Bitcoin : +49% en YTD, les explications d'un trend haussier fulgurant

| Le 4/3/2024 à 16:23
Le cours de la première des cryptomonnaies est conduit à la hausse par deux principaux facteurs : la traction des fonds ETF spot autorisés à la mi-janvier par le régulateur américain (SEC), et le 'halving' qui interviendra dans quelques mois. Il s'agit d'un procédé qui divisera par deux la production journalière de bitcoins. De fait, la rareté tire le prix à la hausse.

Le bitcoin se rapproche de jour en jour de son record historique de près de 69.000 dollars. Depuis le début de l’année seulement, la première des cryptomonnaies a progressé de plus de 49% à plus de 650.000 dirhams, soit un peu plus de 65.000 dollars dans la matinée du 4 mars.

Une progression quasi constante depuis début 2023, et qui connaît une fulgurance haussière depuis bientôt cinq mois. Contacté à ce sujet, Badr Bellaj, expert du bitcoin et des cryptomonnaies, nous explique les raisons de cette ascension constante.

L’acceptation des ETF propulse l’engouement des investisseurs

En janvier dernier, une décision du régulateur américain avait créé un appel d’air inédit pour l’industrie des cryptomonnaies. En effet, la Securities and Exchange Commission (SEC) avait, vers la mi-janvier 2024, autorisé 11 différentes sociétés et fonds d’investissement à lancer leur ETF spot adossé au bitcoin. Une première. Pour simplifier, un ETF est comme un OPCVM. C’est un fonds négocié en bourse qui réplique le fonds sous-jacent.

"Ce que l’on observe, c’est une hausse du cours du bitcoin qui est portée par l’annonce des acceptations des ETF de la part du régulateur américain. Depuis, de nombreuses sociétés d’investissement et de gestion d’actifs ont investi dans le bitcoin et ouvert des ETF [fonds négocié en bourse adossé au bitcoin, ndlr]. Ces derniers sont en train de grandir et de prendre de l’ampleur", explique Badr Bellaj.

Depuis, les plus grands gestionnaires d’actifs au monde se sont penchés sur le bitcoin et ont lancé leurs ETF. Le plus important d’entre eux, le géant BlackRock gère désormais dans son ETF spot, un total de plus de 10 milliards de dollars d’actifs [valeur au 1er mars 2024, ndlr]. Au total, ce sont plus de 300.000 bitcoins qui sont sous gestion dans des ETF actuellement, soit plus de 20 milliards de dollars.

De fait, l’engouement des grands investisseurs tire le cours à la hausse. Mais un autre facteur qui s’annonce va susciter davantage d'intérêt pour la première des cryptomonnaies.

Un ‘halving’ qui engendrera de la rareté, et donc un prix en hausse

La conception même du bitcoin est arrivée avec une notion de finitude. Il n’y aura pas de nombre indéfini de bitcoins en circulation. Le nombre est capé à 21 millions. Actuellement, plus de 19 millions ont été créés, ou plutôt minés, et un rythme journalier d’environ 900 bitcoins est généré par jour à travers ce minage.

Mais tous les quatre ans, un phénomène appelé halving est opéré. "Le halving est le fait de diminuer le volume de bitcoins généré par jour. La génération de bitcoins vient des mineurs qui valident des blocs. Du fait que l’offre maximale est fixée à 21 millions d’unités, le mécanisme de récompense se divise par deux tous les quatre ans. Nous sommes actuellement à un peu plus de 900 bitcoins créés par jour, donc après le halving on passera à environ 450 bitcoins", explique Badr Bellaj.

Selon le calendrier du bitcoin, le prochain halving aura lieu dans quelques mois. Cela aura pour conséquence de raréfier le bitcoin. Factuellement, il n’y en aura pas moins, mais disons que le robinet de production journalier se refermera un petit peu. "Cela veut dire plus de rareté, et donc cela tire la hausse du cours. Les investisseurs voient un potentiel pour un nouveau plus haut historique. Cela créé un effet catalyseur", indique-il.

Ce trend haussier a probablement limité le potentiel fondamental du bitcoin. Cependant, il est très difficile de savoir jusqu’où ira cette hausse. "Il y a beaucoup d’inconnues à prendre en compte pour savoir comment va se comporter le marché dans les mois à venir. Cependant, ce que l’on peut dire, c’est qu’il est désormais moins opportun d’investir qu’avant l’approbation des ETF ou durant les moments de baisse de marché », conclut Badr Bellaj.

Vous avez un projet immobilier en vue ? Yakeey & Médias24 vous aident à le concrétiser!

Si vous voulez que l'information se rapproche de vous

Suivez la chaîne Médias24 sur WhatsApp
© Médias24. Toute reproduction interdite, sous quelque forme que ce soit, sauf autorisation écrite de la Société des Nouveaux Médias. Ce contenu est protégé par la loi et notamment loi 88-13 relative à la presse et l’édition ainsi que les lois 66.19 et 2-00 relatives aux droits d’auteur et droits voisins.
lire aussi
  • | Le 16/4/2024 à 14:07

    Bourse : nouveau record pour Addoha avec plus de 230 MDH échangés au cours de la séance

    A la clôture de la séance du 16 avril, l'immobilière affichait un volume d'échange dépassant 230 MDH, avec un peu plus de 6,2 millions d'actions. Un record qui succède à celui établi le 9 avril. Les OPCVM et les personnes physiques à fort portefeuille se positionnent. La valeur a progressé de 500% depuis début 2023.
  • | Le 15/4/2024 à 17:07

    Créations d’entreprises : un démarrage maussade en janvier 2024

    Le nombre de créations d’entreprises recensées en janvier a baissé de près de 2% par rapport à janvier 2023 à 6.969 entreprises. La part créée dans le secteur du BTP a progressé d’une année sur l’autre. Cependant, ce chiffre n’a jamais été aussi bas depuis 2017. Pour Zakaria Fahim, président de l’Union des auto-entrepreneurs Bidaya, cela s’explique par une conjoncture encore compliquée et un délaissement du statut d’autoentrepreneur.
  • | Le 13/4/2024 à 13:29

    Addoha et Alliances ont atteint des volumes d'échange records à la cote le 9 avril

    Les volumes d'échange sur les deux valeurs immobilières ont dépassé les 210 MDH lors de la séance du 9 avril. Un record. Ces chiffres s'expliquent par un effet de concentration du fait de plusieurs jours fériés dans la semaine. De plus en plus d'investisseurs OPCVM et de gros investisseurs personnes physiques se positionnent sur le secteur immobilier, dont le poids dans l'indice avoisine les 4%.
  • | Le 9/4/2024 à 16:49

    Ce que l'on sait sur les ambitions de Stena Line, repreneur des parts d'Attica dans AML

    Le groupe Attica, qui détient 49% du capital d'Africa Morocco Link, s'est accordé avec le suédois Stena Line pour racheter ses parts. L'opération permettra à l'opérateur scandinave de se diversifier et de pérenniser ses opérations en mettant un pied en Méditerranée. Contactée, Stena Line nous explique les motivations de cette acquisition.
  • | Le 9/4/2024 à 13:13

    Les banques sont les principales contributrices à la hausse des bénéfices de la cote en 2023 (AGR)

    Sans la contribution des banques, la masse bénéficiaire de la cote en 2023 demeurerait stable. Pour la troisième année, celles-ci sont les principales contributrices à la croissance des bénéfices du marché action. Les dividendes progressent de 18,5% à 18,8 MMDH. Le payout est de 64%.
  • | Le 8/4/2024 à 18:17

    Stena Line va reprendre les 49% d'AML détenus par le grec Attica

    Le groupe Attica, coté à la bourse d'Athènes, a publié un communiqué en fin de matinée, annonçant un compromis de vente de sa participation dans Africa Morocco Link (AML), la compagnie maritime créée par Bank of Africa. Ainsi, la totalité d'AML va changer de main.