Après sa réélection au CRT Casablanca-Settat, Othmane Alami: voici mon programme jusqu'à 2025

Au surlendemain de sa réélection à la tête du Conseil régional du tourisme de la région Casablanca-Settat, le président Othman Cherif Alami revient sur ses réalisations durant son premier mandat, avant de nous exposer les grands axes de son programme jusqu’à l’horizon 2025.

Après sa réélection au CRT Casablanca-Settat, Othmane Alami: voici mon programme jusqu'à 2025

Le 24 juin 2023 à 9h11

Modifié 25 juin 2023 à 12h06

Au surlendemain de sa réélection à la tête du Conseil régional du tourisme de la région Casablanca-Settat, le président Othman Cherif Alami revient sur ses réalisations durant son premier mandat, avant de nous exposer les grands axes de son programme jusqu’à l’horizon 2025.

Unique candidat à l’élection qui s’est tenue le mercredi 21 juin au siège de la wilaya de Casablanca, le président sortant Othman Cherif Alami a été réélu pour un deuxième mandat à la tête du CRT de la région Casablanca-Settat (CRT-CS), qui court jusqu’au 31 décembre 2025. L’occasion de faire le bilan sur sa première mandature et d'évoquer ses futurs projets.

"Triplement du budget annuel de gestion et de promotion"

Après le désistement en juin 2020 de l'ancien président Omar Kabbaj qui l’a poussé à se présenter, Othman Cherif Alami s’est porté candidat pour un premier mandat de président du CRT Casablanca-Settat dont il nous dévoile les principales réalisations.

Selon notre interlocuteur, le CRT-CS ne disposait d’aucune convention avec l’ONMT ni avec la région, sachant qu’entre 2010 et 2022,  la ville était en pleine rénovation avec des grands travaux de mise à niveau, de mobilité, de construction de nouvelles infrastructures…

Un contexte qui empêchait le lancement de grandes campagnes de promotion.

"A partir de là, notre priorité a été de signer des conventions avec la région, la commune et l’ONMT qui n’existaient pas avant mon arrivée, puis de réaliser une mise à niveau juridique du CRT qui nous a permis d’obtenir ensuite plusieurs subventions pour financer nos actions de gestion et de promotion", explique Alami.

De cette manière, le CRT a pu obtenir près de 5 millions de DH par an de la part des professionnels, de la ville, de la région et de l’Office du tourisme.

Soit un budget annuel multiplié par trois comparé aux 1 à 3 MDH qui étaient récoltés tous les deux ans grâce aux événements organisés auparavant par la ville de Casablanca, comme le marathon ou le festival de musique qui généraient certaines recettes indirectes pour le CRT-CS.

"De nouvelles recettes pour renforcer la visibilité de la destination"

Des recettes dont le flux s’est complètement tari après la création de la Société de développement local (SDL) Casa Events et animation qui a pris le relais du CRT pour gérer ces événements, dont une partie des recettes lui permettaient de financer son budget de gestion et de promotion.

Selon notre interlocuteur, ce sont les conventions signées durant son premier mandat qui ont permis au CRT d’obtenir un volume de subventions à la hauteur des ambitions touristiques de la région Casablanca-Settat.

Et d’ajouter que grâce au budget obtenu auprès de la ville, la région et l’ONMT, son équipe a pu mettre en œuvre de nouveaux outils de marketing et de promotion, mettre à jour le site web obsolète du CRT, ainsi et surtout passer de 2 à 12 employés permanents.

Un budget qui a aussi permis au CRT de renforcer la visibilité internationale de la destination grâce à sa  participation à cinq foires internationales par an et de repositionner la destination Casablanca-Settat auprès des prescripteurs étrangers de voyages pour le tourisme d’affaires, tourisme de séjour, city break

"Un centre de congrès de 2.000 places, validé à 90%"

En dehors de la multiplication de la participation du CRT-CS aux plus grands salons touristiques du monde, Alami tient à citer sa proposition de transformer une partie de l’Office des foires en centre de conférences, très rapidement retenue par les partenaires publics qui l'ont validée à 90%.

Nécessitant un investissement de 80 MDH, ce projet consistera à transformer le tiers de l’espace de l’Office des foires en un centre de congrès qui comptera 2.000 places assises.

En effet, l’amphithéâtre sera réalisé sur 6000 m2 et les 12.000 m2 restants pour les expositions habituelles.

Grâce à l’accueil favorable de ses partenaires publics, la région lui a alloué 30 millions de DH, la ville 10 MDH, le conseil préfectoral 15 MDH et le  ministère de l'Investissement 25 MDH, soit un total de 80 MDH.

"En attendant la construction d’un grand palais des congrès de 5.000 places, promise pour 2030 par le Plan de développement régional, cette solution intermédiaire qui nécessitera 14 mois de travaux pourra être achevée en décembre 2024", indique Alami.

Ainsi, Casablanca pourra devenir, au début de sa dernière année de mandat (1er trimestre 2025), une grande ville africaine de congrès.

 "Un forum pour mettre en place une matrice commune du développement touristique"

Concernant ses projets pour les trente prochains mois, le président cite le lancement le 5 juillet prochain de la 2e édition du Forum interactif du tourisme de Casablanca, qui connaîtra la participation d’élus et du secteur privé pour préparer une matrice du développement touristique de la région.

"Elle sera composée du Plan de développement régional (PDR) 2023-2027 qui comprend des axes stratégiques importants pour le tourisme, le Plan d’action communal (PAC) jusqu’à 2028 qui recèle aussi des éléments utiles et enfin, la feuille de route régionale présentée par la ministre en mai dernier", explique Alami.

Le président compte d'ailleurs sur le partage de la matrice avec les élus et professionnels pour proposer un cadre de pilotage et de gouvernance du CRT avec l’ensemble des parties prenantes.

"Augmenter de 50% le nombre de croisiéristes"

Une feuille de route qui prévoit de parvenir à 6 millions d’arrivées pour la destination Casablanca-Settat à l’horizon 2026 contre 2,4 millions de visiteurs auquel il faudra ajouter 300.000 croisiéristes prévus d’ici fin 2023.

Autre priorité de son mandat : convaincre les autorités concernées d’ouvrir le nouveau quai réservé aux grands paquebots de croisière, qui est prêt depuis longtemps, mais toujours fermé pour des raisons inconnues.

Pour le président, cette ouverture permettra de passer d’ici 2025 à 450.000, voire 500.000 croisiéristes par an.

Réaliste, Alami avance que le CRT devra trouver des moyens financiers supplémentaires, mais surtout disposer d’une méthodologie et initier une vraie synergie entre acteurs publics et privés.

"4,5 millions d’arrivées et 4 millions de nuitées à la fin du nouveau mandat"

De plus, Alami fait le pari de doubler le nombre de nuitées dans les hôtels classés et appart-hôtels, pour passer de 2 millions à 4 millions de nuitées grâce au futur centre de congrès destiné aux événements nationaux et étrangers, qui devrait être utilisé un minimum de 25 semaines par an.

Même calcul optimisme pour le nombre d’arrivées qu’il espère porter à 4,5 millions à la fin de son mandat, grâce notamment au tourisme rural qui recèle un potentiel de 500.000 visiteurs, dont 80% de nationaux.

"Transformer l’aéroport de Benslimane en espace spécialisé en low cost"

Dernier projet de taille, faire en sorte que le petit aéroport de Benslimane actuellement réservé à l'aviation privée, soit connecté aux lignes aériennes des compagnies low cost du monde entier.

"Avec ses pistes d’atterrissage permettant d’accueillir un 747, nous espérons qu’en 2025 au plus tard, Benslimane puisse devenir l’aéroport low cost de la région, à l’image de certains petits aéroports belges ou français qui n’accueillent que ce genre de compagnies économiques", promet le président.

A terme, Royal Air Maroc et les compagnies étrangères régulières resteraient au hub de l’aéroport Mohammed V, tandis que les low cost migreraient toutes à Benslimane.

Un sujet qu’il compte traiter avec les parties concernées pour ne pas nuire à la compagnie nationale.

Vous avez un projet immobilier en vue ? Yakeey & Médias24 vous aident à le concrétiser!

Si vous voulez que l'information se rapproche de vous

Suivez la chaîne Médias24 sur WhatsApp
© Médias24. Toute reproduction interdite, sous quelque forme que ce soit, sauf autorisation écrite de la Société des Nouveaux Médias. Ce contenu est protégé par la loi et notamment loi 88-13 relative à la presse et l’édition ainsi que les lois 66.19 et 2-00 relatives aux droits d’auteur et droits voisins.

A lire aussi


Communication financière

Attijariwafa bank: COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.