Le cash en circulation a augmenté de 222 milliards de DH en une décennie

| Le 4/2/2024 à 15:44
En dix ans, le cash en circulation a progressé de 130% pour atteindre 393 MMDH à fin 2023. Une progression nettement plus rapide que celle des dépôts à vue auprès des banques, qui n’ont augmenté que de 101% sur la même période. En part de l’agrégat monétaire M1, le poids de la circulation fiduciaire est passé de 27% à 30%.

Le cash en circulation s'est accélérée après la pandémie de Covid-19. C'est l'un des éléments que l’on peut relever en observant l’évolution des statistiques monétaires sur les cinq dernières années publiées par Bank Al Maghrib.

Au-delà de ce constat, on remarque aussi que la progression de ce cash en circulation est plus rapide que la progression des dépôts à vue auprès des banques.

Medias24
Medias24

Le cash en circulation a progressé de 130% en dix ans

Structurellement, dans le Royaume, la hausse du cash en circulation est globalement de l’ordre de 6% à 8% par an. Mais depuis la pandémie, la tendance haussière s’est accélérée. Durant l’unique année 2020, le cash en circulation bondissait de 20,4%, soit 51 MMDH en valeur pour atteindre la barre symbolique des 301 MMDH. Une poussée anormale provoquée par un effet de panique qui a conduit les gens à retirer de l’argent en masse, mais également du fait des aides directes de l’Etat versées aux ménages.

Fin 2023, d’après les derniers chiffres de BAM, ce sont près de 100 MMDH additionnels qui circulent avec 393 MMDH. Sur l’année 2023 uniquement, le cash en circulation s’est alourdi de près de 11%. Une hausse similaire à celle observée durant l’année 2022.

Si l’on rallonge l’échelle de temps et que l’on observe la tendance sur les dix dernières années, à savoir de janvier 2014 à fin décembre 2023, le cash en circulation a progressé de 130%. En valeur, on parle de 222 MMDH additionnels en circulation sur une décennie.

Les dépôts à vue ont doublé sur la même période

Mais parallèlement, les statistiques de BAM montrent que sur les dix dernières années, les dépôts à vue auprès des banques, eux, n’ont progressé que de 101% pour se fixer à 812 MMDH, alors qu’ils atteignaient 403 MMDH en janvier 2014.

De fait, c’est une hausse bien moins rapide que la progression du cash en circulation. Si l’on observe également la part qu’occupent les dépôts à vue auprès des banques dans l’agrégat monétaire M1, qui représente la masse monétaire au sens étroit, recensant les actifs liquides, divisibles, transférables et avec un coût de transaction nul, on constate que cette part décroît. De janvier 2014 à décembre 2023, la part des dépôts à vue auprès des banques dans M1 est passée de 65% à 63%.

Dans le même temps, par rapport au même agrégat, la part du cash en circulation s’est alourdie, passant de 27% à 30%.

Contactée, une source du marché fournit quelques explications : "Cela raconte le phénomène social de l’informel, qui constitue toujours une part importante de notre économie. Et cela ne semble pas s’améliorer ; ce qui est mis en place pour lutter contre la propagation du cash ne fonctionne donc pas. De plus, c’est un manque à gagner énorme pour l’économie car c’est de l’argent qui est en dehors du circuit bancaire. C’est un manque de recettes fiscales, IS, TVA… C’est moins d’impôts, moins d’investissements. On gagnerait beaucoup à faire rentrer cet argent dans le système, rien que pour la croissance économique".

Datastory. L’étrange explosion du cash en circulation depuis 2020

Vous avez un projet immobilier en vue ? Yakeey & Médias24 vous aident à le concrétiser!
© Médias24. Toute reproduction interdite, sous quelque forme que ce soit, sauf autorisation écrite de la Société des Nouveaux Médias. Ce contenu est protégé par la loi et notamment loi 88-13 relative à la presse et l’édition ainsi que les lois 66.19 et 2-00 relatives aux droits d’auteur et droits voisins.
lire aussi
  • | Le 24/2/2024 à 12:53

    CIH Bank : PNB, coût du risque, perspectives 2024, le PDG revient sur les réalisations du groupe

    Dans une conférence de presse tenue le 23 février à Casablanca, CIH Bank a présenté ses performances 2023. Le PDG du groupe est également revenu sur les raisons de la forte progression du coût du risque en 2023 et les opportunités qui se dessinent cette année, dans la perspective de la CAN et de la Coupe du Monde.
  • | Le 23/2/2024 à 9:36

    CIH Bank : RNPG consolidé en hausse de 6% en 2023, dividende stable

    Le groupe affiche un PNB en progression de 27% du fait de l’accroissement de la marge nette d’intérêt de 8,6% et de la bonne performance des activités de marché. Le coût du risque a plus que doublé par rapport à 2022 pour atteindre près de 1,3 MMDH. Le RNPG affiche cependant une progression de 6,2% à 710 MDH.
  • | Le 22/2/2024 à 15:17

    Stagnation des créations d'entreprises en 2023 (OMPIC)

    Les SARLAU, qui deviennent de plus en plus populaires, représentent 64% des entreprises créées. La région Casablanca-Settat regroupe près de 29% des entreprises créées. Les défaillances d'entreprises, parallèlement, progressent de 15% par rapport à 2022, avec 14.245 défaillances d'après les derniers chiffres d'Inforisk D&B. Les défaillances des PME avec un chiffre d'affaires de plus de 10 MDH ont progressé de 150%.
  • | Le 22/2/2024 à 10:48

    Delta Holding : hausse de 12% du chiffre d’affaires consolidé en 2023

    L’endettement net consolidé baisse de 73% en 2023 à 103 MDH. Les investissements progressent nettement, passant de 58 MDH en 2022 à 90 MDH en 2023.
  • | Le 22/2/2024 à 8:04

    CMT : revirement, les opérations classées ont été déclassées par le parquet à la demande des Douanes

    Le groupe minier annonce un nouveau revirement dans son contentieux avec l’Office des changes. Après avoir ordonné de déclasser certaines opérations réduisant le montant litigieux, le parquet a transmis le dossier en l’état au tribunal afin de le voir statuer sur l’ensemble des opérations considérées comme irrégulières par l’Office des changes.
  • | Le 21/2/2024 à 16:56

    Voici les principales conclusions du chef de la mission du FMI au Maroc après les récentes consultations (vidéo)

    Après deux semaines de consultations dans le Royaume, le chef de mission du FMI au Maroc, Roberto Cardarelli, livre sa lecture des perspectives macroéconomiques. Il annonce que le versement de la première tranche de la facilité pour la résilience et la durabilité (FSR) sera discuté le mois prochain. Une accélération des réformes structurelles est nécessaire pour doper la croissance.