Snowden possède des documents secrets sur les cyberattaques en Chine

L'ancien consultant américain à l'origine de révélations sur des programmes secrets de surveillance des communications par les Etats-Unis possède des documents secrets identifiant des cibles de piratage à Hong Kong et en Chine, rapporte vendredi le South China Morning Post (SCMP).  

Snowden possède des documents secrets sur les cyberattaques en Chine

Le 14 juin 2013 à 10h41

Modifié 14 juin 2013 à 10h41

L'ancien consultant américain à l'origine de révélations sur des programmes secrets de surveillance des communications par les Etats-Unis possède des documents secrets identifiant des cibles de piratage à Hong Kong et en Chine, rapporte vendredi le South China Morning Post (SCMP).  

Le quotidien de Hong Kong affirme avoir consulté un extrait des dossiers détenus par Edward Snowden au cours d'une interview avec lui dans la mégapole chinoise où il s'est réfugié depuis le 20 mai après avoir transmis des éléments explosifs au Guardian et au Washington Post.

Y figurent les adresses IP (internet protocol, le numéro d'identification d'un appareil connecté) visées et la date des infractions. Le SCMP n'a pas publié ces adresses ni identifié les personnes ou institutions concernées.

Selon le journal, les documents permettent de savoir si une opération est en cours ou conclue et semblent indiquer un taux de réussite des tentatives d'infraction de 75%. « J'ignore les informations spécifiques qu'ils cherchaient sur ces machines, je sais seulement qu'utiliser des moyens techniques pour pénétrer sans autorisation dans des appareils civils est une violation du droit et c'est éthiquement douteux », a déclaré Edward Snwoden au quotidien anglophone.

Jeudi 13 juin, lors de l'audition du général Keith Alexander, directeur de l'Agence nationale de sécurité (NSA), devant le Sénat américain, l'espion en chef des Etats-Unis a apporté un démenti succinct à l'une des accusations de M. Snowden, qui a affirmé qu'il était capable, à partir d'une adresse de courrier électronique, de lire les correspondances de n'importe qui, même du président des Etats-Unis.

« Vrai ou faux? », a demandé à M. Alexander la sénatrice Susan Collins.

« Faux, je ne connais aucun moyen de faire cela », a-t-il répondu.

Fidèle à la ligne adoptée par l'administration de Barack Obama, il a martelé que ces programmes étaient indispensables: «Il s'agit de dizaines d'actes terroristes que (ces programmes) ont contribué à empêcher (...) ici et à l'étranger», a-t-il assuré, en précisant qu'il espérait rendre public le chiffre exact d'ici une semaine.

Selon lui, le système d'interception des communications d'internet baptisé Prism a joué un rôle crucial pour déjouer en 2009 un projet d'attentat dans le métro de New York fomenté par un jeune Afghan, Najibullah Zazi.

Il a averti que le renseignement américain avait déjà souffert des fuites.

Le jeune homme de 29 ans, qui se terre à Hong Kong, a refait surface mercredi dans un nouvel entretien au quotidien SMCP où il affirme vouloir rester dans le territoire autonome chinois pour y «combattre le gouvernement américain dans les tribunaux».

L'ancien consultant de la puissante agence de renseignement américaine NSA y évoque aussi les méthodes américaines d'espionnage, précisant que les Etats-Unis ont accès «aux communications de centaines de milliers d'ordinateurs» y compris à Hong Kong et en Chine.

Pékin a indiqué jeudi n'avoir «aucune information à fournir» sur l'Américain.

L'espionnage informatique est une source régulière de frictions entre les deux premières puissances de la planète et a été au menu d'une rencontre samedi dernier entre le président américain Barack Obama et son nouvel homologue chinois Xi Jinping.


 

Vous avez un projet immobilier en vue ? Yakeey & Médias24 vous aident à le concrétiser!

Si vous voulez que l'information se rapproche de vous

Suivez la chaîne Médias24 sur WhatsApp
© Médias24. Toute reproduction interdite, sous quelque forme que ce soit, sauf autorisation écrite de la Société des Nouveaux Médias. Ce contenu est protégé par la loi et notamment loi 88-13 relative à la presse et l’édition ainsi que les lois 66.19 et 2-00 relatives aux droits d’auteur et droits voisins.

A lire aussi


Zine El Abidine Charafeddine : “Le capital culturel local de Dakhla est immensément riche et nous voulons le montrer et le partager avec tous”(2/2)

Tout le monde connaît aujourd'hui les atouts balnéaires de Dakhla, la perle du Sud. Beaucoup moins soupçonnent son potentiel pour devenir une destination culturelle de premier choix. Dans cette deuxième et dernière partie de notre échange, Zine El Abidine Charafeddine, président de l’Association pour l’animation culturelle et artistique dans les provinces du Sud, évoque les ambitions et les perspectives de développement de Dakhla dans les domaines culturel et touristique.

Laâyoune. L'exception naturelle en trois lieux mémorables (2/2)

Tourisme culturel, patrimonial, historique ou encore, pour les plus experts, archéologique, la province de Laâyoune se prête aussi au tourisme naturaliste. Dans cette immensité désertique aride, l’humidité à certains endroits, le tracé atypique de certains oueds et toutes les retenues d’eau qui parsèment ce territoire ont forgé des paysages où se mêlent le bleu de l’eau et le rouge du sable. Trois lieux en particulier illustrent cette exception naturelle (Suite et fin).

Communication financière

Attijariwafa bank: RÉSULTATS au 31 Mars 2024

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.