À Accra, le Dr Imane Kendili partage l’expérience marocaine en matière de stratégie de santé

ENTRETIEN. Dans un contexte où la santé publique africaine est au cœur des préoccupations, Imane Kendili, présidente de l’association African Global Health et psychiatre-addictologue, nous livre une lecture des efforts entrepris au Maroc pour améliorer la santé de la population et donne un aperçu des actions menées par l’AGH dans ce sens.

Imane Kendili présidente de l'AGH, avec l'ambassadrice du Maroc au Ghana.

À Accra, le Dr Imane Kendili partage l’expérience marocaine en matière de stratégie de santé

Le 13 mai 2024 à 15h34

Modifié 13 mai 2024 à 15h55

ENTRETIEN. Dans un contexte où la santé publique africaine est au cœur des préoccupations, Imane Kendili, présidente de l’association African Global Health et psychiatre-addictologue, nous livre une lecture des efforts entrepris au Maroc pour améliorer la santé de la population et donne un aperçu des actions menées par l’AGH dans ce sens.

Dans le cadre de sa participation à la 4e édition de Africa Healthcare Awards and Summit (AHAS 2024) co-organisée par Zénith Global Health et l’association African Global Health (AGH), qui s’est déroulée les 22 et 23 avril à Accra, au Ghana, Imane Kendili, présidente de AGH et psychiatre-addictologue, revient sur les enjeux cruciaux de la santé publique en Afrique en général et au Maroc en particulier, et sur les efforts déployés par l’association pour promouvoir le bien-être des populations du continent.

Médias24 : Pouvez-vous nous parler de la 4e édition de Africa Healthcare Awards and Summit ?

Imane Kendili : Elle a été organisée par Zénith Global Health, une association qui regroupe plus de 120 pays et dont le siège se trouve à Londres. "Avancer en matière de santé de la population - Lutter contre les inégalités et l’accès : une approche santé unique" est le thème choisi pour cette édition co-organisée en partenariat avec African Global Health, dont le siège est au Maroc et que j’ai l’honneur de présider. Cet événement itinérant a déjà eu lieu dans plusieurs pays, dont le Sénégal, le Nigeria et le Bangladesh.

Cette édition-là en l’occurrence a mis le Maroc à l’honneur, avec la participation de l’ambassadrice du Roi Mohammed VI au Ghana, Imane Ouaadil, qui a apporté un soutien précieux. Nous avons également discuté des différentes stratégies de santé au Maroc et mis en avant les recommandations issues des conférences de Marrakech, ainsi que l’importance de la souveraineté sanitaire en Afrique.

- En tant qu'ambassadrice du Maroc lors de cet événement, vous avez partagé l’expérience du Royaume en matière de stratégie de santé et de réduction des risques. Pouvez-vous nous en dire plus ?

- En tant que co-organisatrice de l’événement, nous avons eu l’occasion de mettre en avant le Maroc et son expertise en matière de santé, notamment dans la gestion de la pandémie du Covid-19. Cette expertise a été saluée par d’autres experts présents lors de cet événement, ce qui confirme le rôle important du Maroc en tant que leader de la santé en Afrique.

- La réduction des risques a été l’un des sujets clés de cette édition. Pourquoi est-il urgent d’adopter une stratégie de santé publique dans les pays africains ?

- Pour plusieurs raisons. Lors de la 1re édition de la conférence de Marrakech, nous avions plus particulièrement abordé l’investissement en santé, l’égalité et l’équité en Afrique, ainsi que les maladies non transmissibles et le cannabis médical.

La 2e conférence de Marrakech a porté sur l’eau, l’environnement, la sécurité alimentaire et la santé, où nous avons également discuté de la réduction des risques liés aux catastrophes naturelles, aux séismes, etc.

La réduction des risques était donc au centre des préoccupations des participants, qui en ont abordé divers aspects tels que les maladies cardiovasculaires et respiratoires, l’obésité, la consommation de sucre, de tabac et de sel, le tout en fonction des régions africaines.

Nous avons également discuté des moyens de promouvoir une hygiène de vie saine chez les jeunes, avec un focus sur l’échange d’expertises entre les pays africains et les investissements dans des initiatives transfrontalières. En somme, la réduction des risques a été un thème central, incluant des aspects comme l’éducation et le rôle de la femme dans la société.

- Pouvez-vous nous donner un aperçu des efforts entrepris au Maroc pour améliorer la santé de la population, en particulier en matière de réduction des risques ?

- Les efforts entrepris par le Maroc sont remarquables, notamment dans le domaine de la santé. En tant qu’experte et membre d’une association, je peux témoigner de la mise en place de réformes significatives, telles que la création de la Haute Autorité de la santé. Ces initiatives sont extraordinaires et contribuent à l’amélioration de la santé des populations.

De plus, la gestion efficace lors de situations telles que les séismes démontre les progrès importants réalisés dans le domaine de la santé au Maroc.

En tant que psychiatre, je suis particulièrement impressionné par l’attention portée à la santé mentale, avec la mise en place de centres d’addictologie et une réelle volonté politique, soutenue par l’engagement royal, de prendre en charge la santé mentale et le bien-être. En résumé, le Maroc a réalisé de belles avancées dans le domaine de la santé, démontrant son engagement envers le bien-être de ses citoyens.

- Quel est le but principal de AGH ? Quelle approche adopte-t-elle pour aborder les défis de la santé globale ? Et qui sont vos partenaires clés en Afrique ?

- AGH vise à promouvoir la santé globale en adoptant une approche holistique qui prend en compte les déterminants sociaux, économiques et environnementaux de la santé. Nous travaillons en partenariat avec des organisations et des experts à travers l’Afrique pour relever les défis de la santé publique. Nos partenaires clés en Afrique sont des organismes institutionnels, des entreprises privées et des experts dans divers domaines de la santé.

- En tant que présidente de AGH, pouvez-vous décrire le rôle de votre organisation dans la promotion de la santé de la population au Maroc ?

- De nombreuses campagnes de sensibilisation ont été menées en collaboration avec d’autres associations. Ces initiatives visent à sensibiliser la population à la réduction des risques en matière de santé, ainsi qu’à la prévention de la criminalité chez les jeunes, des addictions, de la sécurité routière et de l’éducation.

Il s’agit d’une approche holistique de la santé au Maroc, impliquant la coopération de diverses entités travaillant ensemble pour atteindre des objectifs communs. Chacune de ces actions contribue à former un ensemble cohérent, où chaque participant représente une pièce essentielle du puzzle, dans un esprit d’engagement, de responsabilité et d’honneur, non seulement pour le Maroc, mais aussi pour l’ensemble de l’Afrique à travers ses différentes disciplines.

- Quels sont les principaux défis que le Maroc a rencontrés en matière de santé publique ? Quelles opportunités avez-vous identifiées pour son amélioration ?

- Les défis en matière de santé publique au Maroc sont nombreux. En tant que psychiatre, je préfère souligner les efforts de chacun plutôt que de me concentrer sur les critiques. Cependant, il est important de reconnaître les questions soulevées concernant la couverture sociale et l’accessibilité des soins de santé à tous les niveaux.

Il existe également des préoccupations quant à la durabilité à long terme du système de santé actuel pour garantir une couverture sanitaire universelle. Nous avons récemment publié un livre intitulé Haute Autorité de santé, le manifeste, dans lequel plusieurs experts proposent un nouveau système de santé où le pouvoir serait partagé et où les patients auraient une voix plus importante. Je suis convaincue que le gouvernement, sous la vision éclairée du Roi Mohammed VI, travaille activement pour relever ces défis et améliorer la santé publique au Maroc. Le pays fait déjà des progrès remarquables dans ce domaine et continue de jouer un rôle de leader en Afrique.

Vous avez un projet immobilier en vue ? Yakeey & Médias24 vous aident à le concrétiser!

Si vous voulez que l'information se rapproche de vous

Suivez la chaîne Médias24 sur WhatsApp
© Médias24. Toute reproduction interdite, sous quelque forme que ce soit, sauf autorisation écrite de la Société des Nouveaux Médias. Ce contenu est protégé par la loi et notamment loi 88-13 relative à la presse et l’édition ainsi que les lois 66.19 et 2-00 relatives aux droits d’auteur et droits voisins.

A lire aussi


Communication financière

Sofac: Indicateurs T1 2024

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.