Addoha : le chiffre d'affaires chute de 80% au 1er semestre 2020

| Le 31/8/2020 à 13:04

L’activité du groupe Addoha s’est dégradée au cours du premier semestre 2020 à cause du décalage de production lié à l’arrêt des chantiers et de la baisse des ventes de produits finis suite à la crise sanitaire.  

Le groupe Addoha est fortement impacté par la crise sanitaire du Covid-19. Les préventes du groupe se sont établies à 3.578 unités au 1er semestre contre 4.293 unités une année auparavant, soit une baisse de 16,65%.

Au Maroc, les préventes ont connu une baisse de 28% au 1er semestre. Cette évolution est liée à un arrêt des chantiers pendant les mois d’avril, mai et juin sur tous les projets du groupe, ce qui a provoqué un report du programme des livraisons. S’ajoute à cela la fermeture des bureaux de vente durant près de deux mois et une fermeture pendant plus d’un mois des études notariales, entrainant un arrêt de la signature des contrats de vente définitifs.

« La reprise de l’activité commerciale en mai 2020 a permis au groupe de retrouver un niveau de préventes mensuelles équivalent à celui réalisé avant la crise sanitaire dès le mois de juin », informe Addoha dans un communiqué.

De leur côté, les préventes dans les pays de l’Afrique de l’Ouest ont connu une hausse de 41%. Cette performance s’explique par le fait que la production n’a pas subi d’arrêt mais a connu un ralentissement durant le second trimestre en raison du couvre-feu et des mesures sanitaires limitant les heures de travail. L’activité commerciale n’a pas été impactée significativement et la dynamique commerciale que connaît le groupe en Afrique de l’Ouest s’est poursuivie durant le deuxième trimestre.

Le chiffre d’affaires sécurisé à date du groupe en Afrique de l’Ouest dépasse 1,3 milliard de DH. Addoha indique que ce chiffre d’affaires est totalement lancé à la production.

Dans ce contexte, le chiffre d’affaires global consolidé d’Addoha a chuté de 80% en passant de 2,01 milliards de DH au 1er semestre 2019 à 420 millions de DH au 1er semestre 2020.

Selon le groupe, cette forte baisse est expliquée par le décalage de production lié à l’arrêt des chantiers et par la baisse des ventes de produits finis. C’est le 2ème trimestre qui a été le plus impacté. Le chiffre d’affaires du T2 s’est situé à 102 millions de DH, en retrait de 94% en comparaison avec T2 2019.

Le groupe indique que « la reprise des préventes en juin et des chantiers en juillet permettra de rattraper partiellement, sur le second semestre, le retard accumulé sur le 1er semestre lié à la crise sanitaire ».

S’agissant de l’endettement net du groupe, celui-ci s’est réduit à 4,95 milliards de DH à fin juin 2020 contre 5,2 milliards de DH au 31 décembre 2019. Le groupe indique que le gearing demeure largement maitrisé à un niveau de près de 31%.

 

lire aussi
  • | Le 2/2/2023 à 17:07

    IPO : de hauts cadres relatent leur expérience face aux défis de la communication

    Dans le cadre d’une conférence sur la réputation financière, organisée par l’agence Bonzaï, plusieurs cadres de sociétés cotées ont fait part des challenges qu’ils ont dû relever dans leur communication. Le PDG de Cosmos Electro, Fahd Bennani, revient notamment sur l'IPO avortée de l'entreprise, à la suite d'un litige juridique concernant l'un de ses points de vente.
  • | Le 1/2/2023 à 14:01

    Pourquoi les crédits de trésorerie ont-ils connu une forte hausse en 2022 ?

    En 2022, l’encours des comptes débiteurs et crédits de trésorerie a augmenté de 16% à 262 MMDH. Une hausse notable et multifactorielle, selon une source du secteur bancaire.
  • | Le 31/1/2023 à 17:15

    Les raisons de la hausse du cash en circulation en 2022

    L'année dernière, le cash en circulation a atteint 355 MMDH. La monnaie fiduciaire représente désormais près de quatre fois la taille du déficit de liquidité bancaire, estimé à 89,1 MMDH fin 2022. Selon Bank Al-Maghrib, différents facteurs comme l'inflation ou encore la forte hausse des transferts des MRE sont en cause.
  • | Le 31/1/2023 à 9:38

    Le crédit bancaire progresse de 75 MMDH en 2022, les créances en souffrance augmentent

    En 2022, l’encours des crédits bancaires a progressé de 7,6% par rapport à l’année précédente.
  • | Le 30/1/2023 à 16:16

    Qui contrôle les principales banques commerciales au Maroc ?

    En fin d'année, le paysage bancaire a évolué avec la prise de contrôle de Crédit du Maroc par Holmarcom. Voyons comment se répartit désormais le capital des principales banques commerciales du pays. Infographie.
  • | Le 23/1/2023 à 13:46

    En 2022, les dépenses de compensation ont atteint 42 MMDH

    Le Trésor a connu l’an dernier une amélioration de ses recettes, alors que les dépenses de compensation ont presque doublé par rapport à 2021. Le déficit budgétaire global demeure assez stable à 69,5 MMDH.