χ

Blé tendre : les stocks marocains couvrent six mois de consommation

Les opérateurs marocains continuent d’alimenter leurs stocks en blé. Le prix du quintal a baissé de 100 DH par rapport aux mois d'avril et juin. La constitution d'un stock stratégique de céréales, recommandée par le Souverain, n’a pas encore démarré.

Blé tendre : les stocks marocains couvrent six mois de consommation

Le 31 août 2022 à 10h47

Modifié 31 août 2022 à 12h16

Les opérateurs marocains continuent d’alimenter leurs stocks en blé. Le prix du quintal a baissé de 100 DH par rapport aux mois d'avril et juin. La constitution d'un stock stratégique de céréales, recommandée par le Souverain, n’a pas encore démarré.

« Le niveau des stocks de blé tendre, qui représente 80% de la consommation nationale de céréales, couvre six mois de consommation, contre quatre mois en mars dernier », apprend Médias24 auprès de Abdelkader Alaoui, président de la Fédération nationale des minotiers (FNM). « Nous avons importé massivement durant les mois de juin, juillet et août », nous confie-t-il.

« Il ne s’agit pas du stock stratégique. C’est un stock outil que les importateurs constituent pour leurs unités industrielles. »

« Ce stock est raisonnable », estime notre source, « il correspond à environ 24 millions de quintaux, sur une capacité totale de stockage au Maroc de 50 Mqx. Une quantité qui sécurise la consommation d’une année ».

« La machine n’est cependant pas à l’arrêt. On est toujours actifs sur le marché. Les importateurs continuent d’acheter et de s’approvisionner afin d’améliorer les performances nationales en termes de stockage. »

Le prix moyen du quintal est de 435 DH contre 240 DH en 2021

Rappelons que ce stock est constitué partiellement de la production nationale. Le gouvernement marocain a élaboré dans ce sens une série de mesures incitatives afin de favoriser la collecte de la production nationale de blé tendre, à savoir des primes de stockage, des primes forfaitaires et des prix de référence. Le reste est importé de différents pays, principalement d’Ukraine en temps normal.

Dans une interview accordée à Médias24, le ministre de l’Agriculture nous avait confié que le Royaume importait annuellement 9 millions de quintaux de céréales d’Ukraine. Cette année, quand la guerre a démarré, le pays avait déjà importé 6 Mqx. Il restait ainsi 3 Mqx que le pays a acquis auprès de différents marchés, notamment en Europe.

Abdelkader Alaoui note par ailleurs que la sécheresse un peu partout dans le monde, combinée au conflit russo-ukrainien, a impacté toutes les bourses internationales de négociation du blé.

« Le prix moyen du quintal est à présent de 435 DH. Il a connu une baisse de 100 DH par rapport aux mois d’avril et juin, mais il reste très élevé par rapport aux années 2020 et 2021, où le prix du quintal variait entre 230 et 240 DH. Il s’agit donc d’une différence de 200 DH par rapport à une année normale. »

Et d’ajouter : « L’Etat continue toutefois de verser une restitution de 167 DH/quintal ». Il s’agit d’un mécanisme mis en place pour venir en aide aux importateurs, outre celui relatif à la suppression des droits de douane.

Constituer un stock stratégique et de sécurité des céréales

Rappelons que dans son discours d’ouverture de la session parlementaire d’automne et de la nouvelle législature, le Roi Mohammed VI avait mis l’accent sur la sécurité des besoins et approvisionnements stratégiques alimentaires, énergétiques et en médicaments.

Selon le président de la FNM, « la constitution du stock stratégique et de sécurité des céréales n’a pas encore démarré. On est en train de travailler dessus avec l’Office national des céréales et légumineuses (ONICL) ainsi que le ministère de l’Agriculture ».

« Pour l’instant, c’est très risqué de constituer un stock stratégique aux prix actuels. Ce stock, on ne peut le constituer que lorsque le marché le permettra. On attendra peut-être une bonne campagne agricole, qui nous permettra de le constituer à partir de la récolte nationale. »

Pour ce qui est des appels d’offres lancés par l’ONICL, Abdelkader Alaoui nous fait savoir qu’ « il s’agit de marchés temporaires pour deux mois, qu’on a lancés pour booster et encourager les opérateurs à importer. L’expérience n’a pas été renouvelée ».

A lire aussi


Les dernières annonces judiciaires
Les dernières annonces légales

Communication financière

Groupe Crédit Agricole du Maroc : Chiffres clés au 31 mars 2020

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.