Maroc Telecom : bons relais de croissance en place et capacité de distribution attendue en hausse (Valoris)

| Le 22/1/2024 à 17:24
Le groupe devrait bénéficier d'ici à 2026 d'une amélioration du revenu Data Fixe moyen par client par mois à 220 dirhams, contre 194 dirhams en 2022. Maroc Telecom devrait également bénéficier d'une transformation de 95% du parc Fixe en Fixe avec Data à horizon 2026. Hors événement exceptionnel, le payout devrait passer à 70% en 2023 et 2024, avant de passer à 100% en 2025.

Ce 22 janvier, la société de recherche Valoris Securities a publié une note de recherche sur le groupe Maroc Telecom. Elle anticipe une hausse de 18% du cours à 123 dirhams, contre 104,4 dirhams à l’ouverture de la séance du lundi 22 janvier. Ceci bien sûr hors événement exceptionnel.

D’après les derniers chiffres disponibles relatifs aux performances du groupe à fin septembre, Maroc Telecom affichait un chiffre d’affaires global de 27,7 MMDH en hausse de 3,2%. Cette performance a été tirée essentiellement par les activités à l’International à +7,5% (+3,1% à taux de change constant). Sur la période, le parc du groupe s’établit à 75,1 millions de clients, en légère baisse de 0,7% sur un an.

Amélioration du rythme de croissance des revenus Fixe 

Le groupe, dans ses derniers indicateurs, a affiché une bonne tenue des revenus liés à la Data. Une hausse qui est notamment attribuable à la forte progression de la fibre (+44%). Les revenus de la Data fixe au Maroc ont également progressé de 5,5% à 3,1 MMDH.

"Sur la base des statistiques de l’ANRT, nous constatons que le parc ADSL national a légèrement stagné à 1,56 million d’abonnés, tandis que le parc Fibre a grimpé de 43,88% à 774.000 abonnés durant la même période", indique la société de recherche.

Elle souligne d’ailleurs le fait que "Maroc Telecom aurait perdu 14,9 points de parts de marché sur le segment ADSL pour atteindre 78,36 points, en parallèle d’un maintien de la part de marché Fibre à 47,98%, stable par rapport au T3-22".

Encore une fois, les filiales Moov assurent leur rôle de relais de croissance pour le groupe, notamment avec l’apport de la Data.

Les performances subsahariennes dopées par la Data

À fin septembre 2023, les revenus du groupe provenant des filiales africaines Moov ont affiché un bon dynamisme avec une progression de 7,5% à 13,76 MMDH. La dynamique avait notamment été portée par la Data mobile qui avait fortement pesé dans l’amélioration des performances des filiales subsahariennes du groupe.

Cependant, la société de recherche pointe une baisse du parc mobile global de l’opérateur de 403.000 abonnés en moins par rapport à fin septembre 2022 pour s’établir à 51,1 millions d’utilisateurs dans les filiales Moov. Mais le groupe affiche, malgré cette baisse, une bonne capacité de rentabilité de son parc mobile avec une hausse de 2,9% des revenus des services mobiles. "Cela est essentiellement attribuable à l’apport de l’Internet mobile. En effet, le chiffre d’affaires Data Mobile des filiales a grimpé de 23% à taux de change constant", rappelle Valoris Securities.

Il convient aussi de noter que le groupe affiche dans les filiales Moov une croissance notable de 23% de son réseau haut débit fixe avec 189.000 abonnés. Rappelons également que Hors baisse des terminaisons d’appels, le chiffre d’affaires des filiales est en hausse de 3,5% à taux de change constant.

Une capacité bénéficiaire de 5 MMDH par an pour les prochaines années 

Pour Valoris Securities, le groupe semble bien engagé dans la poursuite de son redressement bénéficiaire à plus de 5 MMDH par an dans les prochaines années, excepté tout nouvel élément exceptionnel.

La société de recherche estime que "le renouement à la croissance du revenu services mobile dans les trimestres à venir dépendra fortement de la capacité de Maroc Telecom à mobilier de nouveaux clients et de contrecarrer la concurrence commerciale acharnée aussi bien sur la voix que sur l’internet mobile". La société de recherche poursuit, "l’accentuation des efforts du groupe sur les offres commerciales Fibre à destination de la clientèle Corporate pourrait, dans un premier temps, permettre à l’opérateur d’arrêter la contraction de son chiffre d’affaires Fixe, dans l’attente d’un lancement d’une offre FTTH grand public destiné à des budgets mensuels à moins de 500 MAD/mois".

Compte tenu de ces éléments, des conditions favorables à l’international, et en l’absence d’une nouvelle astreinte ou tout autre événement significatif, "l’opérateur devrait dépasser 5,2 milliards MAD en RNPG dès 2023. Ainsi, si l’opérateur décide de maintenir son taux de distribution des dividendes à 70% en 2023 et 2024, l’opérateur serait en mesure théoriquement de revenir à un niveau d’endettement qui lui permettrait, éventuellement, de renouer à nouveau avec la distribution complète de son résultat", explique la société de recherche.

De plus, le groupe devrait tabler sur un revenu moyen par utilisateur (ARPU) stable à environ 47 dirhams par utilisateur par mois en 2023, et attendu stable jusqu’en 2026. Le groupe devrait également bénéficier, dans les années à venir, "d’une transformation de 95% du parc Fixe en Fixe avec Data à horizon 2026 (vs 88,3% en 2022) et une amélioration du revenu Data Fixe moyen par client par mois à 220 MAD à horizon 2026 (Vs. 194 MAD en 2022)", souligne Valoris. La société de recherche table en 2023 et 2024 sur un taux de payout de 70% et de 100% à partir de 2025.

Cependant, il convient de rappeler que l’opérateur national est actuellement en litige avec Wana qui lui réclame près de 7 MMDH. La société de recherche pointe ainsi que le groupe est sous la menace d’une potentielle amende de l’ANRT au sujet du dégroupage. "Cela dit, nous espérons que le récent accord portant sur la mise d’un point d’échange Internet IXP entre les trois opérateurs puisse être le signe d’un début d’apaisement des désaccords entre opérateurs sur les modalités du dégroupage", conclut Valoris.

Vous avez un projet immobilier en vue ? Yakeey & Médias24 vous aident à le concrétiser!
© Médias24. Toute reproduction interdite, sous quelque forme que ce soit, sauf autorisation écrite de la Société des Nouveaux Médias. Ce contenu est protégé par la loi et notamment loi 88-13 relative à la presse et l’édition ainsi que les lois 66.19 et 2-00 relatives aux droits d’auteur et droits voisins.
lire aussi
  • | Le 4/3/2024 à 16:23

    Bitcoin : +49% en YTD, les explications d'un trend haussier fulgurant

    Le cours de la première des cryptomonnaies est conduit à la hausse par deux principaux facteurs : la traction des fonds ETF spot autorisés à la mi-janvier par le régulateur américain (SEC), et le 'halving' qui interviendra dans quelques mois. Il s'agit d'un procédé qui divisera par deux la production journalière de bitcoins. De fait, la rareté tire le prix à la hausse.
  • | Le 1/3/2024 à 16:53

    Fort ralentissement du crédit bancaire en janvier et hausse des impayés

    Les crédits bancaires marquent un fort ralentissement en janvier. L’encours global des crédits recule de plus de 24 milliards de dirhams d’un mois sur l’autre. L’encours des comptes débiteurs et crédits de trésorerie chute particulièrement de 12 MMDH en janvier par rapport à décembre. Les impayés, eux, progressent en janvier de près d’un milliard de dirhams d’un mois sur l’autre.
  • | Le 1/3/2024 à 16:37

    Label'Vie : baisse de 31% du résultat net en 2023, hausse de 12% du dividende

    Le groupe est parvenu à maintenir une bonne croissance de son chiffre d'affaires et de ses ventes sur l'année 2023. Alors que 24 magasins ont été inaugurés, la profitabilité a diminué, notamment du fait d'un effet de base défavorable et de la non-récurrence des plus-values exceptionnelles réalisées en 2022.
  • | Le 1/3/2024 à 16:30

    Le FM6I et le GBPM vont lancer le nouveau produit de dette subordonnée

    Le Fonds Mohammed VI pour l’Investissement a annoncé la création, en partenariat avec le GPBM, de CapAccess, le nouveau produit de dette subordonnée. Le produit aura pour but l’injection de quasi-fonds propres dans les entreprises sous forme de dette subordonnée pour remédier à la problématique de sous-capitalisation, engendrant des difficultés d’accès au financement.
  • | Le 1/3/2024 à 13:05

    OCP : hausse des investissements en 2023 à 26 MMDH

    Le groupe affiche une baisse de son chiffre d’affaires en 2023, notamment du fait d’un effet de base négatif après une année 2022 exceptionnelle. L’OCP a maintenu une forte dynamique d’investissement en hausse de 34% par rapport à 2022 avec 26,8 MMDH.
  • | Le 1/3/2024 à 11:37

    Le cash en circulation stable en janvier 2024, baisse des dépôts bancaires

    Le cash en circulation stagne en janvier à 393,1 MMDH. Sur une année glissante, il progresse de 10,2%, soit 36,3 MMDH en valeur. Les dépôts bancaires, eux, chutent de 11,5 MMDH d’un mois sur l’autre.