Résidences Dar Saada : Déficit de 135 MDH en 2020

| Le 1/4/2021 à 9:34

Avec les effets de la crise sanitaire, les livraisons ont fortement chuté en 2020. Néanmoins, le niveau des préventes est reparti à la hausse durant le second semestre. Le groupe diminue légèrement son niveau d’endettement et son stock de produits finis sur la période.

En 2020, le chiffre d’affaires du groupe s’élève à 618 millions de dirhams, en chute de 55,2%.

Sur la période, les préventes ont baissé de 31% avec 3 001 unités. Un ralentissement que le groupe a principalement observé sur le premier semestre de l’année 2020 et causé par les effets du confinement.

Néanmoins, il explique que « la performance commerciale du deuxième semestre a permis de limiter les conséquences négatives de l’arrêt quasi-total de l’activité immobilière durant le deuxième trimestre, puisque 71% des préventes de l’année ont été réalisées durant la deuxième moitié de l’année ». RDS précise que le chiffre d’affaires sécurisé s’élève à 1,2 milliards DH à fin 2020.

Les livraisons sur l’année ont chuté de 71% à 1 187 unités, en raison de la crise sanitaire a de l’arrêt quasi-total de la production sur tous les chantiers. Le groupe précise que « contrairement à la prévente, l’activité de production a connu une reprise timide après la fin du confinement. Cela a provoqué un glissement important des livraisons d’unités dans le temps. Le chiffre d’affaires ainsi réalisé durant l’exercice provient en totalité du stock d’unités finies avant 2020 ».

Le niveau d’activité en 2020 n’a pas permis de dégager une marge opérationnelle suffisante pour couvrir les charges. Le résultat net est déficitaire de 135 millions de dirhams contre un bénéfice net de 304 millions de dirhams en 2019.

Sur l’année, le stock de produits finis a diminué de 25% à 3 467 unités. Et ce, « grâce au déstockage massif des produits finis lié à notre politique commerciale ciblée appliquée depuis 2018 » explique RDS.

L’endettement baisse de 4,7% en 2020, à 2,85 milliards de dirhams malgré un quasi-arrêt des revenus pendant 6 mois. RDS indique avoir procédé à un remboursement de plus de 430 millions de dirhams de dettes bancaires hors intérêts au titre de l’exercice 2020.

Les créances clients s’élèvent à 624 millions de dirhams, en baisse de 30%. Toutefois, la crise sanitaire et le confinement ont provoqué le rallongement des délais des procédures administratives et bancaires de livraison des biens. « Le délai moyen de règlement clients est donc passé de 6,5 mois en 2019 à 10,4 mois en 2020 » précise RDS.

Pour cette année, le groupe se dit très confiant concernant la reprise et l’effet de rattrapage. Dans ce contexte, RDS a adapté son plan de développement en optant pour de nouvelles priorités:

  • Poursuite de la politique d’orientation des ventes sur le stock de produits finis
  • Focalisation sur l’achèvement des projets en cours de construction, tous standing confondus, et développement des projets disposant d’un taux de commercialisation important

Sur le second point, RDS précise que « 4 249 unités sont en cours de production à fin 2020 et 3 636 unités supplémentaires seront mises en chantier en 2021. L’ensemble de ces biens seront réalisés et livrés à partir de l’exercice en cours ».

Vous avez un projet immobilier en vue ? Yakeey & Médias24 vous aident à le concrétiser!

Si vous voulez que l'information se rapproche de vous

Suivez la chaîne Médias24 sur WhatsApp
© Médias24. Toute reproduction interdite, sous quelque forme que ce soit, sauf autorisation écrite de la Société des Nouveaux Médias. Ce contenu est protégé par la loi et notamment loi 88-13 relative à la presse et l’édition ainsi que les lois 66.19 et 2-00 relatives aux droits d’auteur et droits voisins.
lire aussi
  • | Le 24/7/2024 à 14:16

    Imane Belmejdoub nommée directrice du développement stratégique à Lesieur Cristal

    Lesieur Cristal a annoncé le retour d'Imane Belmejdoub au sein du groupe en qualité de directrice du développement stratégique, des fusions-acquisitions et d'autres initiatives de développement business.
  • | Le 24/7/2024 à 9:43

    Maroc Telecom : en prenant en compte l'amende, le RNPG du groupe passe dans le rouge

    Le groupe a pu capitaliser sur la croissance de ses filiales africaines pour tirer son chiffre d'affaires à la hausse. Les revenus de l'activité nationale reculent de 1,6% mais les marges s'améliorent. Les dotations nettes aux provisions et dépréciations comprennent l’impact de la provision complémentaire du litige opposant Maroc Telecom à l’opérateur Wana Corporate pour un montant de 5,9 milliards de dirhams au 30 juin 2024.
  • | Le 23/7/2024 à 16:14

    Malgré des performances notables, voici pourquoi le secteur bancaire décolle peu en bourse

    Le secteur bancaire affiche des niveaux assez bas de valorisation. Attijari Global Research l'évoque dans une récente note. Le MASI traite à 19,1x ses bénéfices alors que l'indice Banques traite à 15x ses bénéfices, au plus bas depuis quinze ans. Malgré des performances notables en 2023 et au T1-24, les bancaires bougent peu en bourse. Du cash frais des institutionnels pourrait changer la donne. Les OPCVM, eux, sont limités.
  • | Le 23/7/2024 à 13:40

    Le groupe Hayan boucle une émission obligataire de 110 MDH

    Le groupe Hayan annonce, ce mardi 27 juillet, la finalisation d'une émission obligataire de 110 millions de dirhams pour sa filiale éducative, le groupe scolaire Jacques Chirac.
  • | Le 22/7/2024 à 17:02

    Placements. Les investisseurs se positionnent sur le moyen, long terme au détriment du court terme

    Les chiffres de l’ASFIM à fin juin montrent que l’encours sous gestion des OPCVM a progressé de 7,3% au premier semestre, en franchissant les 600 MMDH. Une décollecte de l’obligataire court terme est observée, de l’ordre de 5,5 MMDH. D’un mois sur l’autre, l’encours a baissé de 11,2% traduisant une volonté des investisseurs de se positionner sur de l’OMLT plus risqué, mais plus rémunérateur.
  • | Le 18/7/2024 à 16:39

    Marsa Maroc veut se positionner comme un acteur majeur en Méditerranée occidentale

    Après plusieurs annonces marquantes qui impacteront positivement la dynamique de développement du groupe à Agadir, à Nador West Med ou encore à Cotonou au Bénin, Marsa Maroc nous explique ses choix.