Voici comment a évolué l’investissement étranger en bourse en 2021

| Le 7/9/2022 à 15:15
L’investissement étranger en actions cotées a connu une hausse des montants investis et une baisse de la capitalisation boursière détenue. Voici les principales tendances liées à l’investissement étranger en actions, relevées par l’AMMC dans son dernier rapport.

La part de l’investissement étranger en actions cotées a connu une légère variation en 2021, d’après le rapport sur l’investissement étranger en instruments financiers publié par l’Autorité marocaine des marchés des capitaux (AMMC).

Les montants investis par les investisseurs étrangers en actions cotées ont augmenté de 9,8% en passant de 190,3 milliards de DH en 2020 à 208,9 MMDH en 2021. Selon l’AMMC, cette variation s’explique principalement par la hausse de la valorisation des actions cotées composant les portefeuilles des étrangers. Rappelons que l’indice de référence de la Bourse de Casablanca, à savoir le MASI, a gagné 18,3% en 2021.

Toutefois, la capitalisation boursière détenue par les investisseurs étrangers a reculé, passant de 32,5% à 30,3% (Voir graphique ci-dessous). Cette évolution s’explique par le fait que le rythme de croissance de la capitalisation boursière a été plus important que celui de l’encours des actions composant les portefeuilles des étrangers.

Ces investissements ont couvert l’ensemble des entreprises cotées à la Bourse de Casablanca, à des niveaux variables :

– pour 51 sociétés, l’investissement étranger représente moins de 25% de leur capitalisation boursière, dont 45 pour moins de 10% ;

– pour 9 sociétés, l’investissement étranger représente une part comprise entre 25% et 50% ;

– 10 sociétés ont une part du capital détenue par les étrangers entre 50% et 75% ;

– 6 sociétés ont une part du capital détenue par les étrangers représentant plus de 75%.

A noter que ces investissements portent en grande partie sur des participations stratégiques. Celles-ci représentent plus de 93% du total des montants investis, en quasi-stagnation par rapport au niveau enregistré en 2020. En pourcentage de la capitalisation boursière, le poids des participations stratégiques représente 28,2%.

Taqa Morocco accapare la plus grande part des participations stratégiques 

En termes de participations stratégiques, le secteur « Électricité », représenté par la société Taqa Morocco, affiche un taux de détention de 86%. Ce secteur est suivi par les secteurs « Boissons », « Télécommunications » et « Services aux collectivités » qui sont détenus à plus de 50% par les étrangers.

Pour ce qui est des participations minoritaires (≤ 4% du capital), le secteur « Matériels, Logiciels et Services informatiques » enregistre le taux de détention par les étrangers le plus élevé, soit 8,8%, suivi par les secteurs « Distributeurs », « Boissons » et « Agroalimentaire et Production » avec des taux de détention respectifs de 7%, 4,7% et 2,9%.

Les investisseurs d’Europe et du Moyen-Orient sont en tête

Les investisseurs d’Europe et du Moyen-Orient représentent à eux seuls 95% de l’investissement global des étrangers, et presque 29% de la capitalisation boursière.

En valeur, ces investisseurs ont enregistré une hausse de 10% par rapport à fin 2020, passant de 179 à 197 MMDH à fin 2021. En glissement annuel, l’encours des investissements européens marque un surplus de 13,7 MMDH, profitant de la hausse des prix des actions détenues par les investisseurs originaires de cette zone géographique.

De son côté, l’encours des investissements du Moyen-Orient a augmenté de 4,3 MMDH, malgré la contre-performance enregistrée par Itissalat Al-Maghrib (-3,8%).

En pourcentage de la capitalisation boursière, la part détenue par les investisseurs européens est restée quasi identique au niveau enregistré en 2020, soit 13,4%, contre un léger recul pour la part des investissements du Moyen-Orient qui est passée de 17,1% en 2020 à 15,1% en 2021.

En pourcentage de l’investissement étranger global, la part des investisseurs européens a connu une légère hausse passant de 41,5% en 2020 à 44,3% en 2021, contre une légère baisse pour les investisseurs du Moyen-Orient, passant de 52,5% en 2020 à 49,9% en 2021.

Les investisseurs étrangers ont généré un volume de 7,4 MMDH

Les étrangers ont été à l’origine de 5,7% du volume transactionnel global (achats et ventes) sur les deux marchés central et blocs, soit 7,4 MMDH. Cette part est constituée à hauteur de 97% par les transactions opérées sur le marché central.

Cinq secteurs majeurs concentrent 75% de ce volume. Le secteur « Banques » affiche la part la plus élevée, suivi par le secteur « Télécommunications » et le secteur « Distributeurs », avec des parts respectives de 27%, 18% et 15%. En quatrième position, le secteur « Bâtiment et Matériaux de construction » enregistre une part de 9 %, suivi par le secteur « Matériels, Logiciels et Services informatiques » avec une part de 6%.

La répartition du volume transactionnel réalisé sur la Bourse de Casablanca montre que les secteurs « Banques », « Bâtiment et Matériaux de construction » et « Services de transport » ont généré le plus gros des volumes échangés en 2021 (soit presque 64% du volume transactionnel global). La part des étrangers et MRE dans ce volume présente des disparités entre les différents secteurs.

Au niveau des quatre secteurs les plus actifs en 2021, la contribution des étrangers et des MRE a été à hauteur de 4% dans le secteur bancaire, de 4% dans le secteur « Bâtiment et Matériaux de construction », de 1% dans le secteur « Services de transport » et de 18% dans le secteur « Télécommunications ».

lire aussi
  • | Le 25/9/2022 à 15:38

    Rachat du Crédit du Maroc : Holmarcom se prépare à verser 4 milliards de dirhams au profit du Crédit Agricole

    Cette transaction est en cours de préparation, selon une source sûre. Les banques ont d'ores et déjà commencé à constituer une enveloppe pour couvrir cette sortie de devises qui signera officiellement le passage de témoin entre le groupe bancaire français et le groupe de la famille Bensalah. Le marché prévoit ce versement avant la fin de l'année.
  • | Le 25/9/2022 à 15:25

    Auto Hall : des résultats en baisse attendus, le groupe dispose de bons arguments au S2

    Le contexte global du marché a pesé sur Auto Hall au premier semestre. Avec la perte de pouvoir d’achat des ménages et la crise des semi-conducteurs, le groupe a vu son chiffre d’affaires et sa rentabilité se dégrader. Cependant, ces performances étaient attendues et en ligne avec les prévisions.
  • | Le 25/9/2022 à 15:20

    Assurance : bonne évolution du secteur coté au 1er semestre 2022

    Hausse des primes émises, progression des résultats semestriels, recommandations des analystes… Voici comment évolue le secteur des assurances cotées.
  • | Le 23/9/2022 à 15:50

    Managem : les bénéfices à fin juin dépassent le milliard de dirhams

    Avec un effet de change favorable, un bon maintien des niveaux de production et une appréciation des cours des métaux de base sur la période, la profitabilité du groupe explose. Elle passe de 185 MDH à fin juin 2021 à 1 210 MDH à fin juin 2022.
  • | Le 23/9/2022 à 15:12

    Disway : baisse de 15% du RNPG à fin juin

    La hausse du dollar et des coûts d'achat a pesé sur le résultat d'exploitation et la rentabilité. L'endettement atteint 252 MDH à fin juin 2022 contre -29 MDH à la même période l'an dernier.
  • | Le 23/9/2022 à 9:43

    Attijariwafa Bank : hausse de 16,2% du RNPG au 1er semestre 2021

    Les réalisations du groupe Attijariwafa Bank sont en hausse au premier semestre 2021. Le résultat net part du groupe a atteint trois milliards de DH, en progression de 16,2%.