χ

Lekjaa à Médias24 : “Quand il y a le mental et l’envie, tout est possible !”

Triomphe de l’équipe nationale au Qatar. Le président de la FRMF accompagne de près cette aventure inédite du Mondial, vécue passionnément par tous les Marocains. Il nous parle de ces moments uniques, de ses perceptions, de ses espoirs pour que l’aventure continue.

CdM Qatar 2022 : célébration de la victoire de l’équipe nationale. Ph. MAP

Lekjaa à Médias24 : “Quand il y a le mental et l’envie, tout est possible !”

Le 2 décembre 2022 à 11h01

Modifié 2 décembre 2022 à 13h29

Triomphe de l’équipe nationale au Qatar. Le président de la FRMF accompagne de près cette aventure inédite du Mondial, vécue passionnément par tous les Marocains. Il nous parle de ces moments uniques, de ses perceptions, de ses espoirs pour que l’aventure continue.

Ce vendredi matin à 09h43, Fouzi Lekjaa répond au téléphone à la troisième sonnerie. Lors du match de jeudi soir contre le Canada, qui a sacré le Maroc en tête de son groupe, il était dans le public. Et après le match, on le retrouve dans les vestiaires aux côtés des joueurs et du staff. Il s’est ensuite rendu directement à l’aéroport de Doha, direction le Maroc où il a atterri au petit matin.

Lorsque nous appelons ce vendredi matin, il est à son bureau au ministère des Finances, en train de préparer la discussion des amendements du projet de loi de finances 2023, prévue à la Chambre des conseillers.

C’est ce qu’il a fait pour les trois matchs. Et dans la nuit de samedi à dimanche, il compte repartir à Doha rejoindre l’équipe avec sa casquette de président de la Fédération royale marocaine de football.

Nous vous rapportons ci-dessous l’essentiel de cet échange avec l’enfant prodige de la finance et du football marocain. Entretien.

Médias24 : Vous êtes rentré dans la nuit, quand repartez-vous à Doha ?

Fouzi Lekjaa : Dans la nuit de samedi à dimanche pour jouer le match du mardi. Et après, inch’Allah, nous programmerons les autres matchs, si Dieu le veut, si nous passons l’Espagne.

- Question rituelle : quel a été votre sentiment à l’issue du match de jeudi contre le Canada ?

- Comme le sentiment de tous les Marocains : fierté, honneur... Ce qui était magique aussi, c’est le public marocain sur place, au stade. Le moment de l’hymne national est un moment magnifique à vivre sur place. Nous avons beaucoup travaillé et vécu ces moments inoubliables grâce aux directives et au suivi permanent de Sa Majesté le Roi.

- Après le match, qu’avez-vous dit aux joueurs dans les vestiaires ?

- Je leur ai dit, et d’ailleurs je le leur répète régulièrement : "croyez en votre potentiel, ayez confiance en vous". Le niveau de la Coupe du monde, ce n’est pas la préparation physique ou technique, c’est le mental qui joue. Quand vous rentrez sur le terrain sans complexe d’infériorité, vous pouvez rivaliser avec n’importe qui. Parce que le potentiel technique de bons joueurs, ce n’est pas ça qui manque dans notre équipe. Prenez les joueurs un par un : ils jouent dans les meilleurs clubs, au plus haut niveau. Nous bénéficions de ce retour de la confiance ; on voit que le groupe vit bien ; qu’ils vivent ensemble sur place depuis le 13 novembre.

- Seront-ils en forme physiquement ?

- Oui, oui, aujourd’hui, c’est une journée de récupération après le match. Tout cela est suivi avec les meilleures technologies, le staff médical... Tout ce qu’il faut aux meilleurs standards. Le joueur revient à sa forme initiale.

- Nous avons donc nos chances contre l’Espagne...

- Bien sûr qu’on a nos chances. On a terminé premiers d’un groupe où il y avait le deuxième mondial, la Belgique, et le 4e mondial, la Croatie. Nous avons donc le potentiel de rivaliser avec n’importe qui. Quand il y a l’envie, le mental, quand le groupe vit bien, quand il y a la réalité, je pense que tous les ingrédients sont là pour aller le plus loin possible inch’Allah.

- Le changement d’entraîneur a tout de même été décisif. Ce n’était pas évident au moment où la décision a été prise...

- Moi j’étais convaincu. Je suis très proche de l’équipe nationale. Aujourd’hui, tout le monde dit que c’était une bonne décision. Mais au moment de la prise de décision, j’étais convaincu ; il fallait prendre une décision ; je l’ai prise, je l’ai assumée, je l’assume.

Ce qui manquait à cette équipe nationale, c’est cette ambiance. On est allé jusqu’à écarter Ziyech, choisi meilleur joueur contre la Belgique, ou Mazraoui qui joue au Bayern.

Il fallait retrouver l’ambiance d’un groupe qui vit bien. Pour moi, le profil idéal c’était Walid. Tout d’abord, il était adjoint de l’entraîneur de l’équipe nationale, avec Taoussi, il y a une dizaine d’années. Ensuite, c’est un joueur qui a joué au sein de l’équipe nationale ; il est très proche des joueurs. Nous avons fini par avoir exactement ce qu’il fallait au sein de l’équipe nationale.

Et c’est visible d’ailleurs : ceux qui ne jouent pas ou jouent peu, c’est la même détermination, la même envie. Regardez la sortie de Bono contre la Belgique, cinq minutes avant le coup d’envoi. Le deuxième gardien, Mounir, a sorti un très grand match. Tout le monde est présent, engagé, impliqué.

- Un pronostic contre l’Espagne ?

- Pas de pronostic (rires). Il y a 90 minutes de jeu ; il faut un haut niveau de concentration, de détermination. Il faut courir des kilomètres ; nous avons tous les ingrédients. Il faut juste y croire.

A lire aussi


Les dernières annonces judiciaires
Les dernières annonces légales

Communication financière

CGI : l'avis de convocation des actionnaires en Assemblée Générale Extraordinaire

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.