Voici pourquoi Maroc Telecom continue de baisser en bourse

| Le 27/9/2022 à 17:22
Nouvelle sanction, hausse du taux directeur, risque inflationniste… Voici les facteurs qui alimentent la baisse du titre Maroc Telecom en bourse.

Le titre Maroc Telecom a perdu 1,66% à la clôture de ce mardi 27 septembre pour descendre à 115,8 dirhams après l’échange d’un volume de 351.425 titres. Sa baisse cumulée depuis début 2022 jusqu’à la séance de ce mardi s’est établie à 16,9%, dépassant largement celle affichée par le MASI (-9,8%) pendant la même période.

À noter que Maroc Telecom est la deuxième plus grosse capitalisation de la place casablancaise. Cette valeur détient un poids de 13% sur le MASI. La baisse de son cours pèse ainsi automatiquement sur tout le marché.

Évolution du cours de Maroc Telecom depuis début 2022

Source : medias24.com

Joint par LeBoursier, un membre du directoire d’une société de bourse de la place explique que la baisse du titre est liée au newsflow défavorable qui concerne cet opérateur.

Sa baisse a été accentuée ce mardi après l’annonce du Conseil de Bank Al-Maghrib qui a décidé de faire passer le taux directeur de 1,50% à 2%.

"La hausse du taux directeur a accentué la baisse de Maroc Telecom au cours de cette journée. La hausse du taux directeur va engendrer une hausse des rendements des nouvelles obligations. Automatiquement, cela va impacter le marché actions, et en grande partie les grosses capitalisations comme Maroc Telecom, qui devrait perdre un peu de son attractivité en comparaison avec le marché obligataire", explique notre interlocuteur.

S’ajoute à cela la nouvelle sanction qui a été annoncée. A rappeler que Maroc Télécom devra régler un montant de 2,4 MMDH au Trésor à la suite de la décision prononcée fin juin par l’Agence nationale de réglementation des télécommunications (ANRT). Il s’agit d’une liquidation d’astreinte. Ce montant s’ajoute aux 3,3 MMDH, objet d’une première sanction décidée en 2020, liée à "un abus de position dominante". Les deux sanctions sont liées, l’astreinte vient punir le non-respect par cet opérateur d’injonctions émises par l’ANRT dans le cadre du premier dossier.

"Les investisseurs ont des craintes liées à la plainte déposée par Wana et qui est toujours en cours. Les investisseurs ont du coup réagi en vendant la valeur, ce qui a causé sa baisse. Ils ne sont pas rassurés par rapport à ça. Ils ont peur de l’impact financier sur les bénéfices et les rendements de la valeur", précise notre source.

AGR a révisé son cours objectif pour IAM à la baisse

Dans une note de recherche portant sur Maroc Telecom, diffusée vers la fin du mois d’août dernier, Attijari Global Research (AGR) souligne que l’environnement où évolue cet opérateur téléphonique est moins favorable. Cela a imposé une révision du cours objectif. Ce dernier est passé ainsi de 150 dirhams (fixé au 31 décembre 2021) à 134 dirhams (août 2022). Le titre garde un potentiel de croissance de 15,7% en comparaison avec le cours de clôture de ce mardi (115,8 dirhams).

"La publication des résultats semestriels 2022 du groupe Maroc Telecom intervient dans un contexte peu favorable à la croissance des revenus. Aussi, ce premier semestre a été marqué par le provisionnement de l’opérateur historique d’une amende de 2,45 MMDH. Dans ces conditions, nous avons révisé nos hypothèses de croissance du groupe et, par conséquent, notre valorisation du titre", explique la société de recherche.

Rappelons que Maroc Telecom a réalisé un chiffre d’affaires global consolidé de 17,6 MMDH, en retrait de 1,2% (-0,6% à taux de change constant) au premier semestre 2022. De son côté, le RNPG global ajusté a augmenté légèrement de 1,7% à près de 2,9 MMDH.

L’analyse d’AGR s’articule autour des éléments suivants :

> Les pressions réglementaires et concurrentielles au Maroc se font de plus en plus sentir sur le profil de croissance des revenus Mobile de Maroc Telecom. À l’origine, une marge de manœuvre limitée en termes d’Offres & Promotions par rapport aux concurrents, un encadrement plus strict des Offres spécifiques B2B et un maintien d’une asymétrie tarifaire en défaveur de l’opérateur historique.

> Les revenus du Fixe au Maroc et les activités à l’international démontrent une bonne résilience grâce à la poursuite de l’expansion des parcs ADSL & Fibre optique et à la croissance soutenue de la Data Mobile en Afrique. Toutefois, la croissance des revenus Mobile des filiales africaines est ralentie par la tendance baissière de fond des terminaisons d’appel (TA) dont l’impact devrait se poursuivre en 2023.

> Les tensions inflationnistes au Maroc devraient peser davantage sur la croissance des revenus Mobile durant le S2-22. L’avis des analystes est soutenu par la corrélation historique établie entre le niveau général des prix et les dépenses en télécommunication, particulièrement des utilisateurs Mobile prépayé. Ces derniers représentent environ 90% du parc Mobile au Maroc.

> Dans un contexte peu favorable à la génération du cash, un réajustement baissier du taux de distribution a été observé. Ce taux est passé d’un niveau historique autour des 100% à une moyenne de 70% sur la période 2019-2021. Selon le scénario d’AGR, le payout (le taux de distribution des bénéfices) cible du groupe se situerait désormais entre 70% et 80% durant la période 2022-2023.

> Tenant compte de la récente correction du titre, le rendement du dividende offert devient relativement plus attractif. Il s’agit d’un D/Y moyen de 4,5% sur la période 2022-2023 contre 3,5% pour le marché Actions.

lire aussi
  • | Le 2/11/2022 à 15:37

    Ciments du Maroc continue de baisser en bourse à cause du contexte économique

    BOURSE. Impacté par la baisse générale du marché et par le contexte économique, le titre Ciments du Maroc a accentué son déclin à la bourse. BKGR et CFG Bank recommandent toutefois de le conserver dans les portefeuilles.
  • | Le 1/11/2022 à 15:56

    Label’Vie baisse en bourse, mais ses fondamentaux restent solides (analyste)

    BOURSE. Le titre Label’Vie a perdu 9% depuis début 2022. Un analyste de la place, joint par LeBoursier, explique que cette baisse n’a aucun lien avec les fondamentaux du groupe. Par ailleurs, BKGR et CFG recommandent de conserver le titre dans les portefeuilles et tablent sur une croissance de son cours.
  • | Le 31/10/2022 à 15:01

    Sonasid : la baisse du cours en YTD n’est pas justifiée (analyste)

    BOURSE. Depuis le début de l’année, le cours du sidérurgiste lâche plus de 7%. Néanmoins, les performances financières et les perspectives du groupe sont au rendez-vous. Le détournement du marché action vers l’obligataire pèse sur le cours. Les anticipations des baisses du cours de l’acier également. Fondamentalement, Sonasid conserve de très bonnes perspectives.
  • | Le 26/10/2022 à 16:53

    Bourse : Maroc Telecom poursuit sa baisse après la publication des résultats du T3 2022

    Face aux résultats trimestriels publiés par Maroc Telecom, CFG Bank recommande aux investisseurs d’acheter le titre. Un analyste de la place, joint par LeBoursier, considère que les investisseurs ont tendance à réagir davantage aux annonces négatives, d’où la poursuite de la dépréciation du titre Maroc Telecom. Analyse.
  • | Le 19/10/2022 à 15:00

    Marsa Maroc préserve un potentiel de croissance en bourse

    Impacté par la baisse générale du marché, le titre Marsa Maroc a perdu 22% depuis début 2022. Les fondamentaux du groupe restent toutefois solides, d’après un analyste de la place. BKGR et CFG tablent sur une hausse du cours. Analyse.
  • | Le 18/10/2022 à 17:38

    Voici les recommandations de CFG concernant les trois banques de son Stock Guide

    CFG Bank recommande aux investisseurs d’acheter le titre CIH Bank et de conserver Attijariwafa bank et BCP. Voici Les arguments de CFG, ainsi que les cours objectifs fixés pour ces trois banques.