PAM: Comment fonctionnera la direction collégiale qui remplacera le secrétariat général sortant ?

Au terme du 5e congrès du PAM, une conférence de presse a été organisée par la nouvelle direction collégiale du parti composée de sa coordinatrice principale, Fatima Ezzahra El Mansouri, Mehdi Bensaid et Salah Eddine Aboulghali. Interrogée par Medias24, l'ancienne numéro 2 du parti du tracteur nous a expliqué que cet organe fonctionnera par consensus et sans aucun affrontement.

PAM: Comment fonctionnera la direction collégiale qui remplacera le secrétariat général sortant ?

Le 11 février 2024 à 16h21

Modifié 12 février 2024 à 6h54

Au terme du 5e congrès du PAM, une conférence de presse a été organisée par la nouvelle direction collégiale du parti composée de sa coordinatrice principale, Fatima Ezzahra El Mansouri, Mehdi Bensaid et Salah Eddine Aboulghali. Interrogée par Medias24, l'ancienne numéro 2 du parti du tracteur nous a expliqué que cet organe fonctionnera par consensus et sans aucun affrontement.

Quel sera le rôle de chacun des membres de la nouvelle direction qui a succédé au secrétaire général sortant Abdellatif Ouahbi et qui aura le dernier mot en cas de désaccord ? Avant de répondre aux questions de Médias24 et que tous les observateurs politiques se posent, Fatima Ezzahra El Mansouri est d’abord revenue sur la genèse d'une solution alternative qui l’aurait convaincue de faire partie du trio de dirigeants alors que jusqu’à récemment, elle affirmait ne pas vouloir devenir numéro 1 du parti du tracteur.

Comment est née l’idée du collège qui a remplacé le secrétariat général

"Ayant de lourdes responsabilités au ministère de l’Habitat et à la mairie de Marrakech, je me suis longtemps posé la question de savoir si j’avais vraiment le temps et l'énergie de cumuler une autre fonction organisationnelle très prenante à la tête de mon parti", s’est interrogée dans un premier temps Mansouri avant d’expliquer que son choix de servir son pays depuis toujours avait fini par prendre le dessus.

Soumise à une forte pression des jeunes du parti pour contribuer et participer au renouvellement de ses instances, elle leur a d'abord fait part de son désintérêt de s'inscrire dans un scénario classique de succession du secrétaire général.

C'est au terme d'une longue réflexion avec ses camarades qu'elle aurait conclu à la nécessité de faire de la politique différemment en ne laissant plus la scène politique leur imposer ses règles, que serait née l’idée d’un collège constitué de jeunes ayant fait leur apprentissage politique au PAM durant les quinze années de son existence.

"En réalité, la direction collégiale a déjà existé dans le passé dans des partis traversant des crises internes, mais même si ce n’est pas notre cas, nous avons fait ce choix, car nous considérons qu'aujourd’hui, la politique ne passe plus par un Zaïm", a précisé Mansouri en ajoutant qu’un projet politique n’avait plus besoin d’être personnifié en étant porté par une seule personne aussi charismatique soit-elle.

"Une décision prise par consensus est tout aussi démocratique qu’un vote"

Arguant que la démocratie ne passe plus nécessairement par un vote, Mansouri justifie son approche par le fait qu'une décision consensuelle est également un exercice démocratique qui serait d'ailleurs, selon elle, très souvent pratiqué au sein de son parti.

"Avant de prendre une décision dans le cadre d’un consensus qui peut parfois être douloureux, il nous est arrivé de discuter durant des heures, des jours ou même des mois mais nous finissons toujours par trouver un accord qui arrange tout le monde", a plaidé l’ancienne présidente du Conseil national qui a été remplacée à ce poste par Najwa Koukouss, candidate unique à sa succession élue par un vote à l’unanimité des membres du parlement du parti.

"Le PAM n’aura pas 3 têtes"

Et d’expliquer que le nouveau secrétariat général composé de sa personne, de Mehdi Bensaïd et de Salah Eddine Aboulghali ne sera pas un organe directorial à trois têtes qui pourront s’affronter.

Pour éviter ce scénario, sur proposition des deux autres membres du collège et pour des raisons juridiques de représentation légale au sein du parti, les membres du Conseil national l’ont par conséquent désignée coordinatrice principale de la nouvelle direction collégiale.

"Sachant que nous travaillons ensemble en bonne intelligence depuis suffisamment longtemps et que nous nous connaissons bien, nous trouverons toujours un terrain d’entente pour être à la hauteur des attentes de nos militants", rassure la coordinatrice de la nouvelle direction collégiale.

Est-ce que cela veut dire qu’elle sera l’autorité de dernier recours en cas de désaccord de ses trois membres, nous n’en saurons pas plus dans l’immédiat…

Une solution temporaire

La direction collégiale est toujours une formule par défaut car elle n'est en effet jamais un choix de première intention, ni un objectif de gouvernance.

Les exemples existent, au Maroc et dans le monde mais ils n'ont jamais marqué les esprits, sauf par leur caractère temporaire de gestion d'une situation de crise ou de transition.

Le fonctionnement par consensus est chronophage et aboutit souvent à des blocages d'autant plus que chacun des trois membres dispose d'un droit de veto, pour n'importe quelle décision.

En réalité, en arrière-plan, cette décision va augmenter le pouvoir de FZ Mansouri, son aura et son influence.

En tant que coordinatrice, c'est elle qui devrait logiquement assister aux réunions de la majorité. Il est en effet impossible de représenter le PAM dans ces réunions à tour de rôle. Ni d'y aller tous les trois.

En attendant la fin de cette situation temporaire, FZ Mansouri sera par conséquent le principal visage du PAM.

La question du remaniement ministériel et du maintien ou non de Ouahbi au ministère de la Justice restera pour sa part posée.

Ci-après, la conférence de presse filmée des trois membres de la direction collégiale

Vous avez un projet immobilier en vue ? Yakeey & Médias24 vous aident à le concrétiser!
© Médias24. Toute reproduction interdite, sous quelque forme que ce soit, sauf autorisation écrite de la Société des Nouveaux Médias. Ce contenu est protégé par la loi et notamment loi 88-13 relative à la presse et l’édition ainsi que les lois 66.19 et 2-00 relatives aux droits d’auteur et droits voisins.

A lire aussi


Communication financière

Sanlam: Communiqué de Presse

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.

Session extraordinaire du Conseil de la ville de Casablanca