χ
Samir Chaouki

Analyste en Économie & Géopolitique

Feuilles d’Afrique. France-Afrique, la rupture?

Le 12 novembre 2022 à 11h30

Modifié 12 novembre 2022 à 11h30

Au moment où Paris annonce la fin de l’opération Barkhane et le retour de ses troupes à l’Hexagone, les intérêts français en Afrique sont au plus mal et pas seulement qu’au Mali.

Nous l'avions dit dans une tribune ici même, en 2021 déjà, que la France vivra des moments difficiles en Afrique les années à venir sur les plans économique, diplomatique et militaire.

Barkhane, un échec déguisé

Lancée en août 2014, l’opération Barkhane, qui venait à remplacer l’opération Serval concentrée sur le Mali, est plutôt une intervention militaire sur l’ensemble de la zone du Sahel et du Sahara, officiellement pour combattre le terrorisme dans cette région. Paris vient d’annoncer la fin de cette méga opération en insistant sur le fait que Barkhane a atteint ses objectifs tout en taisant la posture hostile du pouvoir en place au Mali qui a carrément chassé les forces françaises, d’où un retrait douloureux de ces troupes.

Le gouvernement français tergiverse en cherchant des prétextes à ce revers, tantôt en tenant à divulguer que les forces militaires françaises restent en poste au Tchad, au Niger et au Burkina pour faire face à Al-Qaida, mais en précisant que ces contingents seront de plus en plus discrets! C’est dire à quel point la France officielle ne sait plus à quel saint se vouer.

Et maintenant ?

C’est pour ces raisons que la France s’est résolument tournée vers l’Algérie, afin de l’assister dans le retrait de ses équipements lourds déployés au Mali et de lui ouvrir son ciel pour ce faire. La lune de miel entre les deux pays durera le temps que la France jugera nécessaire à son redéploiement au Sahel, tout en sacrifiant, provisoirement, ses intérêts avec le Maroc!

Mais la véritable problématique qui s’oppose à la France dans sa présence en Afrique, c’est ce sentiment grandissant anti-France perçu parmi les populations de plusieurs pays y compris dans des pays « amis » ou plus précisément alliés. Une hostilité populaire alimentée par une présence militaire française qualifiée de néo-colonialisme conjuguée au pillage des ressources, sans oublier une politique migratoire perçue à la limite « raciste » par les populations subsahariennes.

A lire aussi


Les dernières annonces judiciaires
Les dernières annonces légales

Communication financière

CFG BANK :Erratum- Indicateurs financiers trimestriels au 30 juin 2022

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.