Bank Al Maghrib privilégie le soutien à la croissance malgré les risques inflationnistes (AGR)

B.B | Le 27/3/2022 à 8:47
Dans une note en réaction au conseil de la Banque Centrale le 22 mars, Attijari Global Research (AGR) note qu’en dépit des pressions inflationnistes, le soutien à la croissance économique demeure la priorité. Une volonté marquée par un climat économique compliquée et une campagne agricole attendue à 25 millions de quintaux en 2022. AGR note que le coût du financement demeure favorable à la relance avec des taux de refinancement à des niveaux bas.

Le premier conseil trimestriel 2022 de Bank Al Maghrib (BAM) s’est tenu le 22 mars. In fine, la Banque centrale a décidé de ne pas modifier son taux directeur à 1,5%, et ce, malgré la situation inflationniste galopante. Le Wali de BAM a annoncé que le pays traversait une période inédite et empreinte d’une très grande incertitude.

Suite à cette annonce, Attijari Global Research (AGR), qui avait anticipé cette décision, a publié une note de réaction. La société de recherche note que cette décision de BAM intervient dans un cadre international complexe marqué par le conflit entre la Russie et l’Ukraine. Elle note « les perturbations des chaînes de production mondiales et leurs conséquences significatives sur les prix des matières premières ». Cette donne a confirmé le revirement monétaire des grandes banques centrales telles que la BCE ou la FED, qui a récemment rehaussé de 0,25 point son taux directeur.

Mais malgré cette donne inflationniste forte, la priorité est donnée à la relance économique et au soutien à la croissance en 2022.

Les enjeux de la croissance économique priment sur la hausse des prix

Pour AGR, cette décision du maintien inchangé du taux directeur montre que BAM privilégie le soutien à la croissance en 2022. « Celle-ci est toujours fragilisée par les répercussions de la crise sanitaire, le contexte international défavorable et les perspectives d’une campagne agricole historiquement faible » note la société de recherche. En effet, un total de 25 millions de quintaux est attendu cette année par BAM contre un record de 103 millions de quintaux en 2021.

D’ailleurs, le gouverneur de la banque centrale a annoncé une forte correction à la baisse du niveau de croissance du PIB en 2022 lors du dernier conseil. Les projections sont passées de 2,9% de croissance à 0,7%. Cette révision s’inscrit dans un contexte international moins favorable. Aux Etats-Unis comme en Europe, la croissance économique est attendue en baisse par rapport à 2021.

Dans le soutien à la croissance économique, AGR note également une situation favorable concernant le coût du financement. La société de recherche souligne que « l’évolution des taux de refinancement du Trésor, des entreprises privées et des ménages qui demeurent à des niveaux bas depuis 2019 ». Durant la période 2022-2023, une croissance modérée de 4,1% des crédits au secteur non financier est attendue. Les taux débiteurs quant à eux ont reculé passant de 5% en 2019 à 4,39% en 2021. « En raison de la hausse naturelle de la prime de risque, les taux débiteurs n’intègrent que partiellement la baisse du Taux Directeur de 75 PBS en 2020 » précise AGR.

Mais si la priorité est à la croissance, pour BAM, la vigilance reste cependant de mise sur la question de l’inflation.

Une hausse des prix surveillée de près

Lors de son intervention, le Wali de BAM a annoncé que les prévisions effectuées quant aux orientations économiques du pays, étaient particulières et enclines aux risques de changement. La situation évolue très rapidement en effet, quand l’on sait qu’en début d’année, la prévision de l’inflation était à 1,8%. Désormais, BAM table sur un taux de 4,7% en 2022, soit un plus haut depuis 1995.

Ces niveaux se rapprochent de ceux observés à l’international avec des taux de 5,1% et 7,2% observés dans le Zone Euro et aux Etats-Unis respectivement. « Depuis 2008, l’inflation au Maroc avait rarement dépassé le seuil cible de la Banque Centrale de 2% » note AGR. Depuis le début de l’année, les matières premières ont poursuit leur hausse. Le prix du baril de Brent a augmenté de 35%, largement catalysé par le conflit russo-ukrainien. En parallèle, le cuivre a pris 7%, le plomb 6%, sans compter 26% pour l’huile de soja et 24% pour le blé.

Lors du conseil, le gouverneur de la Banque Centrale a d’ailleurs annoncé que « s’il le faut, nous sommes prêts à convoquer un conseil avant l’heure pour réadapter nos prévisions et nos décisions de politique monétaire ».

Vous avez un projet immobilier en vue ? Yakeey & Médias24 vous aident à le concrétiser!

Si vous voulez que l'information se rapproche de vous

Suivez la chaîne Médias24 sur WhatsApp
© Médias24. Toute reproduction interdite, sous quelque forme que ce soit, sauf autorisation écrite de la Société des Nouveaux Médias. Ce contenu est protégé par la loi et notamment loi 88-13 relative à la presse et l’édition ainsi que les lois 66.19 et 2-00 relatives aux droits d’auteur et droits voisins.
lire aussi
  • | Le 26/5/2024 à 8:09

    Taux. Légère hausse à fin mars, la transmission du taux directeur aux taux réels se poursuit

    Une très légère hausse du taux débiteur moyen global a été observée au T1-24 à 5,4%. Cette hausse est dans la lignée normale de la lente transmission de la hausse du taux directeur aux taux réels. D'un trimestre à l'autre, les taux des crédits à l'équipement affichent la progression la plus forte du fait de la forte demande. Une correction est observée sur les taux des crédits immobiliers et de trésorerie.
  • | Le 24/5/2024 à 10:28

    Akdital : le chiffre d’affaires progresse de 61% à fin mars

    Le groupe poursuit le chemin de la croissance et accroît son développement territorial au premier trimestre. L’endettement recule légèrement de 2% à fin mars par rapport à la fin de l’année dernière. Le groupe prévoit 12 ouvertures cette année, dont deux déjà opérationnelles à Marrakech et Khouribga. La capacité litière serait portée d’ici fin d’année à 3.700 lits contre 2.300 lits en 2023.
  • | Le 23/5/2024 à 14:57

    Bourse. En 2023, les étrangers et les MRE détiennent 168 MMDH d'encours

    En 2023, alors que le montant des investissements des étrangers en valeur a progressé de 8% par rapport à 2022, la part que les étrangers détenaient dans la cote a légèrement reculé du fait de la hausse de la capitalisation boursière globale. La grande majorité des investissements étrangers sont stratégiques. Les investissements étrangers sont représentés à quasi parts égales par le Moyen-Orient et l'Europe.
  • | Le 23/5/2024 à 9:16

    Managem : baisse de 13% du chiffre d’affaires à fin mars

    La baisse des revenus provient notamment de la suspension temporaire des opérations polymétalliques sur le site de Guemassa et de la baisse de la production de cobalt en provenance de la mine de Bou-Azzer dans le but de préserver les ressources. Cela a été partiellement compensé par la hausse des cours du cuivre et des métaux précieux.
  • | Le 22/5/2024 à 18:03

    Tiers de confiance. L'AMDIE va s'appuyer sur les experts-comptables pour débourser les primes à l'investissement

    Lors des 8e Assises de l'Ordre des experts-comptables tenues ce 22 mai, l'AMDIE a signé une convention avec l'OEC pour les désigner comme tiers de confiance dans les process de déboursement des primes à l'investissement. Explications de Ali Seddiki, directeur général de l'AMDIE.
  • | Le 22/5/2024 à 13:31

    Virement instantané : un volume de 15,2 MMDH d'opérations traitées à fin avril

    L'adoption du virement instantané s'accélère en 2024, près d'un an après son lancement le 1er juin 2023. Depuis sa mise en service jusqu'à fin avril 2024, plus de 10 millions d'opérations ont été effectuées pour un volume global de plus de 36 MMDH. Le nombre d'opérations traitées par jour en moyenne a progressé de 45% en 2024, à 45.000 par rapport à la moyenne en 2023.