LafargeHolcim Maroc : M.S.IN s’attend à un TCAM des bénéfices de 6,5% sur la période 2022-2026

| Le 14/11/2022 à 16:00
Le groupe devrait connaître une baisse de près de 19% de son résultat net cette année du fait de la baisse de la demande et de la hausse des intrants. Mais, dès l’année prochaine, le RNPG et le dividende devraient progresser. Les bénéfices devraient atteindre 2.101 MDH en 2026, après une croissance annuelle moyenne de 6,5%.

Dans une note publiée la semaine dernière, la société de recherche M.S.IN est revenue sur les performances du groupe LafargeHolcim Maroc au premier semestre et a dressé ses perspectives sur la valeur. La société de recherche note que le groupe évolue actuellement dans un contexte sectoriel défavorable.

Elle considère que la valeur est correctement valorisée à 1.436 dirhams et recommande de conserver le titre dans les portefeuilles.

Il est à rappeler que LafargeHolcim Maroc a affiché, au premier semestre, un chiffre d’affaires stable par rapport au premier semestre 2021, à 4.004 MDH. Le résultat net du groupe a parallèlement baissé de 27% sur la période, à 759 MDH. Cette baisse a été engendrée par l’inflation et la forte hausse du coût des intrants, notamment le petcoke. La société de recherche rappelle qu’après une bonne année 2021, « le secteur de construction et BTP se retrouve en 2022 face à une hausse des prix des matériaux de construction et de l’énergie, ainsi que des difficultés d’approvisionnement qui génèrent des décalages de certains projets en cours ». In fine, la consommation de ciment a reculé de plus de 9% à fin octobre 2022.

Notons que la dégradation des marges et du résultat net observé au S1 est également provoquée par la nouvelle usine d’Agadir. Ne tournant pas encore à plein régime, les charges fixes ne sont pas totalement compensées, ce qui pèse sur les marges du groupe.

Les revenus de LHM devraient afficher un TCAM de 2,5% sur la période 2022-2026

Le premier cimentier du pays dispose cependant d’une position de force dans le pays et devrait reprendre un chemin de croissance normative dès l’année prochaine.

En effet, le groupe pourra compter sur divers atouts, notamment « la mise en service de la nouvelle cimenterie à Agadir-Souss d’une capacité de production de 1,6 Mt par an. Cette cimenterie permettrait au groupe de poursuivre son développement dans le sud du Maroc ». Il est aussi à souligner que LafargeHolcim Maroc table sur l’exportation de clinker et de ciment dans les régions d’Afrique de l’Ouest et d'Amérique du Sud, via sa filiale LHM Afrique.

M.S.IN table sur un taux de croissance annuel moyen de 2,5% sur la période 2022-2025. Le groupe devrait réussir à maintenir son chiffre d’affaires à niveau cette année, notamment grâce à la hausse des prix de vente. Il devrait se maintenir à 7.945 MDH cette année contre 7.932 MDH l’an dernier.

La société de recherche met également en avant le fait que le groupe a une position confortable dans les grands projets d’infrastructure du pays comme « le chantier naval de Casablanca, le parc éolien de Taza, la construction des grands barrages, la construction des tours à CFC, l’université Mohammed VI Polytechnique de Rabat et la voie express Tiznit-Dakhla ».

Des bénéfices et des dividendes sur un trend haussier dans les années à venir

Malgré le contexte actuel peu favorable, le groupe devrait, excepté cette année, connaître une croissance de ses bénéfices. En 2022 avec la pression connue sur les marges et la rentabilité, la société de recherche s’attend à un recul de 18,6% du RNPG à 1.635 MDH.

Par la suite, un TCAM de 6,5% est attendu au niveau du RNPG sur la période 2022-2026 pour atteindre 2.101 MDH à échéance. Une bonne tenue du dividende est également attendue sur la période. Une baisse est attendue cette année avec une projection d’un dividende de 54 dirhams cette année contre 66 dirhams en 2021.

En 2023 et 2024, les dividendes par action sont attendus à, respectivement, 59 et 65 dirhams.

lire aussi
  • | Le 29/11/2022 à 15:04

    IAM : une légère amélioration des revenus et de la profitabilité attendue en 2023

    Le cours de bourse de Maroc Telecom chute de plus de 25% en YTD. Le contexte global du marché et les différentes amendes de l’ANRT font craindre une baisse du rendement. Les fondamentaux sont pourtant bons. Une légère amélioration des revenus et des bénéfices est attendue l’an prochain, portée par les filiales internationales.
  • | Le 25/11/2022 à 15:07

    BKGR recommande de souscrire à l'IPO d'Akdital et valorise le titre à 340 dirhams

    Premier entrant en bourse sur le secteur de la santé, Akdital représente une opportunité de diversification du portefeuille des investisseurs. Son maillage territorial et la faible offre médicale à l'échelle nationale offrent un bon potentiel de croissance.
  • | Le 17/11/2022 à 16:58

    La prime de risque actions d'AGR progresse de 50 points de base à 8%

    En retenant la méthode de calcul de la prime de risque par sondage, la société de recherche note une hausse de la prime de risque actions de 50 points de base à 8% par rapport à l'édition du mois de mai 2022. Cette méthode vise à déterminer la rentabilité annuelle exigée par les investisseurs en bourse, et ce, sur un placement supérieur à 5 ans.
  • | Le 16/11/2022 à 16:08

    Taqa Morocco : BKGR recommande d’accumuler le titre dans les portefeuilles

    Cette année, la hausse des cours du charbon et les bonnes performances industrielles vont fortement faire progresser les revenus et la profitabilité. Le groupe, en cette période de crise, fait figure de refuge pour les investisseurs, avec une visibilité sur ses cash flows et un rendement attendu de 3,7% cette année, d’après les projections de la société de recherche BKGR.
  • | Le 13/11/2022 à 16:10

    CIH Bank : les hausses de fonds propres devraient booster la dynamique de croissance

    La croissance était au rendez-vous au premier semestre 2022 pour CIH Bank, mais elle a ralenti par rapport aux années précédentes, notamment en termes de collecte. Les deux augmentations de capital devraient aider à renforcer les ratios de solvabilité et la dynamique de crédits. Le coût du risque devrait poursuivre sa baisse. Alpha Mena et BKGR recommandent d’accumuler le titre.
  • | Le 10/11/2022 à 16:36

    SNEP : amélioration des coûts de production, l’effet prix favorable sera bénéfique

    Pour BKGR, le groupe bénéficie d’une bonne dynamique des produits vinyliques et d’un effet prix avantageux cette année. Parallèlement, la hausse de ses capacités de production permet d’améliorer la structure des coûts. De bonnes perspectives se profilent à l'horizon 2024, avec une capacité attendue de 120 kt de PVC par an et 115 kt de soude. Les bénéfices devraient progresser de 18% cette année à 149 MDH.