χ

Etude. Contre le coronavirus, supprimer ou atténuer, quelle stratégie?

En ces temps de pandémie du Covid-19, chacun est en droit de s’interroger sur le type de stratégies mises en place par les États afin de l'endiguer. Supprimer ou atténuer le coronavirus ? Quelle que soit l'option choisie, les États devront faire face à un coût socio-économique plus ou moins important. Éléments de réponse.

Etude. Contre le coronavirus, supprimer ou atténuer, quelle stratégie?

Le 24 mars 2020 à 10h07

Modifié 11 avril 2021 à 2h45

En ces temps de pandémie du Covid-19, chacun est en droit de s’interroger sur le type de stratégies mises en place par les États afin de l'endiguer. Supprimer ou atténuer le coronavirus ? Quelle que soit l'option choisie, les États devront faire face à un coût socio-économique plus ou moins important. Éléments de réponse.

Dans un blog-post publié sur son site, le centre de recherche Tafra reprend les résultats d’une étude de la “response team” au Covid-19 de l’Imperial College de Londres. Cette étude a pour but de guider l’élaboration de politiques de santé dans la Grande-Bretagne et aux États-Unis en modélisant l’impact épidémiologique des interventions non pharmaceutiques mises en place pour chaque option.

Progression du virus et demande de soins

Quel serait l’état des lieux si aucune intervention non pharmaceutique (INP) n’est mise en place ? Selon cette étude, 81% des populations de la Grande-Bretagne et des États-Unis seraient infectés lors de l’épidémie. Ce qui impliquerait 510.000 décès pour la Grande-Bretagne et 2,2 millions pour les Etats-Unis. En effet, sans aucune intervention, le pic de demande en soins intensifs serait 30 fois supérieur à la capacité d’accueil des deux pays.

Quelle politique choisir ? Deux options.

La suppression : cela reviendrait à rendre le taux de reproduction (*) du virus inférieur à 1. De ce fait, on mettrait fin à l’épidémie par la guérison (ou le décès) de la dernière personne infectée. Cette politique engendre des interventions spécifiques qui supposent un coût très important.

L’atténuation : l’objectif ici est de gagner du temps en bloquant le taux de reproduction naturelle du virus et permettre ainsi au système de santé de soigner les malades et trouver un vaccin. Les INP dans ce cas sont moins drastiques et par conséquent leur coût, notamment économique, est moindre, mais la sécurité sanitaire n’est pas à son optimum..

Chaque option lance des défis aux Etats et à la population. Bien que la première, c’est-à-dire la suppression, impliquerait un coût socio-économique très important qui fragiliserait le bien-être de la population, elle a, en Chine et en Corée du Sud, bien fait ses preuves.

Dans la seconde option, à savoir l’atténuation, c’est l’immunité de la population qui ferait la différence. Celle-ci se renforcerait tout au long de l’épidémie et ferait ainsi baisser le nombre de cas à long terme. Par contre, les personnes à risque ne seront jamais complètement protégées du virus.

Les INP et leur impact

Dans l’étude, 5 types d’interventions sont envisageables, selon le degré de propagation du virus :

– les personnes contaminées devront s’isoler 7 jours dans leur domicile;

– la quarantaine pour une durée de 14 jours pour les individus vivant sous le même toit qu’une personne contaminée;

– la distanciation sociale pour les personnes âgées;

– la réduction de tous les contacts en dehors du foyer;

– la fermeture des institutions telles que les écoles et les universités.

Voir le graphique en haut de page.

Pour la politique d’atténuation, ces mesures réduiraient les décès de moitié et la demande en soins intensifs de deux tiers. Cependant, en s’allongeant dans le temps, cela entraînera tout de même des décès et un débordement des soins intensifs de 8 fois supérieur à ce qu’ils sont capables d’absorber. 

Ainsi, la politique de suppression semble nécessaire dans les pays qui sont capables de la mettre en place.

Qu’en est-il du Maroc ?

Selon le centre de recherche Tafra, les mesures strictes mises en place par les autorités marocaines s’apparentent à celles de la suppression.

Néanmoins, il est important de rappeler que le résultat reste tout de même incertain et qu’il reste subordonné à l’adoption par la population de mesures réduisant la transmission et à la durée nécessaire pour parvenir à endiguer le virus.

Une possibilité reste néanmoins à envisager, celle du testing de masse qui a été pratiquée en Corée du Sud. Cette dernière a joué un rôle déterminant face à la propagation du virus.

Reste à savoir si les pouvoirs publics des pays en voie de développement, tels que le nôtre, pourront administrer les tests à grande échelle, cette étude ayant été réalisée pour des pays socio-économiquement différents du Maroc.

(*) : Le taux de reproduction, indique combien de personnes, en moyenne, sont infectées par une personne malade.

A lire aussi


Les dernières annonces judiciaires
Les dernières annonces légales

Communication financière

STROC INDUSTRIE : Indicateurs au 30 septembre 2021

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.

Réunion de la commission en charge de la réforme des retraites