χ

Enfants et écrans : voici comment gérer la transition entre vacances et rentrée scolaire

Réduction du temps d’usage des écrans avant le coucher, contrôle parental et diversification des activités extra-scolaires, tels sont les conseils du pédopsychiatre Bouchaib Karoumi pour optimiser l’utilisation des écrans chez les enfants.

Enfants et écrans : voici comment gérer la transition entre vacances et rentrée scolaire

Le 18 septembre 2022 à 10h12

Modifié 18 septembre 2022 à 10h14

Réduction du temps d’usage des écrans avant le coucher, contrôle parental et diversification des activités extra-scolaires, tels sont les conseils du pédopsychiatre Bouchaib Karoumi pour optimiser l’utilisation des écrans chez les enfants.

Qui dit fin des vacances dit rentrée scolaire, laquelle induit de nouveau un changement du rythme de vie quotidienne. Enfants, adolescents et parents sont désormais contraints d’abandonner les habitudes accumulées pendant l’été, notamment les excès alimentaires, le coucher tardif et l’exposition élevée aux écrans, au profit de celles qu’implique la rentrée scolaire.

“Le rythme scolaire devrait normalement s’installer progressivement, une semaine, dix jours au maximum, après la rentrée. Cette réadaptation se fait généralement sans aucun problème”, souligne le Dr Bouchaib Karoumi, pédopsychiatre à Casablanca. Il met l’accent sur l’importance du contrôle parental sur la durée d’exposition des enfants aux écrans et aux contenus qu’ils visualisent, pour une transition vacances/rentrée réussie.

“Il faut éteindre les écrans deux heures avant l’heure du coucher”

La durée d’exposition des enfants et adolescents marocains aux écrans, en particulier aux contenus disponibles sur internet, est assez importante et ne cesse de croître, relève le Dr Karoumi, précisant que les longues expositions sont plus observées chez les lycéens.

“Nous ne pouvons pas éliminer complètement l’usage de ces outils, qui ont tout de même des bénéfices, surtout en matière de pédagogie”, explique le spécialiste. “Il faut tout simplement en réguler la consommation. Plus l’âge est bas, plus il faut contrôler”, ajoute-t-il.

Pour les enfants âgés de 6 à 11 ans, la projection doit se faire sur un grand écran, en particulier un ordinateur ou une tablette. Le pédopsychiatre déconseille en revanche de mettre à la portée des enfants de cette tranche d’âge des smartphones, sauf si la situation l’exige (par exemple, l’enfant doit être joignable sur un portable lorsqu’il emprunte les transports scolaires).

“Il faut éteindre les écrans deux heures ou une heure et demie avant l’heure du coucher” afin d’éviter les troubles du sommeil, préconise encore le Dr Karoumi. Il met en garde contre les autres effets d’une trop longue exposition aux écrans qui peut entraîner, à long terme, un problème de concentration, un risque d’obésité en cas d’absence d’activités physiques, ainsi que des troubles alimentaires.

“Il faut initier les enfants aux activités extra-scolaires”

Le contrôle parental de la durée d’exposition ou des contenus visualisés à lui seul n’est pas suffisant pour réussir la transition entre les vacances et la rentrée. “Il faut également encourager les enfants à exercer quelques activités extra-scolaires. Elles doivent idéalement inclure une activité physique et une activité créative”, explique le pédopsychiatre.

Les mêmes règles doivent être appliquées aux adolescents, poursuit notre interlocuteur, selon qui ces derniers pourraient bénéficier de plus de temps d’écran par rapport aux enfants, compte tenu de leurs horaires de coucher et de réveil qui diffèrent de ceux des petits. “Appliquer ces règles aux adolescents peut être une mission délicate eu égard à leur sensibilité et à leurs exigences. Les parents doivent toutefois assurer leur rôle d’éducateurs”, insiste le Dr Karoumi, appelant ces derniers à rallier douceur et fermeté et à apprendre à dialoguer avec leurs enfants, tout âge confondu.

Le spécialiste insiste enfin sur l’importance d’instaurer des règles liées à l’usage des écrans par les enfants et les adolescents, afin d’éviter que ces derniers développent une addiction à ces outils. “Si l’addiction aux écrans atteint des proportions élevées, qui se manifeste entres autres par une irritabilité, une nervosité et l’atteinte des performances scolaires, l’enfant ou l’adolescent doit être pris en charge par un spécialiste, notamment un psychologue ou un pédopsychiatre”, avertit le Dr Bouchaib Karoumi. “Le meilleur moyen d’agir reste encore celui de prévenir”, conclut-il.

A lire aussi


Les dernières annonces judiciaires
Les dernières annonces légales

Communication financière

LHM : Indicateurs du T3 2021

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.