Irak: des élections législatives sans illusion ni espoir

(AFP)

Le 10 octobre 2021

L’Irak organise dimanche des législatives anticipées présentées par le pouvoir comme une concession face à un soulèvement populaire inédit. Mais entre la corruption endémique et la pléthore de factions armées, les électeurs ne s’attendent pas à de réels bouleversements.

Les bureaux de vote doivent ouvrir à 07H00 (04H00 GMT) et fermer à 18H00 (15H00 GMT), à moins d’une prolongation. Des dizaines d’observateurs internationaux dépêchés par l’ONU et l’Union européenne superviseront le processus.

Pour le Premier ministre Moustafa al-Kazimi, qui n’est officiellement pas candidat à sa propre succession, le scrutin est « une opportunité historique » en vue d' »une réforme totale » du système, mais des experts pronostiquent déjà une abstention record.

Initialement prévues en 2022, les élections ont été avancées pour calmer la contestation de l’automne 2019, expression d’un immense ras-le-bol populaire fustigeant une corruption tentaculaire, des services publics défaillants et une économie en panne.

Réprimé dans le sang (au moins 600 morts et 30.000 blessés), le mouvement s’est depuis essoufflé. Des dizaines de militants ont été victimes d’enlèvements, d’assassinats et de tentatives d’assassinats, imputés aux influentes factions armées pro-Iran.

Décriant ce contexte antidémocratique, les militants de la contestation boycottent largement le scrutin.

« Rien ne va changer, ces élections seront remportées par les mêmes factions contre lesquelles le peuple a manifesté », lâche à Bagdad Mohammed Kassem, 45 ans, qui n’ira pas voter.

« Nous n’avons ni électricité ni transports ni services publics, un ministère de la Santé misérable, alors que l’Irak est le pays le plus riche de la région », déplore ce journalier.

Les mêmes blocs traditionnels devraient préserver leur représentation au sein d’un Parlement fragmenté, où l’absence d’une majorité claire oblige les partis à négocier des alliances, selon des experts.

– « Pression, intimidation, menace » –

Le scrutin se déroulera sous haute sécurité, dans un pays où le groupe Etat islamique reste actif. Les aéroports ont fermé dès samedi soir et ne rouvriront qu’à l’aube lundi.

Et comme toutes les formations politiques ou presque disposent de leurs propres factions armées, la crainte de violences électorales et de fraudes est dans tous les esprits.

« Le jour du scrutin, les Irakiens doivent être en confiance pour voter comme ils le souhaitent, dans un environnement libéré de toute pression, intimidation et menace », a plaidé vendredi la mission de l’ONU en Irak.

Quelque 25 millions d’électeurs sont appelés aux urnes. Mais pour participer au vote électronique et choisir parmi les plus de 3.240 candidats, ils devront être munis d’une carte biométrique.

L’élection des 329 députés se fait selon une nouvelle loi électorale, qui instaure un scrutin uninominal et augmente le nombre de circonscriptions pour encourager, en théorie, indépendants et candidats de proximité.

Les résultats préliminaires sont attendus dans les 24 heures après la fermeture des bureaux de vote et les résultats définitifs dans une dizaine de jours, selon la commission électorale.

Le courant sadriste est donné grand favori. Son leader, le sulfureux Moqtada al-Sadr, ex-chef de milice à la rhétorique anti-américaine, tient déjà le plus gros bloc au Parlement sortant.

Mais il devra composer avec les grands rivaux pro-Iran du Hachd al-Chaabi, entrés au Parlement pour la première fois en 2018, surfant sur la victoire contre les jihadistes de l’EI.

Si la scène politique reste polarisée sur les mêmes dossiers sensibles — que se soit la présence des troupes américaines ou l’influence du grand voisin iranien — les partis entameront de très longues tractations pour s’accorder sur un nouveau Premier ministre, poste qui revient traditionnellement à un musulman chiite.

« L’élection donnera probablement naissance à un autre Parlement fragmenté. S’ensuivront des marchandages opaques parmi les différentes factions pour former le prochain gouvernement », résument les chercheurs Bilal Wahab et Calvin Wilder dans une analyse publiée par le Washington Institute.

Difficile de voir dans ce scrutin « plus qu’un jeu de chaises musicales », ajoutent-ils. Et les demandes de la contestation — lutte contre la corruption, création d’emplois, faire rendre des comptes aux groupes armés — « ont peu de chances d’être satisfaites ».

Le 10 octobre 2021

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.

Déclaration du Ministre de l’Industrie et du commerce, Ryad Mezzour, après la réunion avec le Gimas autour de la feuille de route de développement du secteur aéronautique.

Inauguration de l’exposition « Of Voice and Stone » au musée de la Fondation Slaoui à Casablanca.(En direct)