La prison de Aïn Sebaâ rassure sur l'état de santé de Saïd Naciri et refuse son transfert vers un hôpital extérieur

L’état de santé de Saïd Naciri, ex-président du Wydad incarcéré à la prison locale Aïn Sebaâ 1, "est normal", a indiqué l’administration de cet établissement pénitentiaire dans un communiqué ce mercredi 21 février.

La prison de Aïn Sebaâ rassure sur l'état de santé de Saïd Naciri et refuse son transfert vers un hôpital extérieur

Le 21 février 2024 à 15h22

Modifié 21 février 2024 à 15h39

L’état de santé de Saïd Naciri, ex-président du Wydad incarcéré à la prison locale Aïn Sebaâ 1, "est normal", a indiqué l’administration de cet établissement pénitentiaire dans un communiqué ce mercredi 21 février.

Le détenu "se déplace de manière normale à l’intérieur de l’établissement et passe de longues heures à converser avec les membres de son équipe de défense qui lui rendent des visites récurrentes", a précisé l’administration, en réaction à des informations sur l’état de santé de l’intéressé.

Selon la même source, ces informations prétendent que Saïd Naciri serait "dans un état de santé critique" et aurait adressé une demande à l’administration de l’établissement pour son transfert vers un hôpital extérieur en vue d’y suivre un traitement dispensé par un staff médical qui supervisait son état de santé avant son incarcération.

Sa défense a présenté, dans ce sens, une demande similaire à l’administration de l’établissement pénitentiaire, au parquet compétent et à la DGAPR, prétendant que son état de santé le "rend incapable d’assister aux auditions et de répondre aux questions qui lui sont posées", ajoute-t-on.

Le communiqué a souligné que le détenu a effectivement présenté une demande au service de santé relevant de l’établissement pénitentiaire pour l’autoriser à suivre le traitement en externe sous la supervision d’un staff médical qui assurait le suivi de son état de santé avant l’incarcération.

Le détenu a refusé, "sous prétexte de ne pas dévoiler la nature de sa maladie au médecin de la prison, de remettre audit service son dossier médical justifiant le mal dont il prétend souffrir".

Suite à ce refus, il a été informé qu’il ne pourrait en aucun cas être hospitalisé en externe sans la présentation d’un dossier médical et que la décision de son transfert relève uniquement du ressort du médecin de l’établissement et non d’une quelconque autre partie médicale qui lui est étrangère.

En réponse à la correspondance du Parquet compétent ayant transmis la demande adressée par la défense du détenu à l’administration, le communiqué a affirmé, que conformément aux dispositions régissant les soins de santé au sein des établissements pénitentiaires, le médecin de l’établissement est le seul habilité à prendre la décision d’hospitalisation en externe, sur la base de sa connaissance du dossier médical de l’intéressé.

De surcroît, il est impossible de faire sortir un détenu sans une connaissance préalable de la nature de la maladie telle que précisée dans le dossier médical présenté au service de santé, a fait savoir la même source, notant que le détenu a bénéficié de plusieurs consultations médicales à l’intérieur de l’établissement suites auxquelles il a reçu les médicaments adaptés à son état de santé.

Le détenu a tenté, à maintes reprises, de faire pression sur le médecin et l'administration de l’établissement pour son transfert vers un hôpital extérieur, contrairement aux dispositions légales en vigueur, a rappelé la même source, faisant savoir qu’il a aussi incité les fonctionnaires à manquer aux missions qui leur incombent au sein de l’établissement.

Compte tenu de ces agissements, l’administration a affirmé qu’elle prendra les mesures disciplinaires nécessaires à l’encontre de l’intéressé pour le dissuader et l’astreindre à respecter le règlement intérieur de l'établissement.

Et l’administration de l’établissement pénitentiaire de conclure qu’"il ne sert à rien à la défense du détenu de publier des allégations sur son état de santé et le prétendu traitement qui lui serait réservé par le service de santé, tout en reliant ceci au processus de son dossier judiciaire en instruction, soutenant que ces manœuvres ne la dissuaderont nullement d’appliquer la loi et de prendre toutes les mesures pour garantir le respect de la loi au sein de l’établissement, sans manquement ni discrimination aucune".

Vous avez un projet immobilier en vue ? Yakeey & Médias24 vous aident à le concrétiser!

Si vous voulez que l'information se rapproche de vous

Suivez la chaîne Médias24 sur WhatsApp
© Médias24. Toute reproduction interdite, sous quelque forme que ce soit, sauf autorisation écrite de la Société des Nouveaux Médias. Ce contenu est protégé par la loi et notamment loi 88-13 relative à la presse et l’édition ainsi que les lois 66.19 et 2-00 relatives aux droits d’auteur et droits voisins.

A lire aussi


Bourse. En 2023, les étrangers et les MRE détiennent 168 MMDH d'encours

En 2023, alors que le montant des investissements des étrangers en valeur a progressé de 8% par rapport à 2022, la part que les étrangers détenaient dans la cote a légèrement reculé du fait de la hausse de la capitalisation boursière globale. La grande majorité des investissements étrangers sont stratégiques. Les investissements étrangers sont représentés à quasi parts égales par le Moyen-Orient et l'Europe.

Aéroports. Voici les prévisions actualisées du trafic et le plan de bataille de l'ONDA

Les projections de trafic aérien entre 2024 et 2030 montrent qu’à l'exception de l’aéroport de Rabat qui aura un nouveau terminal en 2025, ceux de Casablanca, Marrakech, Agadir, Tanger et Fès risquent la saturation avant le Mondial 2030. Pour éviter ce scénario, l’ONDA a déjà lancé les chantiers nécessaires à court et long terme en vue d’accroître leur capacité d'accueil, qui répondra aux besoins jusqu’en 2040.

Communication financière

Ajarinvest: Publication de la valeur liquidative exceptionnelle de l'OPCI “ IMMOVERT PLACEMENT SPI-RFA” au titre de l'arrêté du 30.04.2024

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.

En direct de la Cour d'appel de Casablanca, déclaration d'Achraf Jadoui, avocat de Said Naciri

En direct de la Cour d'appel de Casablanca, déclaration de Mohamed Karrout, avocat de Abdenbi Bioui

Affaire Naciri-Bioui. En direct de la cour d'appel, déclarations de la défense