OPCVM : les investisseurs prennent plus de risques et passent du monétaire à l’OMLT

| Le 9/5/2024 à 15:35
A fin mars, les encours OPCVM monétaires et obligataires court terme reculaient de 5,5% et 12,2% respectivement. Les investisseurs opèrent des rachats pour miser sur l’OMLT, plus risqué. Les exigences des investisseurs baissent du fait d’un déséquilibre offre/demande. Le Trésor est très confortable dans le renouvellement de sa dette.

D’après les dernières données de l’Association des Sociétés de Gestion et Fonds d’Investissement Marocains (ASFIM), l’encours global sous gestion dans les OPCVM à fin mars 2024 a progressé de 3% à 576,7 MMDH.

Cependant, par rapport au mois de février, l’encours sous gestion a reculé de 2,14%. Une baisse qui a été principalement conduite par le recul des OPCVM monétaires de près de 14,8% et des OPCVM obligataires court terme (CT) de 10,3%. Concernant ces catégories d’OPCVM en YTD, leurs encours ont baissé de respectivement 5,49% à 78,9 MMDH et de 12,22% à 75,31 MMDH.

Plusieurs facteurs expliquent cela, dans un contexte de stabilité des taux, notamment une appétence des investisseurs pour plus de risques.

Une transition s’observe du monétaire vers l’OMLT

Contacté par Médias24, un gérant de portefeuille nous explique cette baisse des encours monétaires et OCT depuis le début de l’année. Pour lui, le premier facteur à prendre en compte concerne l’aisance financière du Trésor.

"En dehors de l’anticipation de la baisse des taux, qui n’est presque plus prise en considération par les investisseurs aujourd’hui, ce que nous observons, c’est une situation du Trésor qui a complètement changé. Aujourd’hui, l’argentier de l’État gère bien la situation financière et a pris beaucoup d’avance en termes de levées sur l’année. Il dispose donc de beaucoup de confort à renouveler sa dette", explique-t-il.

Cette facilité à lever auprès des investisseurs fait que les taux sont stables depuis un moment avec de légères pressions baissières sur quelques maturités. "Le marché n’anticipe plus de hausse, hormis une volatilité très contenue sur les taux. Cela fait que le marché aujourd’hui a plus de confiance dans le fait de prendre un peu plus de risque. Il opère des rachats de l’OCT et du monétaire vers des actifs plus risqués, à savoir l’OMLT. C’est ce que l’on constate depuis le début de l’année", poursuit notre interlocuteur. D’ailleurs, à fin mars, la collecte nette des OMLT est de loin la plus importante à 17,56 MMDH, devant les OPCVM contractuels à 2,2 MMDH.

La baisse des exigences des investisseurs provient d’un déséquilibre offre/demande

Cette facilité du Trésor à lever crée de fait un déséquilibre entre l’offre et la demande sur le marché et induit une légère pression baissière sur les taux.

"La baisse des exigences des investisseurs provient d’un déséquilibre entre l’offre et la demande. Les vendeurs ne sont pas obligés de concéder des points de base pour aller chercher des maturités plus risquées. C’est davantage l’offre qui est restreinte aux adjudications et qui fait que les investisseurs sont obligés de concéder des points de base pour être servis", explique notre source.

Le Trésor dispose donc de la possibilité de lever aux maturités qui lui semblent intéressantes avec le taux qui lui convient. Cela s’explique également par le fait que l’argentier de l’État dispose d’une duration assez confortable de cinq ans et demi en moyenne. Il s’agit là de la durée moyenne de sa dette.

Vous avez un projet immobilier en vue ? Yakeey & Médias24 vous aident à le concrétiser!

Si vous voulez que l'information se rapproche de vous

Suivez la chaîne Médias24 sur WhatsApp
© Médias24. Toute reproduction interdite, sous quelque forme que ce soit, sauf autorisation écrite de la Société des Nouveaux Médias. Ce contenu est protégé par la loi et notamment loi 88-13 relative à la presse et l’édition ainsi que les lois 66.19 et 2-00 relatives aux droits d’auteur et droits voisins.
lire aussi
  • | Le 24/5/2024 à 10:28

    Akdital : le chiffre d’affaires progresse de 61% à fin mars

    Le groupe poursuit le chemin de la croissance et accroît son développement territorial au premier trimestre. L’endettement recule légèrement de 2% à fin mars par rapport à la fin de l’année dernière. Le groupe prévoit 12 ouvertures cette année, dont deux déjà opérationnelles à Marrakech et Khouribga. La capacité litière serait portée d’ici fin d’année à 3.700 lits contre 2.300 lits en 2023.
  • | Le 23/5/2024 à 14:57

    Bourse. En 2023, les étrangers et les MRE détiennent 168 MMDH d'encours

    En 2023, alors que le montant des investissements des étrangers en valeur a progressé de 8% par rapport à 2022, la part que les étrangers détenaient dans la cote a légèrement reculé du fait de la hausse de la capitalisation boursière globale. La grande majorité des investissements étrangers sont stratégiques. Les investissements étrangers sont représentés à quasi parts égales par le Moyen-Orient et l'Europe.
  • | Le 23/5/2024 à 9:16

    Managem : baisse de 13% du chiffre d’affaires à fin mars

    La baisse des revenus provient notamment de la suspension temporaire des opérations polymétalliques sur le site de Guemassa et de la baisse de la production de cobalt en provenance de la mine de Bou-Azzer dans le but de préserver les ressources. Cela a été partiellement compensé par la hausse des cours du cuivre et des métaux précieux.
  • | Le 22/5/2024 à 18:03

    Tiers de confiance. L'AMDIE va s'appuyer sur les experts-comptables pour débourser les primes à l'investissement

    Lors des 8e Assises de l'Ordre des experts-comptables tenues ce 22 mai, l'AMDIE a signé une convention avec l'OEC pour les désigner comme tiers de confiance dans les process de déboursement des primes à l'investissement. Explications de Ali Seddiki, directeur général de l'AMDIE.
  • | Le 22/5/2024 à 13:31

    Virement instantané : un volume de 15,2 MMDH d'opérations traitées à fin avril

    L'adoption du virement instantané s'accélère en 2024, près d'un an après son lancement le 1er juin 2023. Depuis sa mise en service jusqu'à fin avril 2024, plus de 10 millions d'opérations ont été effectuées pour un volume global de plus de 36 MMDH. Le nombre d'opérations traitées par jour en moyenne a progressé de 45% en 2024, à 45.000 par rapport à la moyenne en 2023.
  • | Le 22/5/2024 à 9:26

    BCP : hausse de 78% du RNPG au premier trimestre

    Le groupe affiche une amélioration de 25,5% de son PNB à fin mars 2024, poussé par les activités bancaires et le rebond des activités de marché. Le coût du risque progresse de 48% à 1,3 MMDH.