix de l’action a été fixé à 284 dirhams et la première cotation s’effectuera le 20 juillet. La société est une PME et sera la première à intégrer le marché alternatif. En 2021, elle affichait un chiffre d’affaires de 456 MDH. Son IPO lui permettra d’étoffer son portefeuille produit, de recruter et d'envisager une croissance externe. Un premier dividende sera versé au mois de septembre suite à l’opération. La valorisation a induit un rendement de 5,3% sur les deux prochaines années.
  • | Le 28/6/2022 à 15:28

    La croissance de la masse bénéficiaire de la cote devrait ralentir à +3,5% en 2022 (CFG Bank)

    Après un bond des bénéfices de la cote en 2021, le rythme de croisière devrait fortement ralentir cette année. Les secteurs de l’énergie, des cimentiers et de l’automobile devraient le plus participer à la baisse de la masse bénéficiaire.
  • | Le 27/6/2022 à 16:20

    Les banques reculent en bourse malgré la bonne évolution de leur activité au T1-2022

    La majorité des banques cotées à la bourse de Casablanca affiche une évolution baissière depuis le début de l’année. Un analyste nous explique que cette baisse n’est pas fondamentale vu que l’activité a bien évolué en début d’année. Des craintes commencent néanmoins à encercler le secteur.
  • | Le 21/6/2022 à 15:52

    Bourse : voici les secteurs cotés qui résistent bien face à la baisse du marché

    Six secteurs cotés résistent bien en bourse, affichant une évolution positive de leurs cours depuis le début de l’année 2022, au moment où le MASI poursuit sa dégringolade. Un analyste de la place apporte des explications.