Maroc Télécom : Une baisse des activités marocaines en 2020, compensée partiellement grâce aux filiales africaines

| Le 19/2/2021 à 10:00

Le chiffre d’affaires de Maroc Télécom sur son marché local a diminué de 3,7% par rapport à 2019. Malgré la progression du Fixe et du Haut Débit au Maroc, les activités mobiles ont été entamés par les effets de la pandémie. Les filiales africaines ont pu capitaliser sur la reprise des activités post-confinement et la progression de la Data Mobile et des services Mobile Money.

En 2020, le chiffre d’affaires du groupe au Maroc affiche un retrait de 3,7% à 20.881 millions de dirhams. Une baisse que le groupe impute « aux effets de la pandémie de Covid-19 sur les activités Mobile et compensées partiellement par la solide dynamique du Fixe et de l’Internet ». Une évolution qui s’est accélérée au 4e trimestre 2020 sous l’effet notamment de la baisse des tarifs de terminaison d’appel national, qui s’applique depuis le 1er décembre 2020.

Le résultat opérationnel (EBITA) ajusté se chiffre à 8.079 millions de dirhams en 2020, en retrait de 2,6% par rapport à l’année précédente. Le taux de marge a cependant progressé pour atteindre 38,7% contre 38,2% en 2019.

Au Maroc, l’activité mobile a reculé de 6,5% par rapport à 2019 à 13.351 millions de dirhams. Un retrait que le groupe explique par « les effets de la pandémie de Covid-19 et le contexte concurrentiel ». Fin 2020, le parc mobile regroupait près de 19,5 millions de clients, soit 2,8% de moins qu’à fin 2019.

En revanche, les activités Fixe et très haut débit se sont bien comportées. Le parc Fixe progresse de 6,6% par rapport à fin 2019 à 2 millions de lignes. Le parc haut débit quant à lui affiche en 2020, une progression de 10,4% avec 1,7 million d’abonnés.

Ces activités Fixe et Internet ont généré en 2020 un chiffre d’affaires de 9.517 millions de dirhams, en croissance de 2,8% par rapport à l’exercice précédent. « Cette croissance s’est accentuée au cours des trois derniers mois de l’année, grâce à l’engouement que connaissent les offres FTTH et le service ADSL » précise Maroc Télécom.

L’international plus prometteur

Sur ces activités à l’international, Maroc Télécom a enregistré une croissance de 1,4% de son chiffre d’affaires à base comparable, à 16.883 millions de dirhams en 2020. Une performance « expliquée par la reprise des activités post-confinement et la progression de la Data Mobile et des services Mobile Money » détaille le groupe.

Durant la même période, le résultat opérationnel (EBITA) ajusté s’améliore de 8,4% (+9,6% à base comparable) à 3 520 millions de dirhams, en raison de la hausse de l’EBITDA. Il représente un taux de marge ajusté de 20,8% en hausse de 0,7 point par rapport à 2019.

En 2020, le parc mobile international est en légère hausse de 0,7% avec un peu plus de 49 millions de clients. Les plus fortes croissances durant cette période concernent le Mali avec un parc en hausse de 30% avec près de 9,7 millions de clients, ainsi que le Tchad avec 4,5 millions de clients en hausse de 15,2%.

Le parc fixe international regroupe un total de 337.000 clients en 2020, en hausse de 3,7% par rapport à 2019. Le Parc haut débit quant à lui rassemble 131.000 clients à l’international en hausse de près de 13% par rapport à une année auparavant.

Lire aussi >>> Maroc Télécom : Bénéfices en stagnation à 6 milliards de dirhams et dividende de 4,01 DH par action en 2020

Vous avez un projet immobilier en vue ? Yakeey & Médias24 vous aident à le concrétiser!

Si vous voulez que l'information se rapproche de vous

Suivez la chaîne Médias24 sur WhatsApp
© Médias24. Toute reproduction interdite, sous quelque forme que ce soit, sauf autorisation écrite de la Société des Nouveaux Médias. Ce contenu est protégé par la loi et notamment loi 88-13 relative à la presse et l’édition ainsi que les lois 66.19 et 2-00 relatives aux droits d’auteur et droits voisins.
lire aussi
  • | Le 22/5/2024 à 18:03

    Tiers de confiance. L'AMDIE va s'appuyer sur les experts-comptables pour débourser les primes à l'investissement

    Lors des 8e Assises de l'Ordre des experts-comptables tenues ce 22 mai, l'AMDIE a signé une convention avec l'OEC pour les désigner comme tiers de confiance dans les process de déboursement des primes à l'investissement. Explications de Ali Seddiki, directeur général de l'AMDIE.
  • | Le 22/5/2024 à 13:31

    Virement instantané : un volume de 15,2 MMDH d'opérations traitées à fin avril

    L'adoption du virement instantané s'accélère en 2024, près d'un an après son lancement le 1er juin 2023. Depuis sa mise en service jusqu'à fin avril 2024, plus de 10 millions d'opérations ont été effectuées pour un volume global de plus de 36 MMDH. Le nombre d'opérations traitées par jour en moyenne a progressé de 45% en 2024, à 45.000 par rapport à la moyenne en 2023.
  • | Le 22/5/2024 à 9:26

    BCP : hausse de 78% du RNPG au premier trimestre

    Le groupe affiche une amélioration de 25,5% de son PNB à fin mars 2024, poussé par les activités bancaires et le rebond des activités de marché. Le coût du risque progresse de 48% à 1,3 MMDH.
  • | Le 19/5/2024 à 10:14

    Immobilier. Arrondissement par arrondissement, voici les prix pratiqués à Casablanca en 2023

    Sidi Moumen, Hay Hassani, Aïn Chok, Maarif, Ain Sebaa ou Anfa,... L'immobilier d'un arrondissement à un autre change. Où se concentrent les ventes immobilières au sein du grand Casa en 2023 ? Comment se sont comportés les prix ? Les données exclusives fournies par notre partenaire Yakeey apportent la réponse.
  • | Le 17/5/2024 à 15:08

    CFG Bank : indicateurs en forte hausse à fin mars, RNPG 2024 attendu en hausse de 40% à 50%

    Le groupe affiche une forte hausse de ses indicateurs à tous les niveaux à fin mars. Le PNB progresse de 44%. Le RBE progresse à un rythme plus soutenu, du fait d'une bonne maîtrise des charges qui croissent moins vite que le PNB. Le RNPG 2024 du groupe devrait progresser entre 40% et 50%.
  • | Le 17/5/2024 à 14:00

    Disway : baisse de 9% du chiffre d’affaires à fin mars

    Le segment Volume a vu son chiffre d’affaires reculer de 11,6% du fait de retards de plusieurs projets, de la baisse de la demande sur plusieurs produits technologiques en raison de la hausse des droits de douanes et de la rupture de plusieurs segments de produits à cause des incidents en mer Rouge.