Addoha et Alliances ont atteint des volumes d'échange records à la cote le 9 avril

| Le 13/4/2024 à 13:29
Les volumes d'échange sur les deux valeurs immobilières ont dépassé les 210 MDH lors de la séance du 9 avril. Un record. Ces chiffres s'expliquent par un effet de concentration du fait de plusieurs jours fériés dans la semaine. De plus en plus d'investisseurs OPCVM et de gros investisseurs personnes physiques se positionnent sur le secteur immobilier, dont le poids dans l'indice avoisine les 4%.

Lors de la dernière séance de bourse du 9 avril, un fort volume a été échangé sur le marché actions.

Au total, plus de 580 MDH ont été échangés sur le marché dont une grande partie sur les immobilières, notamment Addoha et Alliances qui, à elles deux, ont constitué des volumes de plus de 210 MDH avec des volumes respectifs de 131 MDH et 82 MDH. Un record.

Volumes d’Alliances. Source : Bourse de Casablanca.
Volumes d’Addoha. Source : Bourse de Casablanca.

D’après les données de la Bourse de Casablanca retraçant les évolutions de cours et les volumes échangés, aucun volume similaire n’avait été enregistré sur ces valeurs depuis au moins les trois dernières années. Plusieurs facteurs expliquent cela.

Des résultats annuels encourageants pour le futur du secteur immobilier

Il faut noter que les résultats annuels 2023 des immobilières cotées, notamment Addoha et Alliances, ont affiché de fortes progressions tant sur les revenus que sur les bénéfices. Les perspectives sont également positives.

"Premièrement, il y a l’annonce des résultats, notamment la reprise du secteur qui est bel et bien engagée, et surtout le fait le potentiel à venir du secteur est là grâce à la hausse de la production et des mises en chantier", nous explique une source de la place.

"Il faut rappeler que le secteur immobilier, notamment Alliances et Addoha, ont connu un cycle baissier de plus de 10 ans. Alliances n’avait pas distribué de dividende depuis 2014. Ce retour au dividende et d’un cycle haussier dans le secteur n’est pas un mouvement spéculatif ou court terme qui intervient sans raison", poursuit notre source. De fait, la forte tendance haussière observée depuis plusieurs semaines provient notamment des belles perspectives apportées par les résultats, ainsi que du cadre très positif encadrant le secteur avec une visibilité claire jusqu’en 2028. De fait, cela engendre des anticipations d’investisseurs.

Un effet de concentration sur deux jours de cotation cette semaine

Les volumes très importants observés en bourse sur les valeurs Addoha et Alliances le 9 avril sont également le fait d’un effet de concentration. "Cette semaine, au lieu d’avoir cinq jours ouverts à la cote, il n’y en a eu que deux. Cela fait qu’il y a une concentration des transactions sur deux jours", explique notre interlocuteur.

Ces forts volumes marquent également le retour des personnes physiques importantes et des sociétés de gestion qui ne s’étaient pas encore positionnées sur le secteur, notamment parce qu’il a été délaissé pendant près d’une décennie.

"Il y a également un retour sur le marché, en particulier de gros investisseurs particuliers que l’on n’a pas vus depuis 2014 ou 2016. Les mouvements assez spéculatifs d’autrefois, notamment sur Addoha, puis la période du Covid, peu animée, fait que beaucoup d’investisseurs se sont détournés de l’immobilier côté. Désormais, des OPCVM se sont positionnés ainsi que des personnes physiques importantes", poursuit notre source du marché.

Le mouvement haussier est très fort sur le secteur, ce qui attire les personnes physiques avec un portefeuille de taille, car ces derniers fonctionnent selon une logique de traction et non une logique purement indicielle ou de calcul de cherté. "Addoha par exemple n’est pas une valeur qui était à 100 et qui est passée à 110 dirhams, elle vient de 6 dirhams. Elle réserve à la hausse à 30 dirhams, c’est très fort. Il y a une traction qui fait que de gros investisseurs physiques se positionnent dessus aussi, ils ne réfléchissent pas nécessairement au P/E. Ils suivent la traction."

La forte progression des volumes depuis plusieurs semaines provient également du fait de l’importance que prend le secteur immobilier.

Un poids de l’indice qui a presque quadruplé et renforce l’attractivité du secteur

Ces forts volumes échangés sur les immobilières sont également engendrés par une volonté de se positionner de la part des investisseurs, tirée par un accroissement du poids des valeurs immobilières dans l’indice.

"Avec les progressions affichées depuis l’année dernière, le poids de l’immobilier dans l’indice n’est plus le même. Si on couple Alliances et Addoha, on voit que les valeurs pèsent près de 4% de l’indice. Autrefois, on était à moins de 1%. Les investisseurs ne peuvent plus ignorer ces valeurs", explique notre source.

Il y a également un positionnement de certaines sociétés de gestion sur le secteur en raison des prochains conseils qui se dérouleront courant de ce mois. "Il faut noter aussi que les comités des sociétés de gestions arrivent ce mois d’avril. Les meilleures performances de l’année dernière ont été réalisées par les immobilières. Les gérants de sociétés de gestion ne peuvent pas dire à leurs clients qu’ils ne sont pas positionnés cette année, donc les retardataires prennent la vague", explique notre source.

La performance de la valeur des deux principales immobilières fait que chaque progression des cours représente un manque à gagner important pour les acteurs qui ne s’y sont pas encore positionnés. Désormais, le retard se comble.

Vous avez un projet immobilier en vue ? Yakeey & Médias24 vous aident à le concrétiser!

Si vous voulez que l'information se rapproche de vous

Suivez la chaîne Médias24 sur WhatsApp
© Médias24. Toute reproduction interdite, sous quelque forme que ce soit, sauf autorisation écrite de la Société des Nouveaux Médias. Ce contenu est protégé par la loi et notamment loi 88-13 relative à la presse et l’édition ainsi que les lois 66.19 et 2-00 relatives aux droits d’auteur et droits voisins.
lire aussi
  • | Le 29/5/2024 à 10:13

    CTM : émission obligataire de 300 MDH réalisée, acquisition de 51% du capital d’AML à venir

    L’émission de CTM s’est déroulée avec succès. Les 300 MDH serviront notamment à financer l’acquisition des 51% du capital d’Africa Morocco Link. La vente du reste du capital, détenu par Attica Holdings, a été signée avec le groupe suédois Stena.
  • | Le 28/5/2024 à 14:42

    Marsa Maroc : hausse de 14% du chiffre d'affaires à fin mars

    Le groupe affiche des indicateurs en bonne forme au premier trimestre 2024 du fait de la hausse du trafic manutentionné, poussé par le transbordement et la hausse du trafic de vracs.
  • | Le 28/5/2024 à 14:39

    Vente immobilière : tout savoir sur la fiscalité qui vous attend

    Lors d'une vente immobilière, un vendeur doit gérer plusieurs paramètres : son prix de vente, sa plus-value potentielle et ses taxes à honorer. Car même sans faire de plus-value, une imposition minimum de 3% du prix de vente est due. Voici ce qu'il faut savoir quand vous êtes vendeur d'un bien immobilier.
  • | Le 27/5/2024 à 12:11

    Alliances. Stratégie, projets, dividendes... Entretien avec la direction du groupe

    Lors d’un entretien avec Médias24, le directeur général délégué du groupe, Omar Lazraq, est revenu sur les raisons des performances notables de l’année 2023 et les perspectives de croissance du groupe après l’échéance de son business plan 2022-2025. Plusieurs grands projets de milliers de logements sont en cours de lancement ou le seront prochainement. Le groupe tirera profit des aides aux logements et du Mondial 2030.
  • | Le 27/5/2024 à 9:18

    Aradei Capital : l’AMMC vise une augmentation de capital de 250 MDH

    Cette opération se déroulera du 3 au 7 juin 2024.
  • | Le 26/5/2024 à 8:09

    Taux. Légère hausse à fin mars, la transmission du taux directeur aux taux réels se poursuit

    Une très légère hausse du taux débiteur moyen global a été observée au T1-24 à 5,4%. Cette hausse est dans la lignée normale de la lente transmission de la hausse du taux directeur aux taux réels. D'un trimestre à l'autre, les taux des crédits à l'équipement affichent la progression la plus forte du fait de la forte demande. Une correction est observée sur les taux des crédits immobiliers et de trésorerie.